Des montres 100 % « Swiss Crafted » usinées avec une Fehlmann Picomax 56L Une Picomax 56L chez Régis Mauron SA

Auteur / Rédacteur: Auteur : Gilles Bordet, rédacteur MSM / Gilles Bordet

L'entreprise familiale Régis Mauron SA est active dans la sous-traitance mécanique depuis de longues décennies. Spécialisée dans la fabrication de composants horlogers, elle fabrique depuis 2016 les principaux éléments mécaniques des montres Mauron Musy.

Entreprises liées

De g. à d. : Christophe Musy, directeur et co-fondateur et Eric Mauron, président et co-fondateur de Mauron Musy.
De g. à d. : Christophe Musy, directeur et co-fondateur et Eric Mauron, président et co-fondateur de Mauron Musy.
(Source : MSM)

La création de la manufacture horlogère Mauron Musy découle de la passion commune de ses deux fondateurs Eric Mauron et Christophe Musy pour la mécanique de haute précision. Eric Mauron baigne dans la mécanique depuis sa plus tendre enfance et reprendra plus tard les rênes de l'atelier familial Régis Mauron SA crée par son père. Quant à Christophe Musy, de 20 ans son cadet, il a fait un apprentissage de mécanicien et des études supérieures comme technicien en construction mécanique.

C'est au milieu des années nonantes qu'ils se rencontrent et de leur passion partagée naitra bientôt une grande complicité qui posera les bases de la future manufacture Mauron Musy. Tous deux originaires de la Broye, ils sont fortement attachés aux valeurs qui caractérisent l'horlogerie suisse. L'expérience de l'un, associée à la curiosité de l'autre, va constituer la base d'une dynamique créatrice qui est au cœur de l'esprit de la manufacture. C'est dans ce contexte que vont naître les prémices d'une collaboration fructueuse qui poseront les soubassements de Mauron Musy dès 2013. Dès le départ, une des valeurs fondamentales que défend la marque est le 100 % « Swiss Crafted ». Bien plus qu'un label, c'est une éthique industrielle qui certifie que le 100 % de la montre a été conçu, réalisé et manufacturé en Suisse. Selon la législation actuelle, il faut que 60 % d'un produit soit fabriqué en Suisse pour obtenir l'appellation géographique « Swiss Made ». Pour Mauron Musy, ce qui était censé être un gage de qualité relève au final d'une grande hypocrisie. Une pratique à laquelle l'entreprise ne veut pas adhérer. Chez elle, tous les éléments de la montre, mouvement, boitier et cadran sont entièrement conçus, manufacturés et assemblés en Suisse et ce dans un rayon de 60 km autour de St-Aubin (Fribourg), site de production et d'assemblage des montres de la marque.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 10 images

Pour être cohérent avec cette éthique de production, c'est tout naturellement vers le fabricant suisse de machines-outils Fehlmann que l'entreprise s'est tournée lorsqu'il est devenu nécessaire d'investir dans un nouveau centre d'usinage.

Régis Mauron SA, la mécanique faite art

La culture de l'usinage mécanique dans ce qu'elle a de plus noble est inscrite dans les gènes de l'entreprise. À St-Aubin, dans les locaux historiques de l'entreprise familiale, tout fleure bon la mécanique d'antan. Rien de réducteur dans ce terme, bien au contraire, il fait référence aux pionniers, à une approche plus holistique de la mécanique où les nouvelles technologies côtoient un savoir-faire purement manuel. Car si on apprécie les dernières évolutions technologiques chez Régis Mauron, on aime encore plus les défis techniques et les complications mécaniques. Et ce qu'elles que soient les solutions à mettre en œuvre pour y arriver, l'essentiel est d'atteindre l'objectif visé.

Régis Mauron propose une large palette de services pour une clientèle variée, de l'usinage de composants mécaniques aux habillages horlogers en passant par le développement de machines spéciales dédiées à l'horlogerie et à la taille des pierres précieuses, le planage, la superfinition et diverses opérations horlogères comme le polissage, l'avivage et le satinage. Elle produit bien évidemment les principaux composants des montres Mauron Musy, faites principalement de titane et d'or rouge. L'entreprise dispose également de puissants outils logiciels pour la conception tel que Solidworks ou pour la fabrication assistée par ordinateur comme GibbsCam.

