Conjoncture Vaudoise - Trimestriel d'avril 2015 Inquiétudes suite à l'abandon du taux plancher

Rédacteur: Gilles Bordet

>>Au cours du trimestre ( avril 2015 ) sous revue, la conjoncture mondiale a évolué de manière contrastée. Alors que la croissance américaine montre quelques signes d’essoufflement, la reprise semble s’accélérer en Europe. Certaines économies émergentes (Brésil, Russie) ont également amorcé une période délicate, principalement en raison de l’effondrement du prix des matières premières.

Entreprises liées

Conjoncture Vaudoise - Trimestriel d'avril 2015
Conjoncture Vaudoise - Trimestriel d'avril 2015
(Image : Conjoncture Vaudoise)

En Suisse, l’abandon du taux plancher, qui a engendré un renchérissement de 15 % du franc par rapport à l’euro, a été ressenti comme un véritable coup de massue. L’effet positif de la reprise économique dans la zone euro ne devrait pas suffire à compenser cette soudaine appréciation du franc.

La décision de la BNS a engendré de très grandes inquiétudes parmi les industriels du pays. Si la plupart des secteurs sont concernés, ce sont principalement ceux tournés vers l’exportation qui subissent les effets de la suppression du taux plancher. La situation sur les plans suisse et vaudois s’est ainsi à nouveau détériorée, principalement en début de trimestre, comme en témoigne l’indicateur synthétique de la marche des affaires. Les entrées de commandes et la production affichent des valeurs en baisse en variation annuelle, tandis qu’elles restent stables en variation mensuelle. Elément positif, les réserves de travail restent malgré tout conséquentes, avec une durée de 4,8 mois. En revanche, l’utilisation des capacités techniques de production est relativement faible. La situation bénéficiaire des industriels vaudois s’est quant à elle nettement dégradée en trois mois, principalement en raison du renchérissement du franc.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 8 images

En dépit de ces résultats mitigés, les entrepreneurs vaudois gardent un certain optimisme. La situation de leurs affaires ne devrait guère évoluer au cours des 6 prochains mois malgré une légère hausse des entrées de commandes et de la production au prochain trimestre. Sur le plan de l’emploi par contre, aucune amélioration n’est entrevue pour l’instant. 30 % des répondants annoncent vouloir réduire leurs effectifs, contre 6 % seulement envisageant de les augmenter.

Sous la loupe

La détérioration de la marche des affaires des entreprises du secteur Electronique, optique et précision s’est ralentie grâce à une stabilisation des entrées de commandes et de la production. La situation des affaires est dès lors jugée satisfaisante par deux tiers des industriels du secteur.

Plombées par des carnets de commandes insuffisamment remplis et par la détérioration de leur position concurrentielle dans l’union européenne, 30 % des entreprises du secteur Métallurgie et travail des métaux affichent des tendances à la baisse. En conséquence, un métallurgiste interrogé sur trois envisage désormais une réduction de ses effectifs.

Les industriels actifs dans le secteur Machines et moyens de transport ont dû se résoudre à réduire leurs prix de vente au cours du trimestre sous revue. Ils sont également plus de 80 % à déplorer une insuffisance de la demande. Pour l’heure, l’utilisation des capacités techniques de production reste cependant élevée en comparaison historique.

La situation bénéficiaire des entreprises du secteur Alimentation, boissons et tabac a continué à s’améliorer au 1er trimestre 2015. La moitié des entrepreneurs sondés ne constate aucun obstacle à la production et la durée assurée de production moyenne atteint même un niveau record.

Perspectives

Les industriels vaudois envisagent les trois prochains mois avec un certain pessimisme, l’appréciation du franc suite à l’abandon du cours plancher risquant de péjorer les exportations et de pousser les prix de vente à la baisse. Les attentes en matière d’entrées de commandes et de production sont très légèrement positives.

Les entrepreneurs vaudois prévoient ainsi une stagnation de la situation de leurs affaires au cours du prochain semestre. Dans ce contexte peu favorable, l’emploi devrait se contracter au cours des trois prochains mois.

Si les difficultés de change risquent de perdurer, la poursuite du redressement conjoncturel européen observé en ce début d’année pourrait avoir un effet positif sur la conjoncture helvétique. <<

(ID:43415208)