Rechercher

Un investissement judicieux pour Polytype

| Rédacteur: Edouard Huguelet

>> Reiden, l’un des fabricant suisse de machines les plus connus, a conçu et dévoilé à l’occasion de l’EMO son dernier centre d’usinage à savoir le modèle RX18, un monstre de précision au service des usineurs, fraiseurs, tourneurs du monde entier. Aujourd’hui, nous faisons un bref retour en arrière pour exposer les raisons qui ont poussés l’unité de fabrication de l’entreprise fribourgeoise Polytype à s’équiper de la RX10, soit la petite sœur, tout aussi précise mais d’un volume plus «humain».

Entreprises liées

Polytype est une entreprise importante de la place industrielle fribourgeoise. Et son département Manufacturing est un acteur majeur de la sous-traitance mécanique dans les grandes dimensions. (Image MSM/JR Gonthier)
Polytype est une entreprise importante de la place industrielle fribourgeoise. Et son département Manufacturing est un acteur majeur de la sous-traitance mécanique dans les grandes dimensions. (Image MSM/JR Gonthier)

Depuis 50 ans, Polytype Manufacturing mise sur sa grande conscience en matière de qualité et sur sa flexibilité pour réaliser avec succès des commandes complexes dans des délais très courts. Avec près de 145 collaborateurs elle produit sur une surface d’atelier de 13’000 m2 et traite plus de 20’000 ordres de travail par année. Elle propose depuis plusieurs années déjà ses services en sous-traitance.

L’entreprise Polytype SA, spécialisée dans la conception, la fabrication et le montage de grandes machines est devenue grâce à son savoir-faire un sous-traitant sur lequel il faut désormais compter. Il s’agit d’un partenaire idéal avec une grande expérience dans la fabrication de pièces mécaniques tout comme dans le montage de machines ou d’ensembles de haute technologie.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 9 images

Le neuf détrône l’occasion

On peut se poser la question du choix d’investissement. Lorsqu’une entreprise se trouve dans l’obligation de rénover son parc de machines ou de le doper comme c’est le cas chez Polytype, il s’agit simplement de choisir entre l’achat d’une machine d’occasion ou d’une machine neuve. Après avoir évalué l’achat d’une RS15 également de marque Reiden, le directeur de la production a préféré opter pour une nouvelle machine, car la RS15 ne satisfaisait pas complètement au cahier des charges. Suite à des discussions avec Monsieur Isler vendeur et spécialiste des machines Reiden, Polytype a finalement opté pour un investissement à long terme en choisissant une machine neuve, soit le modèle Reiden RX10. Il s’agit d’ailleurs de la première vente du modèle de machine Reiden RX10 en Suisse romande. Voici ce que nous a déclaré Monsieur Zurkinden, directeur de production : «Nous avons fait une évaluation serrée des capacités de ce centre d’usinage, puis nous avons aussi dû l’apprivoiser quelques peu en l’adaptant à nos besoins spécifiques.»

MSM : Lors du choix de la machine Reiden RX10, combien de fournisseurs étaient encore dans la dernière sélection de fabricant ?

Daniel Zurkinden: Nous avons un bon «Project Manager» pour gérer cet investissement. Au début nous avons commencé avec une liste de 12 fournisseurs, puis finalement 5 fabricants de machines sont restés dans la course et sur ces 5 «gagnants» nous en avons approchés trois. Nous devons bien avouer que du point de vue du service à la clientèle, Reiden remportait la palme. Ils nous ont assistés étroitement lors de cette étape du projet. Nous avons même eu la possibilité de faire des tests sur le même type de machine.

Florian Isler : L’équipe Polytype s’est même rendue chez quelques clients de référence de Reiden, à savoir chez Reco Mecanique (www.reco-mecanique.ch) et Valprecision (www.valprecision.ch) ainsi que plusieurs autres en suisse allemande.

Lien vers: Valprecisionet Reco Mecanique

Daniel Zurkinden: Nous avons aussi fait des visites auprès des autres marques qui restaient en liste accompagné de quelques collaborateurs.

MSM Pourquoi avez vous finalement choisi d’acheter suisse, soit une Reiden ?

Daniel Zurkinden: Nous avons, il faut bien l’avouer, bénéficié d’un grand soutien de la part de Reiden. Ce qui nous a particulièrement marqué, dans le bon sens du terme, c’est d’avoir eu l’opportunité d’usiner nos pièces à des fins de test sur une RX10. Ceci nous a certainement motivé à faire cet achat chez Reiden. Ceci notamment parce que le temps d’usinage et la facilité d’accès permettait d’usiner la pièce test sur une seule machine avec un seul serrage alors qu’auparavant cette pièce devait transiter par trois serrage différents. C’est donc un gain en précision et surtout un gain en temps.

Autre avantage

Le centre d’usinage RX10 malgré ses capacités d’usinage reste fort compact avec une surface au sol de seulement 4 x 5 m. Malgré cela les coulisses longitudinales de ce centre sont longues soit 1’000 mm en X et 1'100 mm en Y.

Florian Isler complète ainsi l’appréciation de la machine : «En effet malgré la palettisation, le centre d’usinage reste fort compact. De plus ce modèle bénéficie de la double broche dynamique offrant une vitesse à l’outil de 16'000 t/min avec un couple de 291 Nm. Et ce n’est pas tout, la RX10 a la particularité de pouvoir usiner par en dessous, et de pouvoir ainsi « attaquer » la pièce avec une broche se trouvant en dessous du niveau de pose de la pièce.»