Si pour certains ces deux secteurs d'activité, mécanique générale et horlogerie, peuvent sembler difficilement conciliables car nécessitant des outils de production très différents, Régis Mauron navigue de l'un à l'autre avec une aisance qui force le respect. En effet, le parc de machines de l'entreprise constitué principalement de productions japonaises n'est pas spécialement taillé pour la production de composants horlogers. Ce sont des machines-outils de dimensions moyennes à même de produire des pièces mécaniques de taille standard pour le secteur de la mécanique générale. Si l'entreprise dispose également d'un centre d'usinage 5 axes parfaitement adapté à la fabrication de micro-composants mécanique ce dernier est vite limité dès lors que les pièces dépassent une certaine dimension.

Malgré une entière satisfaction des machines actuelles, lorsque la question d'investir dans un nouveau centre d'usinage s'est posée, la polyvalence s'est avérée être un critère essentiel. Car actuellement la part de production dédiée à l'horlogerie est de 20 % alors que le 80 % restant concerne des pièces de mécanique générale. Dans ces conditions il fallait trouver une machine capable de produire des composants horlogers de très haute qualité mais également des pièces plus volumineuses et pour la plupart constituées de matériaux difficiles à usiner.

Une fraiseuse universelle aux multiples talents

La Picomax 56L sélectionnée par Régis Mauron SA fait partie de la gamme historique du fabricant suisse. Si les modèles Picomax 21-D et 21-M reprennent tous les codes de leur illustres prédécesseurs et sont de véritables perceuses à table croisée avec des capacités de fraisage léger, il en va tout autrement pour le modèle 56. En effet, les Picomax 56 et 56 L sont de véritables centres de fraisage capables de supporter des opérations d'usinage plus lourdes. Mais ils conservent dans la version optionnelle TOP (Touch Or Program) brevetée la capacité d'exécuter des opérations manuelles ponctuelles de manière rapide et simple grâce au levier de perçage et aux deux manivelles électroniques intégrées.

La version de base de la Picomax 56 dispose d'une table de 908 x 480 mm avec 8 rainures en T pour des courses de 500 x 400 mm (X et Y) alors que la version L propose une table plus longue avec une course en X plus importante. C'est cette dernière version qui a été choisie par Régis Mauron pour son importante polyvalence. En effet avec ses 800 mm de course en X et sa table de 1400 mm supportant une charge maximale de 350 kg, un diviseur peut être monté à demeure sur la partie hors course de la table tout en conservant la possibilité de fabriquer de grandes pièces ou de monter plusieurs systèmes de serrage. Un autre avantage de cette configuration est de pouvoir aligner la face du mandrin de serrage du diviseur avec la fin de course de l'axe X et ainsi éviter tout risque de collision entre la broche et les éléments vitaux du diviseur.

C'est cette configuration à 4 axes qu'a adopté Régis Mauron. Le diviseur sélectionné est le Fehlmann AT 125 DD avec une hauteur de pointe de 125 mm utilisable en mode positionné ou continu équipé d'un système de lecture direct et d'un serrage hydrau-pneumatique pour un blocage puissant qui assure une bonne stabilité lors des opérations de fraisage.

Un châssis stable pour un encombrement minimal

C'est une fois dépouillée de ses carénages et périphériques que la Picomax 56(L) TOP révèle sa véritable nature. Sa construction surprend par la nature du matériau qui la constitue. Ici pas de traditionnelle fonte grise mais une fonte minérale, un matériau composite à base de minéraux naturels et de résine qui est coulé à froid et qui dispose de certains avantages. Son taux d'amortissement des vibrations est supérieur à celui de la fonte grise, sa résistance aux produits chimiques est excellente et elle est stable thermiquement. Comme l'explique Olivier Cantin, polymécanicien chez Régis Mauron SA : « Nous ne travaillons pas en 2 ou 3 x 8 h mais de manière traditionnelle. Quand nous enclenchons la machine le matin il est essentiel d'assurer le respect des tolérances dimensionnelles dès la première pièce même si cette dernière nécessite plusieurs heures d'usinage. »

Régis Mauron SA n'a pas jugé nécessaire d'équiper la machine d'un palpeur 3D électronique comme le précise Olivier Cantin : « La prise d'origine est effectuée une seule fois avec un palpeur 3D mécanique lors de la mise en train d'une série de pièces. Nous pouvons même interrompre un usinage en cours en fin de journée, éteindre la machine pour la nuit et relancer l'usinage à la position d'interruption le lendemain matin sans qu'aucune compensation ne soit nécessaire. » La base de sa structure monobloc adopte la forme d'un « L » reposant sur 3 pieds pour une stabilité maximale. La base horizontale accueille la table et l'axe X alors que la colonne verticale supporte le bélier (axe Y). L'axe Z est monté perpendiculairement à l'extrémité du bélier. Les 3 axes principaux fonctionnent avec des guidages linéaires et des vis à billes de grandes précisions et sont suffisamment dimensionnés pour assurer la stabilité sans sacrifier la dynamique. Pour assurer le niveau de précision, Fehlmann prépare toutes les surfaces de montage qui supportent les guidages linéaires par grattage ou rectification. C'est ici que le savoir-faire presque centenaire du fabricant entre en jeu et fait la différence avec une recherche constante du « zéro » afin de garantir une géométrie en parallélisme comme en rectitude qui frôle la perfection. Et pour positionner les axes avec une grande précision la machine est équipée d'un système de mesure en boucle fermée à base de règles optiques.

