Automatisation - Robotique - Fabrication d'outils

Un robot Fanuc dope la fabrication d'outils chez Lamina

| Rédacteur: Edouard Huguelet

Yuval Amir: «En utilisant des méthodes de production appropriées, il est possible en Suisse aussi de fabriquer des pièces simples, en grande quantité et à des prix concurrentiels.»
Galerie: 13 photos
Yuval Amir: «En utilisant des méthodes de production appropriées, il est possible en Suisse aussi de fabriquer des pièces simples, en grande quantité et à des prix concurrentiels.» (Image: M. Böhm)

Fanuc Delta M-3iA c'est le nom d'un robot. Actif au sein du fabricant de plaquettes de coupe Lamina il accélère de façon spectaculaire la manipulation des plaquettes pour placer Lamina parmi les leaders mondiaux dans la fabrication d'outils.

L’avis tranché de Yuval Amir, COO de Lamina, ne correspond guère à celui des entreprises qui ne connaissent qu’une solution pour produire de manière encore plus économique, à savoir la délocalisation dans des pays à bas salaires. Et Yuval Amir l’explique: «Grâce au savoir-faire de pointe en matière de production, nous pouvons créer un environnement de fabrication permettant aussi en Suisse de produire des pièces relativement simples en grande quantité et à prix concurrentiels. Nous poursuivons ces buts en misant sur des processus hautement automatisés et des solutions qu’offre la robotique dans ses aspects les plus évolués. Je pense que notre production de plaquettes de coupe peut servir de modèle d’avenir pour la place industrielle Suisse.» Dans ce contexte, il convient déjà de mentionner la production mensuelle considérable de l’entreprise: 600 000 plaquettes de coupe avec seulement 30 collaborateurs.

L’activité de base

Avant de regarder de plus près la production de l’entreprise, jetons un coup d’œil sur l’activité de base. Cette dernière se concentre sur la fabrication de plaquettes de coupe en carbure pour le fraisage et le décolletage. Tomer Gershtein, responsable de production chez Lamina précise: «En principe, nous ne transformons que deux sortes de carbure, l’une pour le fraisage et l’autre pour le décolletage. Ceci étant plutôt inhabituel pour un fabricant de plaquettes, une explication s’impose. En effet, nos qualités de carbure sont sélectionnées spécialement puis transformées en plaquettes par un processus de compression et de frittage et un revêtement final. Ainsi, nos produits peuvent être appliqués pour l’usinage efficace d’une palette étendue de matière. Par exemple pour l’aluminium, le titane ou encore l’acier inoxydable; c’est notre proposition de vente unique (USP). La comparaison avec d’autres fabricants de plaquettes révèle que ces derniers proposent des solutions spécifiques pour chaque matière, ce qui complique considérablement la sélection de l’outil adéquat. Pour les utilisateurs, nous simplifions donc le processus de fabrication grâce à un choix facile.

Silence au sujet du revêtement

Tomer Gershtein: «En ce qui concerne la maîtrise du processus pour la fabrication des plaquettes de coupe, nous disposons d’un savoir-faire de pointe dans les techniques de compression, de frittage et de revêtement». Plus aucun autre commentaire sur les revêtements de la part de Tomer Gershtein. Si l’on pose des questions plus précises au sujet de revêtements ou de substrats, les visages des responsables se ferment et un silence poli règne. C’est un peu comme pour les célèbres spots TV en faveur du fromage d’Appenzell dont le mélange des épices reste toujours et encore un mystère. Le lecteur n’a pas d’autre choix que d’accepter l’importance essentielle des revêtements mais sans obtenir plus d’informations sur le sujet.

Arrondi de l’arête de coupe de 35 µm sans rectification

Après la compression des plaquettes de coupe, les pièces brutes sont frittées dans un four à 1500°C et sous une pression de 40 bars. Le processus de frittage correspond exactement à la nuance de carbure en traitement. Le frittage se fait sur des palettes spéciales résistant aux plus hautes températures. De façon générale durant le frittage, le volume des plaquettes se réduit de 25%. Tomer Gershtein: «Dans l’ensemble du processus, notamment dans la fabrication d’outils, il faut tenir compte de cette diminution de volume. Après le frittage, les dimensions et le respect des tolérances doivent être parfaits. Nos plaquettes de coupe ne sont plus rectifiées; ce n’est pas exceptionnel, car actuellement la plupart des plaquettes ne sont plus rectifiées. Par contre, nos plaquettes se distinguent par une particularité: des arêtes de coupe très tranchantes. Normalement, on obtient de telles arêtes seulement par des processus de rectification. Pour éliminer la rectification, nous avons développé un processus de compression particulier permettant d’obtenir des arrondis d’arêtes de coupe de 35 µm.

Retour à la production : les 600 000 plaquettes compressées chaque mois doivent être manipulées. Ceci est assuré par 12 robots Fanuc de type Delta, à bras articulé ou à géométrie Scara, travaillant dans cette entreprise de 30 collaborateurs 24/24h sur les différentes stations pour garantir ainsi la productivité de la fabrication des plaquettes de coupe à un niveau très élevé. Pour Christoph Strahm, directeur de Fanuc Robotics Suisse, c’est une indication intéressante: «Lamina est pour nous un client important particulier du fait du rapport extraordinairement élevé de 12 robots pour 30 collaborateurs. Je remarque toujours qu’à partir du moment où les entreprises maîtrisent l’automation de processus de fabrication, elles continuent à investir de plus en plus dans cette direction».

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 34823090 / Robotique)