Et à propos du service à la clientèle, Monsieur Florian Isler précise qu’il y à trois niveaux d’aide ou de dépannage, tout d’abord un dépannage possible à distance par téléphone grâce au savoir-faire des techniciens répondant à la hot-line, deuxième moyen le dépannage par un branchement distant sur le cerveau de la machine afin de contrôler facilement la CNC et sa liaison aux axes. Ainsi le technicien peut s’il en a l’autorisation consulter à distance l’historique des opérations effectuées puis prendre la décision de changer tel ou tel paramètre. Et finalement le plus important le dépannage sur site par un collaborateur qualifié dans les 1 à 2 jours selon l’importance de la panne.

Deux autres atouts

Deux aspects ont particulièrement frappés les décideurs de Polytype c’est d’une part la présence d’un changeur d’outils possédant de nombreuses positions d’outils et d’autre part son agencement permettant de garder une surface au sol limitée. Le deuxième point est d’avoir, lors d’une visite auprès du fabricant Reiden, côtoyé des ingénieurs de l’ETH de Zurich en train de faire des tests de températures dans la broche de la RX10. Ce qui prouve l’étroit partenariat que Reiden a développé avec ce centre de recherche réputé.

MSM : Dans quel secteur le nouveau centre d’usinage Reiden RX10 sera-t-il actif ?

Daniel Zurkinden: Nous avons l’intention de l’utiliser dans l’usinage de pièces en général car cette machine peux travailler sur des pièces jusqu’à 1 m3 et de plus, c’est un centre d’usinage à 5 axes simultanés c’est-à-dire dire que presque rien ne lui est impossible ! Nous devons aussi beaucoup investir sur la formation, 3 personnes ont suivis la formation de base et une personne est responsable de la conception des programmes complexes.

Mario Mauron, Responsable de segment cubique : Nous avons mis en place un service de travail par équipe, ainsi deux équipes y travaille tandis que je m’occupe du soutien. Nous usinons principalement des petites séries de 2 à 5 unités jusqu’à un maximum de dix pièces identiques. Les séries changent souvent, le temps de changement est évalué entre 10 minutes et un quart d’heure. Les matériaux usinés changent également régulièrement ainsi on passe aisément de l’aluminium à la fonte.

MSM : Avez vous demandé des modifications par rapport à l'équipement de base?

Daniel Zurkinden: Nous avons sur cette machine des tables spéciales, normalement ce modèle de machine est proposé avec des rainures en «T» ou une grille de trous, Monsieur Mauron a demandé une exécution spéciale avec trois types de table soit l’une hybride comportant des rainures en «T» et une grille de trous ainsi que d’autres plateaux n’ayant qu’une grille de trous. Cela permet d’être plus flexible dans les moyens de fixation des pièces.

Florian Isler : nous proposons souvent des posages adaptés aux vœux des clients, soit même des solutions spéciales pickup, ou des systèmes de reconnaissance, des tables avec chips intégrés ainsi que des chip «Balluf» pour la reconnaissance de l’outil. Nous avons chez Reiden la chance d’être un petit fabricant nous permettant par contre d’être dynamique et de nous adapter aux désirs de l’utilisateur. En collaboration avec le client nous avons choisi des systèmes de bridage AMF et des outils Triag, Seco et Walter, mais nous sommes aussi ouvert à d’autres fournisseurs de périphériques.

Mario Mauron : Nous disposons d’une machine avec palettiseur et donc une palette en travail tandis que 4 sont en phase de chargement/déchargement, dont l’une est un plateau magnétique. Du côté de la broche nous avons une gamme d’outil avec cône HSK 63 et 273 outils.

MSM : Avez vous procédé à des modifications au niveau de la mesure d'outils?

Florian Isler : La mesure finale s'effectue à l'extérieure, tandis qu’en option nous proposons le contrôle de bris d’outil avec un dispositif Blum à l'intérieur même de la machine. Et du côté du contrôle d’axe, Heidenhain propose une recalibration des axes pouvant être faite par l’utilisateur. Ce dispositif de mesure avec palpeur à bille s’effectue généralement entre l’ébauche et la finition et nous avons remarqué qu’une variation de 1 à 2 centièmes peut être détectée entre le matin et l’après midi. L’ergonomie de la machine est très bonne, facilité par une caméra pour visionner en live le parcours de l’outil. Cet écran de visualisation est astucieusement placé au-dessus de la CNC.

MSM : Quel est le ROI espéré? Avez-vous pu revendre au fabricant une ancienne machine?

Daniel Zurkinden: Nous sommes très content de cet investissement car grâce à la nouvelle RX10 et après une phase de démarrage et d’analyse nous faisons une économie de temps entre 25 et 50% par rapport à l’utilisation de l’anciennes BF2 de Reiden totalisant 25 ans de bons services. Le «payback» est prévu sur 6 ans pour ce projet et ceci en conservant un tarif horaire attractif.

MSM : Quelle formation les utilisateurs de cette machine ont ils reçus?

Mario Mauron : Dans ce cas c'était un peu spécial, j’ai eu la possibilité de travailler chez le fabricant à Reiden directement. C’était un choix personnel et ça a véritablement porté ses fruits, c'était une situation «win-win». De plus un formateur de chez Reiden est venu à Fribourg durant 8 jours pour nous accompagner lors de la production des premières semaines. Dès le premier jour nous avons sortis des pièces de qualité!

La rédaction du MSM vous remercient pour cet entretien. <<

(ID:30372380)