La manufacture Mauron Musy partage à ce niveau des valeurs communes avec Fehlmann que l'on retrouve dans la recherche perpétuelle d'une forme de perfection toute helvétique.

Une broche fiable et silencieuse

La motobroche de 7,1 kW (100 % ED) qui équipe la machine de Régis Mauron SA est une production entièrement développée et fabriquée par Fehlmann. De par sa configuration entièrement intégrée, cette broche assure un niveau de vibration très faible garant d'un fonctionnement extrêmement silencieux. Et c'est peu de le dire, dans l'atelier, le niveau sonore de la broche est totalement imperceptible car entièrement noyé dans le bruit de fond.

Cette broche dispose d'une liaison ISO/SK30 pour une plage de fréquence comprise entre 50 et 12 000 tr/min avec un couple maximal de 61 Nm. Sa bonne stabilité permet d'effectuer des opérations d'ébauches aisées avec un volume de copeaux important. Ses roulements à billes de haute précision et l'équilibrage fin du rotor assurent une parfaite concentricité garantissant des surfaces d'une exceptionnelle qualité. Bien évidement cette broche est synchrone, autorisant les opérations de taraudage rigide, et peut en option être équipée de l'arrosage par le centre. Elle dispose également d'un circuit de refroidissement qui assure la régulation de la température et contribue à la réduction de la dilatation. Mais comme le précise Martial Marmy, ingénieur de vente pour la Suisse romande chez Fehlmann : « Pour s'en rendre compte il suffit d'observer une pièce usinée avec la Picomax 56L. Ce qui surprend le plus c'est l'absence au toucher de tous raccords entre chaque passe. Si les traces de fraisage sont bien visibles, à l'aveugle il devient impossible de dire si la pièce a été fabriquée par fraisage ou rectification. »

Un centre d'usinage dynamique et flexible

L'association d'un châssis rigide avec des moteurs performants pilotés par l'excellente commande Heidenhain TNC 620 assure une bonne dynamique. La Picomax 56 dispose de vitesses d'avances de 20 m/min sur ses 3 axes linéaires et la version L atteint même 30 m/min pour l'axe X. Les capacités d'accélération et de décélération des entrainements permettent l'utilisation de stratégies d'usinage modernes tel que le fraisage trochoïdal et sur 3 ou 4 axes simultanés. C'est l'ensemble des qualités de cette machine qui la rend si polyvalente et ce critère était décisif pour Régis Mauron. Pour accroitre encore la productivité, la Picomax 56L peut être équipée d'un magasin d'outils à carrousel vertical de 20 ou 30 positions parfaitement intégré sur le côté gauche de la machine. La porte supplémentaire vitrée du magasin permet un contrôle et un entretien aisé des outils. Le changement d'outils automatique est rapide et fiable grâce à sa cinématique simple constituée d'un bras droit à double pince. Pour le changement manuel des outils, deux boutons poussoirs sont disposés au niveau de la broche pour une parfaite ergonomie.

La commande TNC 620 qui équipe la machine de Régis Mauron dispose d'un grand écran vertical tactile qui intègre le clavier alphanumérique. Seul le panel CNC, pour des questions de sécurité, utilise des touches physiques. Un clavier et une souris peuvent aussi toujours être branchés à la commande via le port USB. Cette commande propose de nombreux cycles machines et des fonctions avancées tant en matière de programmation que de simulation graphique. Les opérateurs à l'aise avec le langage par dialogue propriétaire pourront profiter des nombreuses possibilités qu'il offre et pour les autres la programmation selon ISO est également supportée. Parmi les fonctions disponibles avec cette commande l'import direct de fichiers DXF par l'interface Ethernet ou le port USB facilite grandement la programmation directement à la machine. En matière de cycles d'usinage l'offre est importante, fraisage (surfaçage, poche avec et sans îlots, trochoïdal), perçage, gravage, translation et rotations du plan d'usinage sur tous les axes, programmation paramétrique sont un petit aperçu des possibilités de cette commande. La gestion des programmes est également puissante, il est possible de les copier, de les renommer, de les déplacer d'un dossier à un autre et bien évidemment de programmer et de simuler un programme pendant l'exécution automatique d'un autre programme.

