Rétrospective de Prodex

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

De gauche à droite: Juerg Peter, CEO de ps trading ag, distributeur de Mastercam en Suisse et Jean-Pierre Bendit, directeur de Jinfo SA.
Galerie: 16 photos
De gauche à droite: Juerg Peter, CEO de ps trading ag, distributeur de Mastercam en Suisse et Jean-Pierre Bendit, directeur de Jinfo SA. (Image: MSM)

>> Afin de faire un rapide tour d'horizon de cette importante exposition, la rédaction est allé glaner quelques opinions et tendances sur les stands. Des nouveautés, des innovations et surtout une hâte que l'économie reparte à plein régime telles sont les opinions générales de ce mois de novembre 2010.

Fraisage, gravage laser et électro-érosion

Agie Charmilles Sales Ltd, 1217 Meyrin

MSM: Qu’attendez-vous d’un salon tel que celui-ci?

Philippe Devanthéry: Nous nous attendons à rencontrer l'essentiel de notre clientèle, soit les clients actifs mais nous espérons aussi faire de fructueuses rencontre avec des clients de l'électro-érosion pouvant être potentiellement intéressés au domaine du fraisage. L'objectif est de rencontrer un 15% de nouveaux clients. Il est rare que les utilisateurs de machines concurrentes passent sur notre stand, toutefois lors d'un nouveau besoin, un possesseur de machine Chiron par exemple viendra vraisemblablement voir notre offre en machines Mikron «5 axes». Dans ce type de salon nous développons aussi nos affaires dans le domaine des pièces et articles dans le consommable.

MSM: Quelle nouveauté particulière présentez-vous cette année?

Philippe Devanthéry: La Cut 2000, une machine haut de gamme dédiée à la découpe au fil. Nous avons aussi renommé la gamme le «Twin Wire» et le«duo» deviennent la gamme «awc» avec un changeur d’outil automatique. Cela permet de passer aisément d’un fil d’ébauche à un fil de finition ou encore de changer de diamètre de fil. Rien de nouveau en fait, mais tout s'accélère: La nouveauté d'antan devient le standard ainsi la machine FORM 200 avec changeur d’outil, permettant un changement d’outil de l’ordre de 15 sec. Ce «FTC» ou «Fast Tool Changer» est en fait un changeur revolver extrêmement véloce. Autre nouveauté: la Micro HSM 400 ulp avec moteur linéaire et changement d’outil très rapide. Et bien évidemment l'arrivée du laser... une première machine laser a été vendue il y a un mois à peine chez Laser Jura, c'est un sous-traitant actif dans les secteurs medtec et horlogerie. Cette machine laser est une belle avancée technique, ce n'est pas un hasard si une vingtaine de machines ont déjà trouvé preneur en Italie, en France et en Allemagne.

MSM: Y-a-t il une demande particulière de vos clients qui revient régulièrement?

Pour compléter ce thème
 
Du côté de la FAO
 
Des machines-outils automatisables

Philippe Devanthéry : Le voeu le plus cher de nos clients dans le secteur du fraisage est de réduire autant que faire se peut le temps copeau à copeau. Dans le domaine de l'électro-érosion Agie Charmilles est bien positionné. En Suisse, 200 machines tout secteurs confondus sont vendues en Suisse. Je remarque que le marché en Suisse est moins fluctuant que le marché allemand...

MSM: Quelles sont les tendances actuelles à prendre en compte dans votre secteur d’activités?

Philippe Devanthéry : Une augmentation de l'usage de l'électro-érosion dans le secteur horlogerie et de la microtechnique. En Suisse allemande par contre les besoins sont différents, les pièces produites sont plutôt plus grosses. En Suisse environ 1/3 des machines vendues font partie du haut de gamme avec en Suisse allemande un panachage entre EDM à fil et à enfonçage. En Suisse romande on se concentre dans le haut de gamme ou dans le tout petit pour l'horlogerie.

MSM: Quel est l’état de votre carnet de commande?

Philippe Devanthéry : Notre résultat est homogène. Nous sommes à une époque charnière, certains sous-traitants sont partis en faillite et il faut re-qualifier de nouveaux sous-traitants. Chez AgieCharmilles, l’assemblage et l’électronique de puissance sont réalisés en interne, comme la plupart des fabricants de machines. Tout le monde a baissé ses stocks, depuis fin mars 2010 les commandes commencent à rentrer. Actuellement nous avons quelques mois de réserve de commande. L'industrie est repartie, toutefois à court terme des problèmes de délais de fabrication apparaissent. Dans le secteur EDM il faut compter avec des délais de 3 à 4 semaines et dans le fraisage au moins 3 mois de délai. <<

Machines-outils pour l'usinage économique des métaux

Hch. Reimmann AG, 8617 Mönchaltorf

MSM: Qu’attendez-vous d’un salon tel que celui-ci?

