Le TruArc Weld 1000 de Trumpf est à l'ouvrage chez zweifel metall ag Le soudage robotisé, c'est aussi simple que ça

Auteur / Rédacteur: Source : Trumpf / Gilles Bordet

Les robots de soudage ne sont souvent utilisés que lorsque la taille de lot justifie la programmation. Cependant, grâce à la cellule robotisée de soudage TruArc Weld 1000 facile à utiliser de Trumpf, le soudage peut s'avérer lucratif dès la taille de lot 1.

Entreprises liées

Le TruArc Weld 1000 de Trumpf en plein travail de soudage à l'arc.
Le TruArc Weld 1000 de Trumpf en plein travail de soudage à l'arc.
(Source : Ruben Sprich)

L'entreprise zweifel metall ag n'a pas dû y réfléchir à deux fois avant d'investir dans cette cellule de soudage. Certains secteurs sont souvent très difficiles à automatiser et demandent donc beaucoup de savoir-faire. C'est notamment le cas du soudage. Et, bien que les bons soudeurs se fassent rares, il doit bien y avoir une autre solution. De plus, ces robots de soudage nécessitent un long travail de programmation, ce qui les rend moins intéressants pour les tailles de lot plus petites. Les solutions vraiment convaincantes, comme une cellule de soudage automatisée composée de robots faciles à programmer et dont le prix reste abordable malgré le haut niveau de qualité, étaient jusqu'à présent inexistantes.

Lorsque Andreas Zweifel, gérant et copropriétaire de l'entreprise zweifel metall ag à Amriswil, entendit parler du TruArc Weld 1000, son enthousiasme fut immédiat : « La machine a suscité mon enthousiasme dès ma première conversation avec Patrick Kühne, notre représentant commercial chez Trumpf Schweiz. » Bien qu'il ait simplement voulu mentionner la cellule de soudage, Patrick Kühne se rappelle lui aussi de cette conversation téléphonique. « Je me suis dit qu'une serrurerie qui compte 14 tables de soudage pourrait bien avoir besoin d'une solution automatisée avec un bon rapport qualité-prix. »

Galerie d'images
Galerie d'images avec 6 images

La cellule de soudage TruArc Weld 1000

La cellule de soudage TruArc Weld 1000 ne se distingue pas des autres produits de soudage proposés par Trumpf uniquement par son coût d'investissement relativement bas. L'entreprise, connue pour sa fabrication de lasers et de machines-outils, a inclus dans sa gamme de produits des machines de soudage, à savoir des machines de soudage laser. Le modèle TruArc Weld 1000, quant à lui, est une machine de soudage à l'arc ; le matériel de soudage provient du fabricant Fronius. En outre, la cellule de soudage est équipée d'un robot collaboratif à 6 axes (Cobot), d'une table de soudage 3D, d'un système d'aspiration autonettoyant, d'un habillage avec protection contre l'éblouissement, d'un éclairage à LED et de l'ingénierie de sécurité conformes aux normes Trumpf. « De manière générale, le TruArc Weld 1000 a été conçu de façon à respecter les critères de qualité élevés de Trumpf et à offrir une grande facilité d'utilisation », explique Patrick Kühne. On le voit notamment au niveau de la programmation : il s'agit d'une unité de commande intuitive sur le chalumeau de soudage combinée avec une programmation simple directement sur la commande du robot, ce qui permet de réduire les temps de programmation au minimum. En outre, les paramètres sont déjà définis pour de nombreux programmes de soudage.

Pas le premier robot de soudage

« Il s'agit d'une machine conçue pour entrer facilement dans le soudage automatisé », explique Patrick Kühne. Pour Andreas Zweifel et ses collaborateurs, TruArc Weld 1000 représente plus que cela. C'est un premier pas dans la soudure automatisée simple. En effet, l'entreprise et ses 60 employés disposent d'un robot de soudage depuis 2011, mais la construction et la programmation de ce dernier sont plus complexes et donc plus compliqués, et nécessitent pas conséquent des connaissances plus approfondies en matière de soudage et de programmation.

