Mecatis: Des ingénieurs au service de l'industrie

Un nid d’aigle high-tech perché dans les montagnes

Page: 2/4

Entreprises liées

Afin de répondre aux besoins des PME de Suisse romande et de répandre leur savoir-faire dans le domaine des microtechniques, de l’automation et de la construction métallique, la jeune société propose d’emblée ses services dans le domaine de l’ingénierie industrielle. «C’est Marc-Alain Affolter, pour qui j’ai travaillé de 2004 à 2007, qui a permis le démarrage de MECATIS en sous-traitant un premier mandat dans la microtechnique, soit un chargeur de pignon. Je lui dois beaucoup», avoue Samuel Vuadens. Du coup, pourquoi ne pas monter les machines de la Gear Line (tailleuse de pignons) en Valais ? C’est ce que demande le directeur de MECATIS au fabricant du Jura bernois, et ça marche ! Encore fallait-il trouver un local adéquat pour monter ces pièces mécaniques. Histoire d’assouvir sa passion de l’ingénierie et son goût pour les challenges, le jeune homme propose de se percher dans les hauteurs d’Isérables, village accessible essentiellement par téléphérique. Travailler si haut n’est-il pas un inconvénient ? «Pas du tout, au contraire, car c’est ici que dame nature fait office d’inspiration pour les ingénieurs», rétorque le big boss de MECATIS. Les pièces détachées sont acheminées sans problèmes de poids (le téléphérique supporte 2.5 tonnes) dans le bâtiment qui jouxte l’arrivée de l’installation des remontées mécaniques, dans les anciens locaux d’ETA, dont le siège est à Fontainemelon (NE). Jusqu’en 1983, la firme horlogère a longtemps produit des pièces de ses mouvements en Valais. La commune a alors tout de suite été motivée par le projet et a financé la rénovation des locaux.

(ID:25664980)