Jürg Reimmann: C’est important de voir les clients afin de connaître les besoins de ceux-ci et de présenter les nouvelles machines tels que la gamme Yasda et des machines pour l’horlogerie ou pour la fabrication des machines-outils.

MSM: Quelle nouveauté particulière présentez-vous cette année?

Jürg Reimmann: Nous avons notamment de nouvelles machines à scier carrossées appartenant à une nouvelle ligne de machines Kasto. Dans un tout autre domaine, nous proposons une machine Flow. De provenance américain cette machine découpe au jet d’eau. Cette marque «Flow» est d’ailleurs leader au monde pour la découpe au jet d’eau. Cela couvre des dimensions de découpe atteignant 6 mètres. Elle permet de découper, de l’acier de la pierre et toutes les matières ne pouvant pas être découpées avec le laser comme l’aluminium ou encore le plastique. Les opérations de découpe par fraisage coûtent cher il est préférable de couper au jet d’eau.

MSM: Y a t il une demande particulière de vos clients qui revient régulièrement?

Jürg Reimmann: On nous demande de plus en plus d’automatisation car les machines sont chères à utiliser en 2 ou 3 équipes. Nous proposons sur notre stand une démonstration «Doosan» et nous offrons aussi des automatisations avec des robots Fanuc pour le chargement et le déchargement de pièces. Et pendant le temps d'usinage, le robot en profite pour occuper son «temps mort» en faisant d'autres activités tels que ébavurage, montage ou encore soudage.

MSM: Le franc suisse est trop bien coté, cela pose t il un problème?

Jürg Reimmann: Oui évidemment le marché estime que les machines sont trop chères.

MSM: Quelles sont les tendances actuelles à prendre en compte dans votre secteur d’activités mis à part l’automatisation?

Jürg Reimmann: La demande en matière de machines plus précises augmente. Je constate que de nombreux clients délocalisent l’usinage de pièces peu précises et conservent l’usinage de précision chez eux, donc en Suisse. Dans ce cas de figure nous pouvons proposer la marque Yasda. Une autre problématique est le stockage de pièces longues, de barres. Cela pose un problème car la place est chère et l'on préfère stocker en hauteur. A ce propos Kasto propose des systèmes de stockage intégré aux machines de sciage.

MSM: Quel est l’état de votre carnet de commande?

Jürg Reimmann: Deux années très difficiles sont derrière nous. Tout particulièrement en mécanique par contre dans le secteur tôlerie la crise a été moins prononcée. Les entreprises ont maintenant beaucoup de travail et elles doivent gagner de l’argent pour pouvoir, ensuite, investir chez nous. L’an prochain (en 2011) ce sera de nouveau un niveau de vente normal. Nous n'atteindrons pas encore le niveau de 2008, mais nous serons semblables au niveau de 2005.

MSM: Quel est l’atout principal de votre entreprise par rapport à la concurrence?

Jürg Reimmann: L'atout qui joue un rôle prédominant est d'avoir un excellent service après-vente. C’est d’ailleurs très apprécié par la clientèle. Selon l’importance de la panne cela doit être très rapide mais en tout état de cause au plus tard dans les 24h. Il est vrai aussi que beaucoup de clients préfèrent réparer par eux-mêmes. Notre service après-vente est bien réparti géographiquement sur tout le territoire suisse.

Se faire connaître

Schaublin Machines SA, 2735 Bévilard

MSM: Qu’attendez-vous d’un salon tel que celui-ci?

Peter Kammermann : Nous espérons que les visiteurs verront nos nouveaux produits et que nos contacts se concrétisent par des ventes. Cela nous permet aussi de prendre le pouls du marché de la machine-outil, en visitant les autres stands de Prodex.

MSM: Quelle nouveauté particulière présentez-vous cette année?

Peter Kammermann : Nous avons la machine «137». C’est pas une véritable nouveauté car elle a été présenté en première à l'occasion de l’EMO en 2009, puis au SIAMS 2010. C’est une gamme entière composée de 8 différentes machines.

MSM: Quelle importance a globalement le marché suisse dans votre entreprise?

Peter Kammermann : Le 30% de la production est vendu en Suisse, mais ce pourcentage varie selon l'année.

MSM: Pendant la crise avez vous continué à développer?

Peter Kammermann : Pas d’arrêt de la R&D, d'ailleurs nous avons même engagé du personnel. Actuellement, nous ne sommes pas encore hors de la crise. Nous travaillons encore sous le régime du chômage partiel (environ 20 %) et en décembre ce sera fini.