« Nous avions acheté ce robot de soudage, car nous recevions à l'époque des ordres importants avec de nombreuses pièces de la part de l'entreprise Stadler Rail », déclare Andreas Zweifel. « Malgré la motivation de nos soudeurs, nous n'y serions jamais parvenus sans ce robot de soudage. » L'acquisition du premier robot de soudage s'est accompagnée d'une formation pour les collaborateurs. Depuis, le robot est tous les jours en service. Suite à différentes phases de développement et à une demande accrue pour d'autres applications, ce robot de soudage et son implication ont quelque peu été relégués au second plan.

Efficace, même pour la taille de lot 1

Une telle mise à l'écart ne doit pas se reproduire. Et bien que cette probabilité ne soit que très faible, cela ne serait pas si dramatique en raison du prix très abordable du robot de soudage TruArc Weld 1000. De plus, il est tellement facile à programmer que même les collaborateurs qui ne disposent pas de connaissances préalables peuvent les apprendre rapidement. En réalité, il ne s'agit pas vraiment de programmation, mais plutôt d'un « apprentissage », c'est-à-dire une « démonstration » du processus sans saisir un code de programme.

Cette simplicité permet également un soudage plus rentable qu'à la main, et ce, aussi pour la taille de lot 1. Trumpf a même réalisé des essais pour obtenir des exemples de référence, notamment en soudant une console en acier de construction : une plaque de 25 mm sur une tôle courbée de 8 mm avec 5 cordons de soudure. Le résultat : dès la taille de lot 1, les utilisateurs étaient capables de souder ce composant 21 % plus rapidement en comparaison avec un soudage manuel, et ce, malgré le temps de programmation supplémentaire.

Il était donc hors de question que zweifel metall ag ne profite pas également de l'efficacité du robot – ce qu'on a pu constater très tôt. En effet, avant que TruArc Weld 1000 ne trouve sa place dans les halles de zweifel metall ag, nous avions reçu une demande qui a été calculée avec un soudage manuel comme il était d'usage jusqu'à présent. Étant donné que la nouvelle cellule de soudage est arrivée dans les halles au début de la commande, les pièces ont été soudées sur le TruArc Weld 1000. Le gain de temps – y compris la programmation et le réusinage – comptait pour plus de 50 pour cent de ce qui était calculé ! Ce qui a également contribué à gagner du temps, c'est le fait que la cellule de soudage puisse, grâce à sa paroi de séparation mobile, adopter un fonctionnement à deux stations afin de permettre une préparation en temps masqué.

À vos marques, prêts, partez

La machine est non seulement facile à programmer, mais aussi à installer. À côté d'un code QR pour une formation d'une demi-heure sur le soudage – qui suffit pour savoir comment programmer les premiers travaux de soudage – se trouve un autre code QR sur la paroi de la machine. Celui-ci renvoie vers une vidéo pour la mise en service. Ici aussi, la simplicité est l'idée fondamentale. Cette vidéo devrait donc permettre d'installer et de mettre en service la machine soi-même, sans l'aide d'un technicien. Trumpf n'en demande-t-il pas un peu trop à ses clients ? Quoi qu'il en soit, Patrick Kühne voulait en avoir le cœur net. Lorsque la machine devait être livrée, Patrick Kühne a dit à Andreas Zweifel : « Je ne veux pas me contenter de voir si tout fonctionne, je vais aussi vous installer la machine moi-même ! » Aussitôt dit, aussitôt fait. Le monteur d'autrefois, habillé en « bleu de travail  », est venu le jour de la livraison et, à peine deux heures plus tard, la machine était nivelée, raccordée et mise en service à l'endroit prévu. « Il n'y a pas eu de problème. Mon entreprise n'a vraiment pas fait de grandes promesses », se réjouit Patrick Kühne.

MSM

(ID:47361744)