Rechercher

Clés de lecture du baromètre industriel du Jura bernois Anticipation des dynamiques industrielles

Rédacteur: Jean-René Gonthier

Ce baromètre industriel indique un regain de confiance dans le tissu industriel de l’Arc jurassien à moyen terme, malgré la persistance d’effets monétaires dommageables et de capacités d’investissement insuffisantes, notamment dans les plus petites entreprises.

Entreprises liées

Entreprise typique de l'Arc jurassien, large atelier de production où la main d'oeuvre se raréfie, mais où la rentabilité reste bonne.
Entreprise typique de l'Arc jurassien, large atelier de production où la main d'oeuvre se raréfie, mais où la rentabilité reste bonne.
(Source : JR Gonthier)

Proposé par la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP), cet outil subjectif de compréhension confirme ainsi la tendance de stabilisation d’ensemble dont les prémices sont perceptibles depuis une demi-année bientôt. « Cette consolidation s’effectue cependant à un volume d’entrées de commandes demeurant inférieur aux besoins de l’industrie régionale dans son niveau actuel de déploiement et n’améliore pour l’heure aucunement les capacités d’investissement, fortement atrophiées, des entreprises dont le potentiel d’innovation reste ainsi affecté » précise Patrick Linder, directeur de la CEP. Dans cette phase de convalescence de l’industrie régionale stimulée par un frémissement horloger, la dynamique positive décelée ne concerne pas encore l’ensemble de la chaîne de production. Parallèlement, la force du franc suisse continue de déployer des effets pénalisants, dans plusieurs champs, pour l’ensemble des acteurs industriels.

Stabilisation nonobstant un investissement atrophié

Investissements, le calme plat.
Investissements, le calme plat.
(Source : CEP)

Anticipant le troisième trimestre 2017, le sondage du baromètre industriel de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) met en évidence l’amélioration timide, mais désormais constante, des attentes des entrepreneurs depuis le début de l’année en termes de volume d’affaires. Les prévisions en matière d’entrées de commandes affichent ainsi une progression et confirment les tendances esquissées insensiblement depuis le premier trimestre 2017. L’amélioration modeste du volume d’affaire n’a en revanche qu’une incidence limitée sur les prévisions faites au niveau des résultats financiers qui demeurent pessimistes. Si la situation s’avère stable, les plus grandes entreprises attendent globalement de meilleures performances que les plus petits acteurs dont les trésoreries ont déjà payé un lourd tribut aux nombreux mois d’incertitude depuis janvier 2015.

Ce long cumul de mois commercialement difficiles, sans visibilité acceptable, se prolonge toujours de façon inquiétante sur le potentiel d’investissement, particulièrement pour les entreprises de moins de cinquante employés qui font état de capacités pratiquement inexistantes et de prévisions en diminution constante. L’atrophie des capacités d’investissement depuis plus de deux ans pose ainsi de manière incontestable la question de la pérennité de processus d’innovation dans les PME et, en dernier lieu, de la compétitivité des entreprises, mise à mal par cette phase difficile.

Affaires, un léger mieux.
Affaires, un léger mieux.
(Source : CEP)

C’est enfin particulièrement le paramètre de la perception du développement de l’entreprise à moyen terme qui engendre un sentiment de confiance en cours de consolidation et de diffusion dans le tissu industriel régional, bien que tous les acteurs ne bénéficient pas encore d’effets de reprise. Si les signes discrets d’un regain d’activité se multiplient dans l’horlogerie, domaine d’application essentiel de l’industrie microtechnique, l’ensemble de la chaîne de production et du système interdépendant de l’industrie régionale ne profite pas, pour l’heure, de cette relance. Affichant une hausse nette dans leurs prévisions de développement, les plus grandes entreprises paraissent ainsi plus avantagées dans cette phase et affichent dans tous les indicateurs des anticipations plus positives que les petites unités.

(ID:44786303)