Entretien exclusif avec Michael Hauser, nouveau CEO de Tornos

Anticiper l’avenir avec de nouvelles techniques

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Michael Hauser a accepté de répondre aux questions précises de Matthias Böhm, rédacteur en chef du SMM. (Image: Thomas Entzeroth)
Galerie: 4 photos
Michael Hauser a accepté de répondre aux questions précises de Matthias Böhm, rédacteur en chef du SMM. (Image: Thomas Entzeroth)

>> Avec le constructeur de tours Tornos, Moutier est devenu un véritable creuset de la mécanique de précision. Ceci tient, entre autres, à ce que Tornos continue de miser sur un très fort degré d’intégration verticale et se trouve ainsi en phase avec l’époque dans tous les secteurs de la fabrication. Dans l’entretien exclusif le nouveau CEO de Tornos, Michael Hauser, explique comment il voit l’avenir de l’entreprise. Et il est un point sur lequel M. Hauser n’a pas l’ombre d’un doute: la machine-outil n’est pas menacée de disparition.

MSM: Pour autant que je me souvienne, vous rêviez dans votre enfance de diriger une entreprise construisant des excavateurs. En qualité de nouveau CEO, vous voulez certainement apporter quelques changements. Allez-vous maintenant réaliser votre rêve d’enfant chez Tornos?

Michael Hauser: C’est vrai, vous avez une bonne mémoire. De là à dire que je pourrai concrétiser mon rêve d’enfant chez Tornos… je présume que non, mais je suis sur le point de construire quelque chose. A vrai dire, l’intégration verticale chez Tornos est telle qu’on peut construire quasiment tout. Je suis donc très proche de mon rêve, quand bien même il ne devrait pas s’agir d’excavateurs.

Vous avez grandi dans le secteur européen de la machine-outil et votre parcours vous a amené en Allemagne, en Italie chez GF AgieCharmilles et maintenant chez Tornos. L’industrie mécanique fonctionne-t-elle autrement en Suisse qu’en Italie ou en Allemagne?

M. Hauser: Non, globalement c’est la même chose. Chez Tornos aussi, nous produisons des biens d’équipement. Nous utilisons les mêmes techniques et, exception faite de notre marché utilisateurs – nous sommes très fortement ancrés dans l’industrie horlogère – les activités sont les mêmes que chez les autres constructeurs de machines-outils.

Cela fait maintenant six semaines que vous êtes chez Tornos. Avez-vous néanmoins observé certaines différences et spécificités?

M. Hauser: Oui, il y a évidemment des spécificités, à commencer par les catégories de clients. Aujourd’hui comme hier, Tornos construit des machines de production, des machines-outils donc (des tours monobroches ou tours multibroches) pour la production en gros volumes. Les utilisateurs de nos produits travaillent dans l’industrie de précision, industrie horlogère en tête. Il n’existe pour ainsi dire aucun fabricant de montres sans machine Tornos, cela représente environ 20 % de notre chiffre d’affaires. Le deuxième pilier d’activité de Tornos est l’industrie du matériel médical. En règle générale, les pièces de vis orthopédiques et les implants dentaires sont usinés sur nos machines. Le troisième secteur est l’industrie automobile qui a toujours été un champ d’application des tours multibroches. De plus, nous sommes relativement bien implantés dans l’industrie électronique.

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 30473350 / Machines-outils)