MSM: Quelles sont les tendances actuelles à prendre en compte dans votre secteur d’activités?

Peter Kammermann : Livrer des machines de précision c’est là notre seule chance de survie à long terme. Nous constatons que nous avons des difficulté à vendre des machines bas de gamme où la concurrence asiatique est meilleur marché Dans les grandes années nous produisions 500 machines par an.

MSM: Quel est l’état de votre carnet de commande?

Peter Kammermann : Notre réserve de travail s’améliore de semaine en semaine mais cela ne correspond pas encore avec nos souhaits. En 2008 il y avait 8 à 10 mois de réserve de travail. Et actuellement nous devons nous contenter d'environ 2 mois de réserve de commande. Les tours d'outilleurs 102 continuent de bien marcher ainsi que la machine de production, soit le modèle 140.

MSM: Quel est l’atout principal de votre entreprise par rapport à la concurrence?

Peter Kammermann : La marque Schaublin est connue à travers le monde entier, nous avons une excellente renommée, nous proposons en particulier des développement spéciaux. Nous travaillons avec un bureau d’ingénieur pour des développement très spécifiques.

MSM: A quels autre salons participerez vous en 2011?

Peter Kammermann : Au medisiams et à l’EMO. A l’EMO 2011 de Hanovre, Schaublin présentera une nouveauté, soit une 136 avec axe Y. Ensuite nous serons sur les salons de Brno et d'Intertec à Dornbirn puis également en Chine et en Inde.

Un redémarrage presque excessif

Trumpf AG, 6340 Baar

A mi-2010 Trumpf AG a mis fin au chomage partiel et maintenant engage à nouveau du personnel.

MSM: Qu’attendez-vous d’un salon tel que Prodex 2010?

Hans Marfurt : Tout d'abord la motivation d’être présent est de découvrir de nouveaux clients puis évidemment de montrer l’éventail de nos nouveaux produits. Chez Trumpf, il y a plusieurs départements, il est étonnant de constater que bien souvent nos interlocuteurs ne savent pas que nous faisons aussi de la découpe laser.. Nous venons à Bâle pour montrer que nous sommes leader et que Trumpf est le seul fabricant de laser au monde qui fabrique, réalise et conçoit lui même ses sources laser.

MSM: Quelle nouveauté particulière présentez-vous cette année?

Hans HansMarfurt : Dans le domaine du gravage laser, nous présentons la truematch 7000 pour réaliser des incriptions en 3D et sur différents support et même sur la céramique. Autre innovation, la trumicro 5250 avec des impulsions laser extrêmement courtes permettant de donner beaucoup d'énergie en un laps de temps très réduit. C'est l'idéal pour procéder à des découpes dans le secteur photovoltaïque, la fabrication d'écrans plats, mais aussi pour l'horlogerie et le secteur des capteurs. La source laser TruDiode propose une économie d'énergie substantielle atteignant un 40% de rendement, c'est exceptionnel et fort prisé dans les pays où le prix de l'énergie est élevé.

MSM: Y a t il une demande ou problématique particulière de vos clients qui revient régulièrement?

Hans Marfurt : Particulièrement dans l’inscription au laser afin de suivre à la trace des pièces pour que l’historique soit conservé, pour savoir, par exemple, dans quelle série le produit appartient.

MSM: Quelle importance a globalement le marché suisse dans votre entreprise?

Hans Marfurt : Trumpf travail au niveau mondial, la part vendue en Suisse correspond à 5% par rapport au volume produit globalement.

MSM: Quelles sont les tendances actuelles à prendre en compte dans votre secteur d’activités?

Hans Marfurt : L’efficience énergétique gagne en importance. Dans les petites épaisseurs, on atteint un gain de 3 en rapidité lorsque l'on utilise une fibre optique (jusqu à 4 m) plutôt que d'utiliser le laser au CO2. En 1995 Trumpf était le premier à produire des laser à corps solide et maintenant en 2010, c’est devenu la mode actuelle. Et ainsi Trump reste le seul fabricant de machine utilisant sa propre source laser.

MSM: Quel est l’état de votre carnet de commande?

Hans Marfurt : Nous n'atteignons pas encore le niveau de 2007-2008. Toutefois dans les 4 premiers mois de 2010 nous étions 100% au dessus des valeurs de 2009.

MSM: Quel est l’atout principal de votre entreprise par rapport à la concurrence?

