Entretien exclusif avec Michael Hauser, nouveau CEO de Tornos

Anticiper l’avenir avec de nouvelles techniques

Page: 6/9

Entreprises liées

Lorsque l’intégration verticale est forte, la qualité du personnel joue un rôle important. Comment faites-vous pour recruter et conserver de bons collaborateurs ? La région est-elle un vivier de qualité en matière de ressources humaines?

M. Hauser: Cette région présente l’avantage d‘être le berceau de l’industrie de précision. Nous puisons volontiers dans ce vivier de compétences. Recruter des ingénieurs hautement qualifiés est pourtant une autre affaire. C’est un problème qui se pose dans le monde entier, chez tous les constructeurs de machines-outils. Nous suivons cette question de très près et en discutons également avec les associations et les hautes écoles. Mais nous investissons aussi dans la formation de la relève. Nous avons actuellement 34 jeunes en formation pour un effectif de 700 personnes.

La question se pose toujours de savoir s’il faut vraiment tout produire soi-même. Vous avez une très forte intégration verticale. Quels sont à votre avis les secteurs que l’on pourrait externaliser?

M. Hauser: A cet égard, il y a différents aspects à prendre en considération: les coûts, la qualité et, aussi, ce que l’on aimerait ou que l’on doit protéger (savoir-faire). Aujourd’hui, vous pouvez théoriquement tout acheter. La question se pose en ces termes: est-ce que j’aimerais acheter ça, est-ce que j’aimerais que mon fournisseur possède ce savoir-faire-là ? Ensuite il faut se demander s’il vaut mieux faire soi-même ou faire faire, c’est-à-dire «make or buy». Chez Tornos, nous nous posons cette question chaque jour. Tout ce qui est fabriqué est examiné sous l’angle d’une stratégie «make or buy». Nous demandons les pièces à un fournisseur et les comparons avec les nôtres. Jusqu’ici, nous avons réussi à produire de manière plus économique. Mais c’est un processus que nous surveillons continuellement.

Galerie d'images

Vous avez une très forte intégration verticale. Le considérez-vous comme un avantage ou un inconvénient?

M. Hauser: Cela peut être les deux. Lorsque vous avez une forte intégration verticale, l’avantage est que vous n’êtes pas dépendants de vos fournisseurs. De plus, cela vous permet de contrôler la qualité à 100 %. D’un autre côté, cette stratégie nécessite une forte intensité capitalistique et il faut la réévaluer sans cesse pour voir si cela en vaut la peine. Jusqu’ici, elle a été rentable.

(ID:30473350)