Interview d'Olivier Saenger, co-fondateur du salon EPHJ-EPMT-SMT Une croissance maîtrisée et raisonnable

Rédacteur: Jean-Francois Pillonel

>> En 13 éditions, le salon EPHJ s’est étoffé, a élargi son champ d’activité, a déménagé… Il est passé d’un petit salon débutant à un événement incontournable. Deux personnes sont à l’origine de cette évolution: André Colard et Olivier Saenger, co-fondateurs de la manifestation. A quelques jours de l’ouverture de la treizième édition du salon, MSM a posé quelques questions à Olivier Saenger.

Related Vendors

Olivier Saenger (ici à droite) est, avec André Colard, l’un des deux fondateurs du salon EPHJ-EPMT-SMT
Olivier Saenger (ici à droite) est, avec André Colard, l’un des deux fondateurs du salon EPHJ-EPMT-SMT
(Image: MSM/JF Pillonel)

MSM: La notoriété sans cesse grandissante du Salon entraîne une augmentation du nombre d’exposants et de visiteurs. Comment, dans ces conditions, maintenir l’esprit convivial et la dimension humaine propre à cette manifestation ou en d’autres termes, comment accepter de grandir sans y perdre son âme?

Olivier Saenger: La croissance de notre salon a toujours été maîtrisée et raisonnable. Nous ne cherchons absolument pas à grandir à tout prix. Mais, bien que nos critères de sélection soient rigoureux, il est difficile de refuser d’accueillir de nouvelles sociétés qui vont encore enrichir l’offre du salon et donc le rendre toujours plus attractif pour les visiteurs professionnels qui, dans l’intérêt des exposants, viendront encore plus nombreux. Cette année, 820 exposants seront donc prêts à recevoir près de 20'000 visiteurs professionnels.

Cependant, nous accordons toujours autant d’importance à l’esprit convivial et la dimension humaine de notre événement. C’est pour cela que nous sommes très attachés à l’unité de lieu et au respect de l’équité des stands pour tous les exposants.

Par ailleurs, nous avons déjà décidé, pour l’édition 2015, de ne pas accroître la taille du Salon.

MSM: Nouveauté de cette édition 2014, le Village Medtech est-il appelé à remplacer le secteur SwissMedical Technologies réservé depuis l’édition 2012 aux entreprises sous-traitantes travaillant pour le secteur médical ?

Olivier Saenger: Absolument pas. Le « Medtech Village », composé essentiellement de start-up et mis sur pied par BioAlps et Inartis Network, est une véritable plus-value au cœur de l’espace SMT de notre salon. Il n’a pas vocation à remplacer SMT, il en est une partie. Il dynamise ce secteur en offrant une vitrine à des start-up prometteuses et propose des prestations complémentaires très utiles.

MSM: Pratiquement, le visiteur va découvrir dans ce Village Medtech des sous-traitants actifs non seulement dans le médical, mais aussi dans l’horlogerie et/ou les microtechniques. Est-ce à dire qu’une société travaillant par exemple pour l’horlogerie et le médical sera présente avec deux stands, l’un au Village et l’autre dans le secteur EPHJ ?

Olivier Saenger: Non, ces exposants ne prennent qu’un seul stand. Ceux qui seront présents à SMT souhaitent mettre en avant la composante medtech de leur production. Beaucoup d’autres entreprises, qui ont choisi d’exposer dans les secteurs EPHJ ou EPMT, sont également actives dans les technologies médicales. Afin de mieux montrer les synergies entre ces différents secteurs complémentaires, nous avons d’ailleurs décidé de mettre en évidence cette année, sur un support adéquat que tous trouveront au Salon, toutes les sociétés qui travaillent d’une manière ou d’une autre, dans le domaine medtech.

Par ailleurs, il faut remarquer que les trois secteurs du Salon sont en progression cette année. Le secteur EPHJ, cœur du salon, rassemble cette année plus de 500 entreprises de l’environnement professionnel horlogerie-joaillerie.

MSM: L’ouverture du salon au niveau international implique l’accueil d’un plus grand nombre de sociétés étrangères parmi les exposants. Quelle est la politique des organisateurs en ce qui concerne les sous-traitants non suisses dans le secteur de l’horlogerie ?

Olivier Saenger: Nous avons toujours respecté une règle très claire : le secteur de l’horlogerie (EPHJ) est réservé aux exposants de Suisse et des pays voisins, européens, qui ont une tradition dans ce domaine, tel que la France.

Aucun autre pays ne peut avoir d’exposants à EPHJ malgré les nombreuses demandes qui nous parviennent. Nous ne changerons pas cette règle.

Par contre, les secteurs EPMT et SMT sont ouverts à tous les exposants internationaux.

MSM: En novembre 2013, les fondateurs du salon ont annoncé la reprise progressive des activités organisatrices par Palexpo SA. Plus de six mois plus tard, comment se passe pratiquement ce passage de témoin ?

Olivier Saenger: Cette transition opérationnelle se gère dans la continuité. Nous continuons cette année à être très impliqués dans l’organisation afin d’assurer un passage de témoin le plus efficace possible. Dès la fin de cette édition 2014, nous prendrons la hauteur nécessaire à notre nouveau rôle stratégique et laisserons Palexpo s’occuper plus pleinement de l’organisation opérationnelle. Nous serons toujours là mais avec un rôle différent afin d’assurer la pérennité du salon. <<

Propos recueillis par : Jean-François Pillonel, rédacteur MSM

Coordonnées: EPHJ-EPMT-SMT, Palexpo Genève, www.ephj.ch

Le MSM sera présent dans le secteur "EPMT", stand M101

S'abonner à la newsletter maintenant

Ne manquez pas nos meilleurs contenus

En cliquant sur „S'abonner à la newsletter“, je consens au traitement et à l'utilisation de mes données conformément au formulaire de consentement (veuillez développer pour plus de détails) et j'accepte les Conditions d'utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Dépliez pour les détails de votre consentement

(ID:42716624)