WatchThinking

Un autre regard sur l’avenir de l’horlogerie

| Rédacteur: Jean-François Pillonel

Galerie: 2 photos
(MSM/JF Pillonel)

>> En marge de la semaine du Design Thinking qui se déroule du 17 au 21 mars, le Swiss Creative Center de Neuchâtel lance une nouvelle initiative avec le soutien de l’un de ces membres, Vaucher Manufacture Fleurier. Il s’agit d’un cercle de réflexion d’un genre nouveau nommé WatchThinking. Formé de fortes personnalités indépendantes, ce cercle a pour objectif d’apporter de l’imagination et de la réflexion prospective afin d’alimenter un débat critique, qui fait parfois défaut, autour de l’avenir du monde horloger.

En réunissant régulièrement des intellectuels, des experts et des artistes (voir la liste en encadré), provenant de la chaîne du Jura, de Genève à Bâle en passant par Neuchâtel, ce groupe indépendant donnera naissance à un débat d’un genre nouveau celui du WatchThinking à savoir de la pensée sociétale, prospective et globale en milieu horloger. Cette initiative se veut indépendante. Elle ne cherche pas la polémique mais la réflexion positive.

Une réflexion positive orientée vers l’avenir

A la base de cette structure, on retrouve deux entités :

  • Le Swiss Creative Center, basé à Neuchâtel, a pour ambition de favoriser la co-création ainsi que l’innovation de rupture et de développer les démarches créatives dans le canton de Neuchâtel et en Suisse.
  • Vaucher Manufacture Fleurier est une manufacture horlogère de mouvements mécaniques haut de gamme. Ouverte, indépendante et verticalisée, elle cultive la tradition horlogère suisse. Tradition qu’elle veut dynamiser par une culture tant novatrice que pragmatique.

Ce cercle cherche à apporter de nouvelles réflexions à l’égard du développement futur de l’industrie du luxe et en particulier celle de l’horlogerie. En passant en revue les défis actuels et ceux qui vont se présenter à l’avenir, WatchThinking veut contribuer au renouveau de la réflexion horlogère. Les montagnes du Jura seront le berceau de ce savoir-faire intellectuel.

Ainsi autour de Xavier Comtesse, Jean-Daniel Dubois, Elmar Mock, Jacques Hainard et d’autres personnalités reconnues, ce groupe de réflexion forgera petit à petit une pensée originale et prospective, et ceci lors de régulières rencontres. Objectif avoué : passer du bling/bling au think/think !

Pour compléter ce thème
 
Xavier Comtesse
 
Jean-Daniel Dubois
 
Les participants au « Watch Thinking »

Cette pensée globale en gestation/discussion se retrouvera sous forme de blogs dans le site www.watchthinking.ch, entièrement dédié à une seule cause: celle d’assembler de l’intelligence critique et prospective pour l’avenir de l’industrie horlogère.

Horlogerie suisse, Hollywood et Place Vendôme

Sur un ton un brin provocateur, Xavier Comtesse n’hésite pas à comparer l’industrie horlogère helvétique et l’industrie cinématographique hollywoodienne. Toutes deux attirent l’attention et le regard. Elles génèrent chacune un chiffre d’affaires annuel de 20 milliards de francs et emploient à peu près le même nombre de personnes, près de 60'000. Toutes deux remportent un réel succès mais ne sont pas à l’abri d’un revers. L’horlogerie en sait quelque chose, elle qui a vécu une grosse cassure dans son histoire récente. Des métiers peuvent disparaître rapidement, ou tout au moins subir un profond déclin. Dans les métiers du luxe, c’est le cas par exemple des fourreurs, qui se sont mal remis des attaques des défenseurs des animaux. C’est pour cette raison que les initiateurs du WatchThinking estiment qu’il faut lancer la réflexion pendant que la situation est bonne et que la pression des événements n’est pas trop forte. Autre constat inquiétant : l’horlogerie propose peu d’innovations réelles, elle est beaucoup trop dépendante des responsables marketing des grands groupes, alors que les professionnels de la montre ont peu d’influence. L’avenir de l’horlogerie ne doit pas se décider uniquement sur la place Vendôme à Paris, où toute grande marque qui se respecte a ouvert une boutique.

Ouvrir une porte aux petits créateurs

Vaucher Manufacture Fleurier fabrique les montres Parmigiani et Hermes. A sa tête, Jean-Daniel Dubois lutte contre la disparition des métiers de l’horlogerie. La structure actuelle des entreprises horlogères, qui produisent des lots de taille importante, met en danger un certain nombre de métiers. Le canton de Neuchâtel en est conscient et s’active à la sauvegarde de ceux-ci. La réalisation d’un mouvement mécanique exige l’intervention de 20 métiers. En se concentrant sur les mouvements mécaniques, la manufacture Vaucher, qui occupe 200 collaborateurs, privilégie la bienfacture, la fiabilité et la précision. Afin de permettre aux petites marques, gage de créativité, de survivre, Vaucher a créé en 2013 VMF Private Label, qui offre la possibilité de réaliser des séries à partie de 25 unités. La production actuelle de la manufacture est de 20'000 mouvements par année. La structure de l’entreprise va permettre, à terme, d’en produire 35'000. <<

Coordonnées: Swiss Creative Center, Place de la Gare 4, 2000 Neuchâtel, Tél. 078 645 45 91, info@scc-network.ch, www.watchthinking.ch

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 42588076 / Horlogerie)