Développement durable 4.0 pour les machines du Groupe Recomatic Développement durable 4.0 pour les machines du Groupe Recomatic

de Michel Pech

Related Vendors

Lors de l'EPHJ 2022, la présentation du projet de centre de rectification ultra compact RECO-CT5 a fait sensation : Le Groupe Recomatic dévoilait sa conception d'une machine au développement Durable. Un entretien avec Christophe Rérat en précise les lignes fondatrices.

Vue générale de la machine de rectification RECO-CT5. Sa compacité et sa sobriété énergétique préfigurent le développement de futures machines 4.0 du Groupe Recomatic.
Vue générale de la machine de rectification RECO-CT5. Sa compacité et sa sobriété énergétique préfigurent le développement de futures machines 4.0 du Groupe Recomatic.
(Source : Groupe Recomatic)

Pour le Groupe Recomatic, l'année 2022 a été riche en événements. Entre les anniversaires de la fondation de Recomatic SA et de celle de Bula Technologie SA, l'agrandissement du site de Courtedoux et le passage à plus de cent employés pour le groupe, la présentation de la machine de rectification RECO-CT5 a été relativement discrète. Pourtant, le concept présenté lors de l'EPHJ 2022 pose les bases stratégiques des futures machines des marques RECO et BULA. Dirigeant du groupe avec son frère Philippe, Christophe Rérat détaille ici les points principaux de cette orientation.

Impact environnemental limité, pour efficacité optimale

« Aujourd'hui, les machines-outils occupent une trop grande surface, par rapport à la dimension des pièces qu'elles doivent produire », dit Christophe Rérat en introduction. « Cela implique des outillages surdimensionnés, une consommation de fluides et d'énergie trop importante. Tous ces facteurs ont un coût écologique autant qu'économique », explique-t-il. « La conception de nos machines doit être exactement en adéquation avec les besoins du marché. » C'est ainsi qu'est née la machine de rectification RECO-CT5. Avec une surface au sol de 1,77 m2, la CT5 dispose d'une cinématique 5 axes pour rectifier des pièces complexes de diamètre 72 mm x 50 mm avec des meules de 150 mm. Le chargeur d'outil demande ainsi un volume plus restreint pour recevoir 8 à 16 outils HSK-A40. Cette nouvelle approche de conception permet de réduire les besoins en air comprimé, en liquide de lubrification, remplace l'huile hydraulique par un graissage optimisé, redimensionne la mécanique de l'ensemble ainsi que l'enceinte de travail, et diminue l'espace dédié aux outillages. « Plus économique à l'achat, la RECO-CT5 demande également moins d'énergie pour des fonctionnalités identiques », souligne Christophe Rérat. Sa compacité permet d'installer plus de machines sur une même surface, augmentant ainsi la capacité productive des entreprises.

Galerie d'images

Technologie au plus haut niveau pour anticiper l'ère 4.0

« Une telle conception a été rendue possible grâce à un travail important de R&D. Nous sommes partis d'une page blanche et avons complètement revu la manière de développer et de penser une machine. L'objectif et le grand défi de notre bureau d'étude étant d'optimiser les performances », rappelle le dirigeant du groupe. Un partenariat important a été établi entre Recomatic SA et la société dgtis SA, fournisseur de l'infrastructure logicielle. Le choix du framework dgtis offre l'accès à un environnement de fonctionnalités illimitées. Exploité sur la dernière génération des commandes Fanuc, ces fonctionnalités rendent la machine très performante. Cette synergie entre le software dgtis et le hardware Fanuc assure l'entrée du Groupe Recomatic dans l'ère de l'industrie 4.0. C'est aujourd'hui une réalité, avec la CNC Fanuc FS-30iB de la RECO-CT5. « Grâce à la commande numérique et à son interface HMI, il est possible d'accéder à l'ensemble des informations de la machine via des capteurs, d'analyser la consommation énergétique des axes et d'anticiper une maintenance préventive ou de modifier le programme pour ajuster la consommation », explique Christophe Rérat. La robustesse de construction est aussi un gage de durabilité des machines. Grâce à leur sobriété, toute nouvelle intégration d'une RECO-CT5 dans un atelier de production apporte une amélioration immédiate du ratio de la productivité, de l'optimisation de l'espace et de l'énergie dépensée.

Il est temps d'agir, et les moyens existent

Les désordres climatiques prouvent qu'il est temps d'agir pour réduire l'empreinte en CO2 de l'activité humaine. « L'industrie offre de grandes opportunités pour améliorer la sobriété énergétique globale », souligne Christophe Rérat. « Avec la RECO-CT5 nous ouvrons une voie de développement durable à la productivité », dit-il. Moins d'espace, un ratio productivité/énergie en forte croissance et, surtout, un outil de production exactement en adéquation avec les pièces à produire. Pour la fabrication de pièces horlogères et médicales, la machine de rectification RECO-CT5 ouvre cette voie. Elle sera présentée en première mondiale lors de l'EPHJ 2023. « Cette machine préfigure l'orientation technologique des gammes BULA et RECO », conclut Christophe Rérat. MSM

(ID:48579778)

S'abonner à la newsletter maintenant

Ne manquez pas nos meilleurs contenus

En cliquant sur „S'abonner à la newsletter“, je consens au traitement et à l'utilisation de mes données conformément au formulaire de consentement (veuillez développer pour plus de détails) et j'accepte les Conditions d'utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Dépliez pour les détails de votre consentement