Rechercher

Le séminaire d’usinage par enlèvement de copeaux proposé par Swissmem se déroulera en janvier 2017 Un séminaire d’usinage plein de nouveautés

| Auteur / Rédacteur: Matthias Böhm, rédacteur en chef SMM / Matthias Böhm

Les ténors de la technique d’usinage suisse se rencontreront les 17, 18 et 19 janvier au 12ème séminaire d’usinage Swissmem à Pfäffikon SZ, Olten et à la Marive à Yverdon-les-Bains. Au total, 15 entreprises y présenteront des nouveautés et des techniques d’usinage.

Entreprises liées

René Näf, vice directeur d'Urma AG et Pascal Streiff, chef de secteur Swissmem et grand organisateur des 3 séminaires sur l'usinage en janvier 2017.
René Näf, vice directeur d'Urma AG et Pascal Streiff, chef de secteur Swissmem et grand organisateur des 3 séminaires sur l'usinage en janvier 2017.
(Image: Matthias Böhm)

MSM: A quoi peuvent s’attendre les visiteurs du douzième séminaire d’usinage Swissmem ?

Pascal Streiff (responsable du groupe spécialisé Swissmem): A un grand nombre d'exposés intéressants consacrés à l’usinage et à la technique de fabrication. Nous nous tournons aussi vers l'avenir grâce à un exposé consacré à la fabrication additive. De plus, le séminaire traite aussi le thème «Industrie 4.0» qui dans les procédés de fabrication modernes prend toujours plus d’importance. De manière générale, le séminaire d’usinage Swissmem est connu pour présenter régulièrement des innovations de fabricants d’outils suisses.

MSM: Quelles sont les possibilités des fabricants d’outils dans le domaine «Industrie 4.0» ?

René Näf (vice-directeur, Urma SA): Au niveau de la fabrication d’outils, «Industrie 4.0» va nous permettre à l'avenir d’utiliser encore plus d’outils intelligents directement connectés à leur environnement. Plusieurs entreprises proposent déjà des solutions découlant d’«Industrie 4.0». Big Kaiser a développé un système modulaire numérique interconnectable extrêmement intéressant qui vient de sortir d’usine et qui sera présenté au séminaire d’usinage Swissmem. Pour les fabricants d’outils, «Industrie 4.0» signifie que les paramètres des systèmes d’outils peuvent être interconnectés de manière rentable avec l’environnement et les machines. Ici, aucune limite n'est imposée.

MSM: A qui le séminaire d’usinage s’adresse-t-il concrètement ?

Pascal Streiff: Le séminaire d’usinage Swissmem s'adresse aux applicateurs et responsables de secteur des entreprises de fabrication, aux ingénieurs de production, spécialistes de la production et de l’usinage ainsi qu’aux décideurs. En principe, à toutes les personnes engagées dans la fabrication qui désirent s’informer plus profondément. Il ne faut pas non plus oublier les acheteurs stratégiques d’outils de coupe intéressés aux évolutions technologiques.

MSM : Existe-t-il des sujets ou exposés traitant des thèmes inédits ?

René Näf : Oui, tout à fait. Comme mentionné plus haut, Big Kaiser va présenter un tout nouveau système modulaire. Fraisa aussi va montrer un procédé de fabrication complexe moderne et encore jamais vu. Les visiteurs trouveront chez Urma SA un système de friction pour les petits diamètres qui jusqu’à aujourd’hui était encore considéré comme non réalisable. Mais je ne vais pas tout dévoiler ici pour ne pas priver le séminaire d’usinage Swissmem de toutes ses surprises.

MSM : Voyez-vous des développements révolutionnaires dans l’outillage ?

Pascal Streiff : Ce ne sont pas toujours les révolutions qui font bouger les choses. Nous devons aussi mettre en exergue les développements continus qui font sans cesse progresser le secteur des outils et de la fabrication. Finalement, le séminaire d’usinage Swissmem veut démontrer des voies pour améliorer continuellement la production. C'est là une des tâches essentielles. Toutes les technologies proposées sur le marché ne sont pas toujours connues ou exploitées proprement.

