Rechercher

German success-story, la voie américaine Réussite et développement grâce aux CNC Haas

| Rédacteur: Gilles Bordet

>> Le propriétaire de CNC-Bearbeitung Jürgen Buss GmbH, sous-traitant prospère installé dans le sud de l’Allemagne, aime tout ce qui est américain, et notamment les voitures anciennes, les sports automobiles (et plus particulièrement le NASCAR), et les machines Haas.

Entreprises liées

La société allemande CNC-Bearbeitung Jürgen Buss GmbH travaille exclusivement avec des machines Haas et ne le regrette pas bien au contraire.
La société allemande CNC-Bearbeitung Jürgen Buss GmbH travaille exclusivement avec des machines Haas et ne le regrette pas bien au contraire.
(Image : Haas Automation)

Depuis le lancement de sa société en 1992, il a fait un bon bout de chemin, en grande partie, affirme-t-il, grâce à son investissement réalisé dans plusieurs machines de CNC Haas, dont un centre d’usinage universel 5 axes UMC-750.

Haas et le besoin de la vitesse

À quelques 40 km au nord de Stuttgart, la société CNC-Bearbeitung Jürgen Buss GmbH (localement nommée « le fabricant d’outils Buss ») s’est forgé une réputation de partenaire compétent et fiable de l’usinage CNC et de la fabrication d’outils destinés aux industries de secteurs tels qu’automobile, médical, environnement et agriculture ; la sagesse dont la société fait preuve en refusant que plus de 10 à 15 pour-cent de son chiffre d’affaires provienne d’un seul client atteste d’une gestion ingénieuse. En fait, elle applique aussi cette philosophie dans l’investissement qu’elle réalise dans ses machines-outils, en exploitant le rapport prix-spécification des machines Haas, le meilleur de l’industrie, pour garantir que la société peut être concurrentielle dans un monde de sous-traitance caractérisé par une forte concurrence.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 6 images

Pour superviser l’entreprise, le propriétaire et fondateur Jürgen Buss a mis fin à son emploi dans une société d’ingénierie locale à 26 ans, il y a 23 ans, en choisissant plutôt d’utiliser son bagage en usinage CNC pour fonder sa propre société d’usinage de composants plastiques entrant dans des systèmes de mesure des échappements de cheminée. Les systèmes ont été une réussite, et après plusieurs autres contrats pour des composants en acier, tout était en place pour bien lancer son activité. Depuis, il n’est jamais revenu sur le passé.

Un parc machines 100% Haas

M. Buss a acquis sa première machine Haas au milieu des années 1990 en recherchant une alternative de haute qualité et à un prix abordable aux marques allemandes, suisses et japonaises en vigueur à l’époque sur le marché local. Il a acquis plusieurs tours CNC Haas pour compléter les quatre fraiseuses CNC Haas Super Mini Mill. Et si la crise mondiale de 2009 a été pour l’entreprise synonyme de restructuration, la société devant se séparer de certaines de ses capacités, la reprise de l’économie au tournant de la dernière décennie a relancé M. Buss sur le chemin de l’investissement dans du matériel Haas.

« La dernière arrivée est une machine pour moulistes Haas à broche verticale, la VM-6 », indique-t-il. « Elle rejoint un centre d’usinage à broche verticale VF-2, un centre d’usinage à broche verticale et vitesse rapide VF-2S, un centre de perçage/taraudage DT-1 et un centre d’usinage universel cinq axes UMC-750 installé en janvier 2014. Les machines Haas, qui tournent 10 à 12 heures par jour, traitent tous les types de matériaux, des pièces moulées en plastique et en aluminium à l’acier inoxydable et aux alliages durs, en passant par le laiton et l’acier. La taille des lots peut être quelconque et aller jusqu’à 1000 pièces ».

M. Buss admet qu’il a un petit faible pour l’ingénierie américaine. Il possède une Ford Mustang et une Jeep, sans compter l’incontournable Harley Davidson. Naturellement, il a déjà visité l’usine Haas du Sud de la Californie, souhaitant voir où ses machines étaient conçues et construites.

« L’histoire de Haas est très intéressante », commente-t-il. « On m’a expliqué toute l’histoire de la société, et j’ai une admiration sans borne pour ce qu’ont réalisé Gene Haas et ses collègues. L’idée de créer un système de machine-outil virtuellement modulaire basé sur un faible coût mais une haute qualité était un véritable coup de maître. Le succès des machines est aussi incarné par le succès de l’équipe NASCAR de la société, la Stewart-Haas Racing. La course NASCAR a été au final pour moi le temps fort du voyage, une expérience vraiment unique. De la folie complète ! Tout le monde a désormais hâte de voir si ce succès peut être réitéré en Formule un. »

Execution jusqu'à 1000 blocs par seconde

Et l’amour que M. Buss voue à la course se répète dans son atelier des machines. En plus de monter plusieurs étaux sur chaque machine pour obtenir un haut débit – l’UMC-750 abrite deux étaux, le VM-6 trois, et le DT-1 quatre – l’option d’usinage à grande vitesse de la commande Haas a été adaptée sur chaque machine.

L’option d’usinage à grande vitesse opère en analysant le changement de direction vectorielle, ou changement d’angle, d’un bloc à un autre. Lorsque le changement de direction vectorielle est très faible, à l’instar du code produit en utilisant une petite valeur de tolérance de coupe, la commande peut interpoler le déplacement à une vitesse d’avance plus élevée qu’avec un changement de direction vectorielle plus important. Très impressionnante, l’option d’usinage à grande vitesse Haas peut usiner à une vitesse pouvant atteindre 1 000 blocs par seconde, soit un bloc par milliseconde !

Aujourd’hui, la société agréée ISO 9001 qu’exploite M. Buss compte des clients à plus de 100 km alentour, les nouveaux contrats étant généralement la conséquence d’une recommandation. M. Buss conclut : « Pour résumer, la vitesse et la précision des machines-outils CNC Haas – avec des tolérances allant souvent de 0,005 à 0,01 mm – ont fait qu’aujourd’hui, l’industrie allemande de l’usinage en sous-traitance nous envie. » <<

(ID:43976929)