Rechercher

Valorisations des filières de métiers techniques

Avec #bepog, les métiers techniques ont leurs champions

Page: 2/4

Entreprises liées

Des problèmes largement partagés

Qui parmi les entreprises actives dans l’industrie n’a jamais eu de problème de recrutement ? C’est un fait avéré, le nombre de professionnels de ce domaine se réduit d’année en année, les nouveaux formés n’arrivent pas à compenser les départs naturels. De nombreux responsables d’entreprises contactés dans le cadre de ce projet le confirment, les métiers techniques intéressent de moins en moins de monde.

Changer les mentalités

Et si les jeunes ont une vision poussiéreuse des métiers techniques, c’est souvent encore bien pire chez leurs parents ou leurs professeurs qui voient toujours les ateliers tayloriens du début du siècle. Sombres, sales, huileux et impliquant des tâches répétitives ennuyeuses. Alors certes les fluides d’usinage existent toujours et un copeau reste un copeau, mais les professions ont largement évoluées. Le travail se fait majoritairement sur commande numérique, avec des logiciels de programmation très avancés et il n’est pas rare que de jeunes professionnels soient responsables de plusieurs machines d’une valeur de plusieurs centaines de milliers, voire de millions de francs. « L’image que se fait le grand public est éloigné de la réalité » précise Pierre-Yves Kohler qui ajoute : « Nous avons interrogés des apprentis décolleteurs et avons été impressionnés. Ils sont très motivés, positifs et convaincus que leur futur métier leur ouvrira des portes et leur assurera un avenir. Ils ont également mentionné leur surprise par l’aspect hautement technologique de leur formation ».

Galerie d'images

Galerie d'images avec 15 images

Un projet qui concerne l'ensemble de l'industrie

Le projet #bepog a donc pour but de valoriser les métiers techniques et pour se faire, de permettre aux différents publics (élèves, parents, enseignants) d’être en contact avec l’industrie. « Il s’agit principalement d’actions de communication qui visent à mettre en relation des publics qui ne sont habituellement que peu en contact, par exemple les professeurs avec les industriels ou les élèves avec les apprentis. Ainsi chacun peut mieux se rendre compte des besoins de l’autre » ajoute le responsable. Mais alors concrètement comment ça marche ?

Faites-leur bon accueil !

La première étape du projet a été de compiler toutes les actions de promotion et de valorisation des métiers techniques dans l’arc jurassien, puis sur cette base, un catalogue d’activités a été réalisé. Ce dernier comporte une trentaine de mesures. Le directeur explique : « Nous souhaitons que les entreprises fassent bon accueil aux activités #bepog ! Ce n’est pas toujours évident pour un responsable de PME de dégager du temps pour, par exemple, accueillir une visite de quelques enseignants ou d’élèves. En tous les cas, il est important qu’ils sachent que le label #bepog est la marque d’un projet sérieux qui travaille pour l’avenir de toute la branche dans l’arc jurassien et en Suisse romande ». Les publics intéressés par l’une ou l’autre des activités y trouvent toutes les informations nécessaires. Ce catalogue sera largement diffusé et disponible en ligne ou sur demande vers FAJI dès mi-septembre 2015.

(ID:43544408)