Vers un nouveau paradigme de création de valeur. Chapitre 3 : Data-Driven Value Chain, une nouvelle vision de la chaîne de valeur

Une nouvelle vision de la chaîne de valeur

Page: 2/2

Entreprises liées

Core Data Competences

Ces « Core Data Competences » regroupent aux éléments fondamentaux pour l'obtention de valeur via des moyens digitaux. Ces éléments sont transversaux à la chaîne de valeur elle-même et permettent aux « Data-Driven Business Processes » d'exister. En fait tous ces nouveaux « Data- Driven Business Processes » ne peuvent fonctionner en l'absence de deux éléments fondamentaux : la data et les algorithmes. Toutefois ces deux éléments fondamentaux doivent tous les deux êtres vus comme des actifs précieux à bien gérer. Et cette gestion ne se fait pas toute seule. En fait, et bien au contraire, il faut considérer tout un ensemble de processus nécessaires à la bonne gestion de ces deux éléments capitaux, qui doivent aussi trouver leur place dans la chaîne de valeur.

Afin de déterminer la future place de tous ces éléments, il faut tenir compte des considérations suivantes : est-ce que la data et les algorithmes génèrent de la valeur par eux-mêmes ? Si la réponse est affirmative, alors les processus autour de la data et des algorithmes doivent être considérés comme des activités principales ; en revanche, si la réponse est négative, alors ils doivent être considérés comme une nouvelle gamme de processus de soutien.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 5 images

Quand on parle de data, on parle bien d'un élément en principe passif, stocké quelque part. Cet élément ne semble pas capable de donner de la valeur par lui-même. On pourrait imaginer que le fait de vendre ces données pourrait générer de la valeur, mais dans ce cas c'est le processus de vente de données qui génère de la valeur et non les données en soi. En ce qui concerne les algorithmes, on y pense principalement en termes de catalogue : des choses telles que « Régression », « K-Means », « Decision Trees » etc.

Le premier constat concernant les algorithmes est qu'ils ne servent pas à grand-chose sans les données nécessaires, en termes de dosage ainsi qu'en termes de qualité et latence, mais c'est encore plus important de remarquer que même avec des données adéquates, ces algorithmes ne génèrent pas de la valeur à moins qu'ils fassent partie d'un processus métier. Par exemple : un algorithme capable d'identifier les produits qu'un client donné est susceptible d'acheter ne génère pas vraiment de la valeur, à moins qu'il ne fasse partie d'un processus dans lequel les produits identifiés par l'algorithme sont effectivement proposés et que le client ait l'opportunité de vraiment les acheter.

À la lumière de ces considérations, il semble plus adéquat de considérer les « Core Data Competences » comme des activités de soutien. Il s'agit en revanche d'un type de soutien particulier, étroitement lié aux nouvelles manières de faire du business, autrement dit aux « Data-Driven Business Processes », mais toujours en remplissant un rôle de « facilitateurs » plutôt que de générateurs de valeur par eux-mêmes (voir figure 2).

MSM

(ID:47186910)