Nouvelle étape d'industrialisation la micro5 s'intègre dans une plateforme faite pour elle et de futurs smartmachines

Comingout de Factory5.tech nouvelle usine du futur

| Auteur / Rédacteur: Jean-René Gonthier. rédacteur en chef MSM / Jean-René Gonthier

Esquisse d'un concept de smartfactory qui devient plausible grâce à la taille de la M5.
Galerie: 1 photo
Esquisse d'un concept de smartfactory qui devient plausible grâce à la taille de la M5. (Source : Micro5.swiss)

Après la Micro5 voici l'avènement de la plateforme Factory5.tech, 1ère étape vers l'usine connectée avec des unités d'usinage, de mesure, de manipulation et de la maintenance intégrée. A la fois ouverte et réseautée pour assurer flexibilité, autonomie et une production en série de pièces disparates.

Rappelons brièvement les faits, la HE Arc a procédé à un développement innovant d'une machine-outils réplique au 1/5 d'un centre d'usinage classique capable d'usiner une pièce pas beaucoup plus grande qu'une boîte de montre. Avec évidemment autant de précision et de rapidité que si elle avait été usinée par un centre d'usinage classique, lourd et énergivore.

Suite à une étape de valorisation industrielle, soit l'ouverture et la vente des plans et donc autorisation de fabrication aux entreprises suisses, il n'y a eu que trop peu d'intérêts. Pourquoi les fabricants suisses de machines-outils n'ont pas véritablement sauté sur l'occasion pour se lancer sur ce marché prometteur. En fait il n'y eu que deux pionniers qui ont osé s'y frotter, soit Kummer Frères et le consortium micro.swiss composé des deux entreprises suivantes: Safelock et Mecatis.

Un démarrage écolo

Effectivement c'est en voulant créer une machine économe en énergie que le professeur Claude Jeannerat de la HE-Arc s'est lancé dans cette aventure. D'ailleurs,dans le cadre du projet EcoCarac (cmefe.ch), une analyse énergétique de cette MicroMac a été réalisée avec des résultats étonnants elle utilise dix fois moins d'énergie sur cinq fois moins de surface. Ainsi Kummer Frères s'était impliqué très tôt dans le développement en participant notamment à la fabrication de certaines pièces du premier prototype et continue le développement de la K5. Par exemple Willemin-Macodel peine à faire décoller sa 701S tandis que le grand groupe suisse GF s'est tourné vers les USA pour trouver la solution de microfabrication microlution alors qu'en Suisse une belle solution est disponible.

De la micro5 à la factory5

Tout ceci pour annoncer que le prototype de la HE-Arc aura une finalité dépassant un petit prototype puisqu'on s'attaque ici à un environnement usine flexible tant en terme de production que de mobilité. Le consortium micro.swiss, a fait évolué la micro5, pour s'en rendre compte voir www.micro5.swiss Mais maintenant un pas de plus va être franchi en dévoilant la factory5, avec là aussi un site dédié: www.factory5.tech/ où l'on apprend notamment que le 15 janvier 2018 un événement sous la forme d'une conférence sur inscription (www.factory5.tech/event) dévoilera la factory5 avec comme première entité la smart Machine Micro5 et les premiers partenaires technologiques, cela se déroulera chez le partenaire Safelock à Malleray. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 44997442 / Procédés)