Rechercher

La nouvelle campagne d'image de Studer place une fois de plus l'affirmation « The Art of Grinding » au centre Studer réfléchit à ses propres forces

| Auteur / Rédacteur: Source : Studer / Gilles Bordet

La crise sanitaire autour de COVID-19, la brexite, les tendances mondiales aux restrictions commerciales et aux barrières douanières, les changements structurels dans l'industrie automobile : 2020 est et reste une année difficile

Entreprises liées

Sandro Bottazzo, directeur général de la société Fritz Studer AG devant une rectifieuse S31 repeinte par l'artiste suisse Ata Bozaci.
Sandro Bottazzo, directeur général de la société Fritz Studer AG devant une rectifieuse S31 repeinte par l'artiste suisse Ata Bozaci.
(Source : David Schweizer)

« Sportive », comme l’appelle Sandro Bottazzo, directeur général de la société Fritz Studer AG et en tant que CSO, responsable des ventes, du Customer Care et du marketing. Et dans une telle situation, une entreprise doit se concentrer sur des propres forces, Sandro Bottazzo en est convaincu. « Nous ne devrions pas nous poser des questions sur des choses que nous ne savons peut-être pas faire, mais plutôt parler de nos points forts ».

Quels sont précisément ces points forts ?

Galerie d'images

« Nous disposons d'un savoir inégalé en ce qui concerne la rectification proprement dite et ses applications », affirme Sandro Bottazzo. « La rectification est plus qu’un usinage producteur de copeaux. » Il s’agit de maîtriser tous les paramètres. Quand une personne contrôle tout cela, elle maîtrise l'art de la rectification ou « The Art of Grinding ». « Rien ne décrit mieux ce qui fait notre différence que la devise de notre entreprise », selon Sandro Bottazzo. Et c'est pourquoi ce slogan va reprendre une place centrale. « La rectification est un art qu’il n’est pas possible à chacun de maîtriser à ce niveau de précision et de qualité », souligne le directeur des ventes.

L’art de la rectification

La nouvelle campagne se réfère donc aussi à l’univers artistique. Lors du Motion Meeting en février 2020, Ata Bozaci, un artiste suisse, avait présenté une vision artistique de la S31 qui sera ensuite montrée dans le cadre des salons professionnels et des expositions commerciales. À cela s’ajoutent les affiches et les mailings auxquels Ata Bozaci a participé. « Ces dernières années, nous nous sommes plus concentrés sur la publicité liée au produit et nous misons désormais sur une campagne d'image, et ce délibérément malgré le contexte économique actuellement difficile », souligne Sandro Bottazzo. C’est ainsi qu’Ata Bozaci a conçu les « Key Visuals » sur les trois valeurs fondamentales de Studer : qualité, précision et passion.

Nous voulons nous faire remarquer par cette campagne et faire preuve de courage, explique Sandro Bottazzo. Egalement dans cette période très difficile. Ce courage trouve naturellement sa source dans l’histoire de l’entreprise et de son succès depuis plus de 100 ans. Mais nous ne voulons pas nous reposer sur nos acquis, déclare le directeur des ventes. De nombreux projets et investissements sont déjà dans les tuyaux pour améliorer encore les machines, les services mais aussi les procédures de l’entreprise ainsi que la communication.

Informations additionnelles
Zoom
L’artiste suisse Ata Bozaci a esquissé l’univers graphique pour « The Art of Grinding ».

L’ébauche d'un œil à partir de formes dans différents dégradés de bleu, des composants esquissés à un l'aide d’un trait fin, comme si on pouvait regarder à travers l’enveloppe extérieure métallique : l’artiste Ata Bozaci a dessiné la machine S31 de Studer S31 en faisant preuve d'une imagination débridée. « Nous avons développé le concept de manière que la personne qui regarde perçoive la machine de différentes manières selon qu’elle est plus ou moins près de l'œuvre. Nous y avons intégré un grand nombre de pièces et de produits de Studer tout en restant discrets », c’est ainsi que l’artiste décrit son travail.

Ata Bozaci, dont la patrie artistique est celle du monde du graffiti et du street art, a su développer un style qui lui est propre. Dans un grand nombre de ses œuvres, on ne voit que des formes géométriques lorsqu’on les regarde de près, mais en prenant du recul, le tableau d’ensemble apparaît. Il travaille également beaucoup dans les espaces publics. Il a dessiné la Swissmill Tower à Zurich, sa plus grande peinture murale est haute de 27 mètres et peut être vue à Shenzehn en Chine et montre : un bébé avec un smartphone.

Autres informations :
studer.com/fr/

(ID:46896512)