Economie mondiale Les Etats-Unis, moteur des activités M&A suisses

Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> En 2012, les fusions et reprises avec participation suisse ont augmenté, tant en termes de nombre que – tout particulièrement – de volume par rapport à l’année précédente. C’est ce que révèle le «M&A Yearbook 2013» de KPMG. Dans le courant de l’année, on a enregistré 352 transactions (+11%) pour un volume global de USD 116 milliards (+56%). De nombreuses entreprises se sont concentrées sur l’Amérique du Nord. Outre les entreprises actives dans le négoce de matières premières, l’industrie suisse s’est aussi avérée particulièrement active. En raison de facteurs externes, KPMG table encore, pour l’année en cours, sur une légère augmentation.

Entreprises liées

Nombes et valeurs par année.
Nombes et valeurs par année.
(Image KPMG)

Les tendances mondiales telles que la confiance croissante dans le redressement de l’économie américaine et les évolutions politiques et économiques de la Chine et de la région Asie-Pacifique, mais aussi les turbulences de la zone euro ont eu un fort impact sur les activités M&A en Suisse. Et ce, d’une façon beaucoup plus marquée que dans d’autres pays, dans lesquels les marchés M&A sont encore faibles. Aujourd’hui comme hier, l’économie nationale affiche des taux de croissance stables et cette année, les entreprises ont été plus nombreuses à saisir l’opportunité d’améliorer leur positionnement stratégique par des M&A.

Malgré un 4e trimestre 2012 fort, le volume de transactions record enregistré avec l’annonce de la reprise de Xstrata par Glencore pour la somme de USD 40,2 milliards au premier trimestre (USD 59,6 milliards pour 94 transactions) n’a pas été de nouveau atteint. Les 85 transactions réalisées durant le dernier trimestre ont totalisé un volume de USD 14,9 milliards. Il en résulte néanmoins, sur toute l’année et comparé aux années précédentes, une nette augmentation, notamment en termes de volume, mais aussi au niveau du nombre de transactions.

Galerie d'images

(ID:37564470)