La polyvalence avant tout

De toutes les qualités de la Picomax 56L sa polyvalence est très certainement son atout principal. C'est en tout cas le facteur qui a été déterminant dans la prise de décision finale de Régis Mauron comme l'explique Olivier Cantin : « L'offre de machines-outils précises et performantes est importante sur le marché mais une machine qui réunit autant de qualités que la Fehlmann Picomax 56L est plutôt rare. » C'est en analysant la très grande diversité de pièces usinées par l'entreprise que l'on comprend l'importance fondamentale de disposer d'un outil de production extrêmement polyvalent. « Nous usinons avec notre Fehlmann des composants, des posages ou des outillages dédiés à l'horlogerie mais également des pièces beaucoup plus grandes constituées de matériaux très difficiles comme les aciers inoxydables et les alliages de nickel », souligne Olivier Cantin. Quant aux matériaux utilisés dans les montres de la marque broyarde, il s'agit principalement de titane et d'or rouge.

Parmi ces composants mécaniques on retrouve des vannes et mélangeurs pour l'industrie chimique et pharmaceutique en alliage de nickel, des fourches de sélection de vitesse en acier fortement allié pour des boîtes à vitesse qui équipent les véhicules de Liebherr ou encore des composants de balises lumineuses pour les aéroports. Peu de machines-outils auraient pu assurer la précision nécessaire à l'usinage de composants microtechniques tout en permettant des fraisages plus lourds dans des matériaux très tenaces comme ceux cités précédemment.

« Une des qualités de cette machine que nous apprécions beaucoup c'est sa table. Ces nombreuses rainures en T (8 au total) permettent une très grande liberté en matière de fixation des moyens de serrage », précise encore Olivier Cantin. En effet, là où la majorité des produits concurrents propose 3 à 4 rainures en T pour des largeurs de table identique, Fehlmann en propose huit. Si ce point peut sembler anecdotique il est vraiment essentiel pour une machine qui se veut polyvalente. Ces 8 rainures permettent non seulement de fixé n'importe quels types d'étaux et moyens de serrage sur la table mais elles sont essentielles dès lors que l'on désire usiner des tôles fortes bridées à même la table.

L'ergonomie, la signature Fehlmann

S'il y a un point sur lequel le fabricant de machines-outils ne fait pas de concessions c'est bien celui de l'ergonomie et la Picomax 56L n'y échappe pas. Chaque détail a son importance et cela se remarque dès le premier contact avec la machine, comme l'explique Olivier Cantin : « Ce qui m'a surpris la première fois que j'ai ouvert la porte de la machine c'est la qualité de sa poignée. Elle se trouve à bonne hauteur, son diamètre est parfaitement adapté à la main et sa texture est très agréable. » Ce constat ne se limite pas à une simple poignée de porte mais à l'ensemble des éléments qui constitue la machine. Il y a déjà pour commencer l'excellente visibilité offerte à l'opérateur sur la zone de travail, la hauteur de la table comme la position de la commande et les très nombreux petits détails qui font toute la différence. Parmi ces derniers nous pouvons citer l'armoire à tiroirs, très pratique, qui permet de ranger les porte-outils et les manuels d'utilisation. Elle est parfaitement intégrée sur le côté droit de la machine. Il y également les deux pistolets de nettoyage. Le premier, pour l'air comprimé, est partiellement intégré dans le tube support de la commande et positionné à gauche de cette dernière ce qui le met directement à portée de main, pour les droitiers tout du moins. Le second, pour l'émulsion, placé à gauche de la porte, permet de nettoyer la zone de travail de manière aisée. Parfaitement intégré sous les tablettes de rangement idéales pour y déposer les outils, instruments de mesures ou dessins, son support de grande qualité dispose d'un système d'écoulement intégré. Pile en dessous se trouve le tiroir à copeaux. C'est la solution choisie par Régis Mauron. « Pour notre production, cette manière d'évacuer les copeaux nous convient parfaitement. Il est assez volumineux pour ne pas devoir le vider trop fréquemment et son accès est très aisé. De plus, les canaux d'écoulement de l'émulsion situés derrière et devant la table sont fortement inclinés pour assurer une parfaite évacuation des copeaux sans risque de bourrage », détaille Olivier Cantin. Bien entendu Fehlmann propose aussi en option un convoyeur à copeaux et une pompe haute pression pour l'arrosage par le centre de la broche.