MSM : Les technologies sont une chose, mais quel est le rôle du séminaire d’usinage ?

René Näf : Il sert de plateforme et constitue un rendez-vous important pour les spécialistes de l’usinage suisses. Nous réunissons des spécialistes de l’outillage et ceux qui travaillent dans la production. Il y règne une atmosphère détendue pour soigner les contacts, échanger des adresses et élargir son réseau. A mon avis, ce point n’est pas négligeable. Ces entretiens permettent de découvrir des méthodes de fabrication que les participants n’auraient peut-être jamais découvertes puisqu’elles ne sont jamais rendues publiques. Nous pensons qu’un tel échange d’informations entre les spécialistes de la production est très important. Savoir comment résoudre des problèmes d’usinage ou comment une entreprise apparentée l’a fait, etc.?

MSM : Outre l’usinage, proposez-vous aussi d’autres thèmes ?

Pascal Streiff : Le séminaire n'est pas exclusivement consacré à l’usinage. Il y est aussi question du traitement des surfaces, des technologies de revêtement et de la rectification dans la fabrication d’outils. Ces thèmes n’intéressent pas seulement les fabricants d’outils, mais aussi les spécialistes du réaffûtage. A quelques exceptions prêtes, il n’est aujourd’hui pratiquement plus possible d’exploiter de manière rentable les outils d’usinage. Il ne suffit plus que le seul à savoir quel revêtement est décisif soit le fabricant d’outils. L'appliquant doit, lui aussi, le savoir.

MSM : Extramet évoque un sujet de revêtement particulier, lequel ?

René Näf : Extramet va thématiser le revêtement diamanté d’outils. Mais l’essentiel est ici de préparer proprement les outils avant de les revêtir. Le revêtement est une chose, mais si une couche n’est pas appliquée soigneusement sur le matériel, alors le meilleur des revêtements ne servira à rien. Pour qu’un revêtement diamanté tienne sur le substrat, un matériel de base correspondant et un pré-traitement très sophistiqué sont indispensables. Ceci est une science à part entière.

MSM : Vous proposez le séminaire à trois endroits. Quelle en est la raison?

Pascal Streiff : Nous attendons plus de 400 participants. Nous voulons nous rendre dans les régions de nos clients. Par le passé, nous avons fait de très bonnes expériences avec les trois lieux de manifestation. Avec Yverdon en Suisse romande et les deux autres lieux en Suisse allemande, nous obtenons une bonne répartition régionale.

MSM : A votre avis, qu’est-ce qui distingue les fabricants d’outils suisses ?

Pascal Streiff : En Suisse, les coûts salariaux élevés forcent les entreprises à être innovatrices et à automatiser leur fabrication. C'est la seule possibilité pour elles de rester compétitives. Comparés à la Suède ou à l’Allemagne, nous n'avons pas réellement de grands fabricants d’outils. Nos fabricants d’outils sont des acteurs de niche. Cependant, ils sont parfaitement positionnés au niveau de l’usinage. Ils le doivent à leur segment de clientèle comme l’horlogerie ou la technique médicale et l'ensemble de l’industrie des procédés. Les exigences à l’égard des paramètres d’usinage sont énormes dans ces branches. Elles traitent des matériaux très délicats avec des normes de tolérance et de qualité extrêmes. Cette situation défie les fabricants d’outils suisses et en même temps les encourage à intensifier l’innovation et c’est ce que le séminaire d’usinage Swissmem met en exergue.

Les fabricants d’outils suisses font partie des leaders mondiaux. Par le biais de 15 exposés professionnels, ils présentent leurs dernières technologies de fabrication au séminaire d’usinage Swissmem. Vous apprendrez comment ils arrivent à optimiser leur fabrication et à augmenter leur productivité à l’aide des procédés les plus modernes. MSM

(ID:44334959)