Hans Marfurt : Notre force est de pouvoir développer et fabriquer en interne le coeur de nos machines soit les sources laser. C'est là un composant stratégique vital pour Trumpf. Le client désirait idéalement avoir un seul laser pour toutes les applications mais c’est physiquement impossible! Toutefois Trumpf réalise différents types de laser tous en interne... et fabrique aussi différentes machines les utilisant. Nos sources laser sont aussi vendues à des tiers, des fabricants de machines spéciales mais pas à des concurrents directs de Trumpf.

MSM: Trumpf est-elle une entreprise formatrice?

Hans Marfurt : Notre entreprise de Baar compte 208 collaborateurs dont 23 sont des apprentis dans les fillières suivantes: automaticiens polymécaniciens, mécapraticiens, et apprentis dans l'administration. Dans la seconde entreprise, à Grünsch dans les Grisons, il y a 500 collaborateurs et 50 apprentis.

Outillages et systèmes de serrage

Utilis AG, 8555 Müllheim

MSM : Qu’attendez-vous d’un salon tel que celui-ci?

Jean-Marc Jaquet : Je dirais tout d’abord connaître les tendances du marché. Déterminer s’il y a un nouveau départ, sentir si la marche des affaires va en progression. Et évidemment comme représentant analyser la position de l’entreprise Utilis par rapport à ses concurrents. Prodex c’est aussi l’endroit idéal pour montrer de nouveaux produits. Ici, le contact est très direct, le reste de l’année on travaille avec du papier mais l’information est mieux perçue sur la foire.

MSM : Quelle nouveauté particulière présentez-vous cette année?

Jean-Marc Jaquet : Une chose unique plus particulièrement le système de serrage de la marque Hainbuch, et également de nouveaux produits dans la gamme Multidec d’Utilis, soit des nouvelles géométries et des gammes d’outils de coupe spécialement dédiées aux décolletage. Nous montrons aussi notre partenariat avec Hemo, le fabricant suisse d’étau auto-centrant. L’idéal pour utiliser sur une machine 5 axes, il est possible de travailler sur 5 axes sans démonter la base, la dernière face c’est celle où il y a le moins d’usinage à réaliser.

MSM : Y a-t-il une demande particulière de vos clients qui revient régulièrement?

Jean-Marc Jaquet : Nous avons beaucoup de standard mais on nous demande toujours des spécialités et nous créons, si la demande est intéressante les spécificité demandées. A titre d’exemple nous avons des outils pour procéder à l’usinage de filet par peignage (conventionnel) 6/100 de pas, une grandeur issue de la norme horlogère NIHS 02. Tous nos outils sont dans le 100e donc très faciles à exploiter dans le secteur horloger.

MSM : Quelle importance a globalement le marché suisse dans votre entreprise?

Jean-Marc Jaquet : Utilis a un petit bureau dans la Vallée de l’Arve et des revendeurs ailleurs. En Suisse Romande (soit l’arc jurassien) nous sommes bien implanté dans les entreprises actives dans l’horlogerie et les microtechniques. En Suisse allemande par contre nous proposons d’autres produits de mécanique par exemple des étaux.

MSM : Quelles sont les tendances actuelles à prendre en compte dans votre secteur d’activités?

Jean-Marc Jaquet : S’adapter aux machines et à l’augmentation des vitesses de coupe. C’est l’ensemble du style d’usinage qui a évolué.

MSM : Quel est l’état de votre carnet de commande?

Jean-Marc Jaquet : Cela augmente régulièrement quoique tous les secteurs ne soient pas égaux. Les secteurs à la croissance la plus rapide sont le médical et l’horlogerie. Tandis que la mécanique générale augmente aussi mais avec un peu plus de peine.

MSM : Quel est l’atout principal de votre entreprise par rapport à la concurrence?

Jean-Marc Jaquet : La diversité des produits, le service, un SAV extérieur doté d’une équipe de 10 personnes. Nous couvrons toute la Suisse, nous sommes plus des conseilleurs techniques que des vendeurs. Notre savoir-faire est important car nous sommes dans la branche depuis 30 à 40 ans. Le conseil à la clientèle est vital, c’est l’objectif prioritaire lorsque l’on répond à l’appel des clients.

MSM: Que pensez-vous du salon Prodex?

Jean-Marc Jaquet : Il s’agit ici de retrouver l’ensemble de la branche «mécanique générale» et pourtant de nombreux horlogers viennent à Bâle. Par contre, on retrouve plus de décolleteurs à l’EPHJ-EPMT et au SIAMS, ce sont là 2 salons spécifiques qui se trouvent au coeur du métier de la microtechnique. En 2011, Utilis sera aussi exposant à medisiams, car nous avons d’importants clients dans le Jura.

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 25342840 / Machines-outils)