De nombreuses options disponibles

Fehlmann propose plusieurs options telles que deux palpeurs de pièces, un filaire plutôt dédié à une utilisation manuel avec la version TOP et un sans fil pour des cycles de palpage entièrement automatisés en mode CNC. Sont également disponibles deux palpeurs d'outils, le premier est un palpeur mécanique classique par contact et le second est un système laser sans contact. Les données de mesures pour ces deux palpeurs sont automatiquement inscrites dans le tableau d'outils de la commande. Fehlmann fabrique également des accessoires de précision utilisables sur ses perceuses/fraiseuses manuelles et sur ses centres d'usinage comme une table sinus pour le montage d'un étau ou d'un diviseur manuel comme CNC. L'extrême facilité avec laquelle la commande TNC 620 permet la rotation du plan de travail et le suivi du point d'origine dans l'espace autorise l'utilisation d'une table sinus manuelle de manière rapide et simple. Le carénage peut également être ouvert ou fermé sur le haut comme l'explique Martial Marmy : « Régis Mauron dispose d'une machine ouverte sur le haut sans l'option d'arrosage haute pression par le centre de broche. L'amenée du liquide de coupe se fait de manière périphérique et à basse pressions. » Olivier Cantin ajoute : « Nous ne faisons pas de perçages profonds. Dans ces conditions nous ne voyions pas l'utilité d'un carénage fermé et d'un système de filtration des brouillards d'huile. Et à l'usage nous n'avons constaté aucune projection d'émulsion par le dessus de la machine car le carénage monte vraiment très haut. Et ce même lorsque la broche tourne à sa vitesse maximale. »

Le volet économique, un facteur de poids

On pourrait penser qu'une machine réunissant un tel ensemble de qualités, qui plus est entièrement développée et fabriquée en Suisse, souffrirait d'un prix dissuasif qui ferait pencher la balance au profit d'un concurrent européen ou asiatique. « Le prix de cette machine a été une très bonne surprise pour nous. Nous voulions absolument une machine-outil suisse pour respecter nos valeurs fondamentales et tout particulièrement le 100 % « Swiss Crafted », mais pas à n'importe quel prix non plus. », explique Eric Mauron. Et effectivement à ce niveau, Fehlmann se positionne extrêmement bien. « Le rapport qualité prix de cette machine est vraiment exceptionnel aux vues de ses performances. Il s'est finalement avéré que la Picomax 56L était plus économique que les alternatives japonaises auxquelles nous pensions au départ. Et avec la qualité suisse on ne se pose jamais de questions », affirme Eric Mauron.

Le diable se cache dans les détails

Martial Marmy a su accompagner Régis Mauron SA tout au long de sa prise de décision et proposer des solutions adaptées à chaque demande de son client. Mais comme il aime à le dire, et à raison : « Nos machines sont vraiment de haute qualité et cet état de fait aide énormément, mais en matière de vente ce seul argument n'est pas suffisant. »

« Une condition importante pour nous c'est la qualité de la relation avec notre fournisseur. Et nous n'avons jamais été déçu par Fehlmann à ce niveau. Ils sont réactifs, fiables et font preuve d'un grand professionnalisme. Le service après-vente est vraiment au top ! », explique Christophe Musy. La Picomax 56L en service depuis octobre 2019 chez Régis Mauron aurait pu ne jamais se trouver là. En effet, la machine ne passait pas sous la porte de l'atelier, bloquée par le moteur de l'axe Z monté en tête de la vis à bille. « Généralement s'il faut casser de la maçonnerie pour rentrer une machine, la vente n'aboutit pas. Mais ce problème est bien connu de Fehlmann et c'est pourquoi le moteur de la Picomax 56L est très facilement démontable. Cela permet généralement de gagner les quelques centimètres manquants », précise Martial Marmy.

L'achat de cette machine est un pari gagnant pour Mauron Musy car en plus de produire des montres entièrement manufacturées en Suisse, la manufacture peut désormais fabriquer une partie des composants avec une machine également estampillée « Swiss Made ». « L'achat de cette machine Fehlmann est parfaitement cohérent avec notre politique du 100 % « Swiss Crafted », c'était vraiment un point essentiel pour nous », s'exclame Christophe Musy. Olivier Cantin, principal utilisateur de la machine conclut : « La Picomax 56L nous donne entière satisfaction et dans bien des domaines elle dépasse même nos exigences les plus sévères. »

MSM

(ID:47455010)