La texturation laser offre des possibilités quasiment sans limites

Laser série S : Une liberté de conception totale

| Auteur / Rédacteur: Source : GF Machining Solutions / Gilles Bordet

Cet oiseau en aluminium a été conçu par Guido Lanari, du cabinet genevois Stojan+Voumard. Ses formes, ses motifs et ses textures prouvent que l'AgieCharmilles LASER série S est LA solution de texturation d'avenir pour les concepteurs industriels.
Galerie: 2 photos
Cet oiseau en aluminium a été conçu par Guido Lanari, du cabinet genevois Stojan+Voumard. Ses formes, ses motifs et ses textures prouvent que l'AgieCharmilles LASER série S est LA solution de texturation d'avenir pour les concepteurs industriels. (Source : GF Machining Solutions)

Durabilité, fonctionnalité et liberté créatrice sont au cœur du design industriel, et c'est exactement ce qu'offre la nouvelle solution de texturation laser AgieCharmilles LASER série S de GF Machining Solutions, sur laquelle de nombreux concepteurs industriels ont déjà jeté leur dévolu.

C'est l'assurance d'une qualité irréprochable, une liberté de conception totale, à un coût raisonnable, pour des usinages d'une efficacité encore inédite. Stojan+Voumard, une agence de création et de design installée à Genève, vient de confirmer que la LASER série S à cinq axes est bel et bien un atout indispensable pour les concepteurs industriels. Dans le cadre de ses recherches en collaboration avec GF Machining Solutions, le concepteur en chef et directeur de l'équipe d'imagerie informatisée de Stojan+Voumard, Guido Lanari, a spécialement conçu un produit de type conceptuel pour mettre cette machine à l'épreuve. M. Lanari, au fil de son parcours professionnel, a déjà eu l'occasion de travailler sur des produits pour Bulgari, Rolex Baselworld, SIG ou encore KitchenAid. « Je considère que le design industriel allie à la fois l'art et la technique, confie-t-il. Nous devons connaître les processus de production et les termes techniques par cœur, bien sûr, mais nous devons aussi veiller à rester sensible à l'esthétique, à l'expérience de l'utilisateur et à la communication, sous tous ses aspects. »

Les défis des méthodes conventionnelles

Les résultats des nouveaux produits sur le marché nous le prouvent : l'innovation améliore les ventes. Parallèlement, les technologies de texturation existantes, comme la gravure chimique, limitent les concepteurs dans leur travail (le rendu de surface n'étant pas toujours exactement celui espéré), et sont loin de contribuer à l'élan écologique actuel. Historiquement, la texturation laser faisait grimper le prix des pièces produites. Aujourd'hui, la LASER série S vient changer la donne : son efficacité rend cette technologie plus abordable. La gravure chimique est longtemps restée la méthode de prédilection pour la création de pièces et outils de valeur, comme les moules à injection. L'emploi de substances corrosives (les acides) et le travail couche par couche, en masquant certaines zones de la pièce, la rendait laborieuse et dangereuse. Sans oublier que ce procédé est forcément manuel, ce qui implique donc de mobiliser des opérateurs à plein temps et multiplie le risque d'erreurs. En outre, la réaction chimique est toujours délicate à contrôler, et il est difficile d'appliquer correctement et uniformément le motif pour atteindre la répétabilité voulue. Avec cette technologie, les utilisateurs devaient accepter une marge d'erreur. En même temps, les technologies émergentes restent des processus lents et n'offrent qu'une qualité de finition toute relative par rapport aux attentes des concepteurs et des clients.

Test de la texturation laser

Pour mettre sa LASER série S à l'épreuve, GF Machining Solutions a lancé un défi à Guido Lanari : concevoir un produit qui intégrerait toute une variété de caractéristiques de surface complexes. Guido a donc créé un oiseau aux lignes modernes de 120 x 120 x 110 mm. Sa réalisation impliquait de franchir de nombreux obstacles techniques : une contre-dépouille de 30º allant de l'avant et s'étendant jusqu'au-dessous et à l'intérieur de la pièce ; des surfaces à deux courbes ; et des transitions lisses entre des géométries très élaborées, et donc extrêmement difficiles à matérialiser. Cet oiseau a tout d'abord été ébauché dans un cube d'aluminium de 150 mm à l'aide du centre d'usinage ultra-rapide Mikron MILL X 600 de GF Machining Solutions. Il était essentiel de choisir la bonne stratégie d'usinage et de penser l'ordre des opérations bien en amont pour répondre aux exigences de Guido : un état de surface de ra 0,2 μm sans aucune marque.

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 46169314 / Traitements de surface)