Les PME surfent sur la vague de la classe moyenne EXPORT AWARD 2015

Rédacteur: Gilles Bordet

>> Bracelets électroniques pour l’Afrique du Sud, systèmes embarqués pour la Chine: les finalistes de l’Export Award de Switzerland Global Enterprise (S-GE) prouvent que, bien préparées, les PME sont capable de tirer le meilleur parti de la classe moyenne montante dans les pays émergents. Et de réussir, malgré la crise du franc fort. Le jury de l’Export Award a nommé les six finalistes: dans la catégorie «Step-In», Geosatis, PPura et Winterthur Instruments, et dans la catégorie «Success», Amberg Technologies, duagon et InSphero.

Entreprises liées

L’objectif de l’Export Award est d’encourager les entreprises à renforcer leur présence internationale et les aider à conquérir de nouveaux marchés.
L’objectif de l’Export Award est d’encourager les entreprises à renforcer leur présence internationale et les aider à conquérir de nouveaux marchés.
(Image : S-GE)

Bracelets électroniques pour l’Afrique du Sud, systèmes embarqués pour la Chine : les finalistes de l’Export Award de Switzerland Global Enterprise (S-GE) prouvent que, bien préparées, les PME sont capable de tirer le meilleur parti de la classe moyenne montante dans les pays émergents. Et de réussir, malgré la crise du franc fort.

Le jury de l’Export Award a nommé les six finalistes: dans la catégorie «Step-In», Geosatis, PPura et Winterthur Instruments, et dans la catégorie «Success», Amberg Technologies, duagon et InSphero. Dans la première catégorie, le prix récompense une PME pour son «entrée réussie sur un marché», dans la seconde pour sa «stratégie d’expansion sur le long terme».

Galerie d'images

L’Export Award a été remis aux deux lauréats par Ruth Metzler-Arnold, présidente de S-GE, au Forum du commerce extérieur à Zurich le 23 avril dernier.

Technologie Innovante et analyses de marché rigoureuses

Parmi les candidatures présentées par les finalistes – des PME établies dans les différentes régions linguistiques de Suisse – trois concernaient un projet export en Europe. Ces sociétés sont en effet parvenues à conquérir de nouveaux débouchés sur des marchés saturés, grâce à leur technologie innovante et compétitive pour l’industrie (InSphero, Wintherthur Instruments) et à un marketing bien pensé dans l’alimentaire (PPura).

Classe moyenne montante

Le parcours des finalistes montre que les entreprises suisses surfent sur la vague de la classe moyenne montante dans les pays émergents depuis quelque temps déjà. Dans des pays comme la Chine, l’ascension sociale est en marché, les gens veulent vivre en ville et s’acheter des biens de qualité. Un défi de taille pour ces pays en termes d’infrastructures, un défi que la technologie suisse peut aider à relever, à l’exemple d’Amberg Technologies (mesurage ferroviaire) ou de duagon (commandes ferroviaires). La forte croissance démographique peut aussi créer d’autres difficultés, comme la surpopulation carcérale: le bracelet électronique de Geostis a contribué à résoudre ce problème en Afrique du Sud.

L’essor de la classe moyenne est donc au coeur de l’Export Award 2015. La question de savoir comment les entreprises suisses peuvent tirer parti de ce nouveau segment de consommation dans les pays émergents sera largement débattue lors du prochain Forum du commerce extérieur. Programme et inscription: www.s-ge.com/forum.

Les finalistes de l’Export Award 2015

Catégorie «Step In»

  • PPURA Sagl a été fondée en 2009 à Dulliken (SO) par Cemal Cattaneo et Maurizio Floccari. Les deux entrepreneurs, de nationalité italienne, sont cousins. Ils fabriquent des pâtes artisanales selon une recette familiale bien gardée à partir de blé dur biologique de la région des Pouilles. Proposée dans le segment de prix supérieur, leur palette de produits premium inclut également des sauces pesto et des huiles d’olive bio. La société PPURA emploie aujourd’hui 12 personnes, soit 8 postes à plein temps. Elle a généré en 2014 un chiffre d’affaires à sept chiffres, et 85% de sa production partent à l’exportation. Après un long travail de préparation, PPURA a réussi en l’espace de quelques années à imposer ses produits sur le marché allemand.
  • Geosatis SA, l'entreprise sise au Noirmont (JU), développe une solution globale de surveillance électronique, qui consiste en un bracelet électronique de cheville pour personnes sous surveillance. Très solide, équipé d’un logiciel facile d’utilisation, ce bracelet électronique révolutionnaire est une alternative aux peines d’emprisonnement; c’est aussi un outil facilitant la réinsertion. Startup fondée en 2010 à l’EPFL, Geosatis emploie aujourd‘hui15 personnes. Elle vient d’enregistrer une première grosse commande pour l’Afrique du Sud qui lui permettra de doper son chiffre d’affaires (450’000 francs en 2014).
  • Winterthur Instruments AG, fondée en 2011, produit des capteurs industriels pour la mesure sans contact de l’épaisseur de revêtements de surface. En développant son «Coatmaster», la startup de Winterthour est parvenue à une solution industrielle innovante qui est en passe d’établir de nouveaux standards sur le marché mondial du revêtement et de la finition. Pour sa stratégie export, l’entreprise mise en priorité sur l’industrie automobile, et elle a déjà fidélisé quelques clients européens, notamment des sous-traitants de BMW, Volkswagen et Jaguar. Aujourd’hui, Winterthur Instruments réalise 90% de son chiffre d’affaires à l’export. Elle compte bien poursuivre son expansion sur d’autres marchés, comme les Etats-Unis, la Chine ou la Russie.

(ID:43357502)