Le volume et le prix ne font pas tout

Le service express pour les outils accroit la flexibilité

| Auteur / Rédacteur: Klaus Vollrath, b2dcomm.ch / Gilles Bordet

La salle des machines abrite 80 tours automatiques en formation serrée, dont 40 tours multibroches de Tornos comme ceux-ci.
Galerie: 12 photos
La salle des machines abrite 80 tours automatiques en formation serrée, dont 40 tours multibroches de Tornos comme ceux-ci. (Source : Klaus Vollrath)

En tournage automatique classique, ce qui compte avant tout est de pouvoir a priori traiter de gros volumes à moindres coûts. La précision et l’absence de défauts gagnent également en importance. Pour autant, les clients aspirent de plus en plus à un élargissement des services autour de ce procédé.

Ils souhaitent par exemple être assistés dans l’optimisation de la géométrie de leurs pièces au vu du procédé de fabrication, ou encore bénéficier d’une réactivité accrue et d’une plus grande flexibilité dans l’établissement de l’offre et les délais de lancement de leur production. Autre élément important : l’approvisionnement rapide du décolleteur en plaquettes de coupe en carbure par des prestataires spécialisés. Découvrons ici l’importance accordée à ce service par une entreprise du secteur qui a pignon sur rue.

« Pour fabriquer des pièces décolletées de petites dimensions en grande série, nos tours à cames sont plus rentables que les tours à commande numérique », affirme Jean Baertschi, fondateur de la société de décolletage J. Baertschi SA basée à Crémines. Implantée dans un cadre pittoresque en plein cœur du pôle du tournage automatique du Jura, l’entreprise produit des pièces de 2 à 20 mm de diamètre, destinées essentiellement à l’industrie automobile. Elle sert aussi un large panel d’industriels issus de secteurs tels que l’hydraulique, la pneumatique, la construction de machines, l’aéronautique, l’aérospatiale, l’électrotechnique ou le bâtiment. Le gros avantage d’une commande à cames est la simplicité et la robustesse de la mécanique, qui ne nécessite ni servomoteurs ni commande électronique complexe, contrairement aux systèmes à commande numérique. On a certes besoin de personnel qualifié pour manipuler ces commandes à cames, néanmoins ce berceau de l’industrie suisse de la haute précision ne manque pas de talents parfaitement aptes à utiliser cette technologie au terme d’une formation ou d’une formation continue adaptée. De plus, ces machines sont très rapides, notamment les tours automatiques multibroches de Tornos, dont la mécanique rotative et les nombreux conduits d’alimentation font involontairement penser à la puissance des mitrailleuses rotatives des hélicoptères militaires américains. La société Baertschi exploite pas moins de 40 tours de ce type dotés de six broches travaillant en simultané, ce qui en fait l’un des ateliers de tournage disposant des plus grandes capacités sur équipements multibroches Tornos de Suisse. Ces machines, qui sont utilisées en complément de 40 tours monobroches de Petermann, sont quasiment imbattables en termes de rentabilité et de productivité sur le marché auquel elles sont plus particulièrement destinées, c’est-à-dire celui de la pièce décolletée de série, de géométrie simple, avec une exigence de précision au 1/100 mm. Les clients sont pour la plupart européens mais aussi américains. Du point de vue des volumes, il s’agit exclusivement de grandes séries, de quelques centaines de milliers de pièces à plusieurs dizaines de millions.

La qualité au premier plan

« Etant donné que nous livrons environ la moitié de notre production au secteur automobile, notre système de contrôle-qualité satisfait au niveau d’exigence élevé demandé par cette industrie », ajoute le fils du fondateur et directeur de l’entreprise, Alain Baertschi. Cela commence par l’autocontrôle permanent des ouvriers qui disposent des moyens de mesure adaptés à proximité de toutes les machines. Ces derniers sont généralement reliés à des ordinateurs, de façon à pouvoir intégrer immédiatement les données dans le contrôle statistique du processus. Par ailleurs, l’entreprise dispose aussi de deux laboratoires qualité, dans lesquels les pièces sont soumises à un contrôle automatique à 100% des dimensions essentielles, en complément des inspections manuelles courantes. Ces contrôles dépendent du type de pièces, une partie d’entre elles étant soumises à un triage par des systèmes Hugi MS600 alors que d’autres sont contrôlées dans un deuxième laboratoire tempéré, par des systèmes à caméras Vester. Le dispositif qualité et le système de gestion de la qualité satisfont tous deux aux attentes les plus sévères de l’industrie automobile réputée très exigeante à ce sujet. La société dispose bien sûr aussi des certifications nécessaires selon les normes ISO 9001, ISO/TS 16949, ainsi que ISO 14001, la norme environnementale.

Un parc machines parfaitement optimisé

« Compte tenu de l’importance des volumes et de la nécessité de calculer nos coûts au plus juste, nous devons naturellement exploiter toutes les pistes pour améliorer la productivité de nos machines », confie A. Baertschi. Ainsi, les tours automatiques ont été modifiés selon des développements réalisés en interne, et équipés d’un dispositif électronique « Variocam » complémentaire. Par ailleurs, A. Baertschi précise que toutes les machines multibroches ont été dotées de porte-outils identiques, ce qui permet, lorsqu’un poste tombe en panne, de remonter rapidement les outils sur une autre machine. Autre avantage de ces démarches : une plus grande flexibilité en cas d’augmentation subite des carnets de commandes grâce à la possibilité d’adapter les capacités machines.

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45089492 / Sous-traitance)