ARCM, intelligence collective et innovation collaborative ARCM : pépinière d'idées dédiée à l'innovation collaborative

Auteur / Rédacteur: Source : ARCM / Marina Hofstetter

ARCM, l'association de recherche communautaire des moyens de production microtechniques, créée en 2017 à Saint-Imier, a atteint les 80 membres en 2021. La plupart de ces membres sont des PMEs de l'Arc jurassien actives dans le domaine de la précision.

Entreprises liées

Exemple de pilotage et suivi numérique d'un centre d'usinage.
Exemple de pilotage et suivi numérique d'un centre d'usinage.
(Source : COMAC)

Le but d'ARCM est de fédérer et rassembler les différents acteurs autour de sujets d'intérêt commun, soit en lançant des projets collaboratifs ou en organisant des tables rondes. ARCM veut contribuer à la compétitivité et la pérennité de ses entreprises membres en facilitant l'accès à l'innovation collaborative. ARCM favorise également le développement des savoir-faire, facilite le transfert technologique et provoque l'échange et le partage entre les entreprises.

Les membres d'ARCM sont notamment des fabricants, sous-traitants et utilisateurs des moyens de production microtechniques dans l'Arc jurassien et en Suisse. De nombreuses PMEs ainsi que de grands groupes ont rejoint l'aventure et participent activement à l'association. Ils profitent de cette opportunité pour participer aux projets en cours, proposer des idées de futurs projets, ou participer aux événements organisés par l'association, tels que des rencontres de réseautage et des tables rondes dont les thématiques ont été plébiscitées par les membres. Les projets qui ont rassemblé divers membres sont notamment « Inoxydage » qui évalue le potentiel d'usinabilité des aciers inoxydables sans nickel et « ACIMO » qui investigue l'analyse acoustique comme outil intelligent du comportement et de l'état d'une machine et de ses outils.

Galerie d'images

En 2021, l'association ARCM a atteint les 80 membres et a renouvelé son comité de direction. Les sociétés Dentsply Sirona et Precitrame ont rejoint le comité, permettant à poursuivre la principale mission d'ARCM, lancer des projets collaboratifs pertinents pour ses membres. Le comité d'ARCM compte 12 personnes, parmi lesquelles François Roquier (président) et Philippe Grize (vice-président).

Fort de son succès, et afin de poursuivre efficacement ses missions, ARCM a mis au concours un poste de « directrice technique ». En cours de recrutement, cette personne co-dirigera l'association en collaboration avec son directeur actuel, Bernat Palou (prix Shapers 4.0 en 2019) avec le but de servir les savoir-faire de la production microtechniques et des produits suisses à haute valeur ajoutée.

ARCM est une association neutre et indépendante, appartenant à ces membres. Devenir membre (cotisations à partir de 500 CHF par année) permet de profiter de l'intelligence collective et de construire de manière communautaire l'industrie microtechnique du futur.

Projets en cours et à venir gérés par ARCM

ARCM coordonne un projet appelé « Inoxydage », qui vise à mieux comprendre l'usinabilité des aciers inoxydables sans nickel. Initié par différents acteurs notamment du monde de l'usinage et de l'horlogerie, ce projet a un énorme potentiel pour maîtriser l'usinage de nouveaux alliages évitant des réactions cutanées. Ce projet lancé en 2019 après une étude de faisabilité encourageante, a déjà testé le fraisage et est en train de tester différents types d'usinage tels le tournage, le tourbillonage, le polissage et l'étampage. Le projet compte une quinzaine de partenaires, dont plusieurs maisons horlogères, de nombreux fabricants d'outils de coupe, mais aussi des fabricants de machines, des sous-traitants horlogers et des fournisseurs d'aciers. Il s'agit d'un projet 100 % privé industriel, en collaboration avec la HE-Arc et Inspire.

En 2021 ARCM a lancé le projet ACIMO (Analyse Acoustique Intelligente de la Machine-Outil). Ce projet, en cours de préparation pour un financement soutenu par Innosuisse, réunit 5 partenaires industriels et 2 HES (la HE-Arc et la BFH-TI). Il poursuivra les résultats prometteurs du projet de faisabilité, visant à trouver un modèle robuste pour prédire l'usure de l'outil de coupe dans l'usinage de précision industriel (fraisage et tournage).

Ces dernières semaines ARCM est en train de rassembler les différents intérêts de l'industrie concernant l'apport de la lubrification cryogénique, en se focalisant sur la technologie du CO2 supercritique. Plusieurs membres intéressés ont déjà manifesté leur intention de rejoindre un consortium géré par ARCM pour analyser cette technologie qui a un grand potentiel. Il s'agit d'un projet issu de l'ARCM Speed Sharing, un nouveau concept mis en place par l'association pour favoriser le partage et l'écoute des idées d'intérêt commun de ses membres.

La veille technologique collaborative est aussi un sujet qui suscite de l'intérêt. L'association a géré un projet pilote en 2021 avec 6 entreprises grâce au projet de Bachelor d'une étudiante de la HES-SO Genève. Une suite concrète sera proposée prochainement.

D'autres sujets pertinents sont en cours d'analyse. Il s'agit par exemple du lavage intermédiaire avant contrôle dimensionnel et modularisation du nettoyage, de la planification de la production, de la caractérisation des outils de coupe, ou de la maitrise et optimisation d'usinages d'alliages spécifiques.

ARCM Leading House du NTN Innovation Booster Microtech

Depuis janvier 2021, ARCM a également initié un programme d'ampleur nationale avec 5 autres institutions partenaires : le NTN Innovation Booster Microtech. Au service des microtechniques, le Booster Microtech a pour mission de servir un écosystème comptant d'ores et déjà 200 partenaires sur la plateforme. Durant les 4 ans que dure le programme, 45 idées seront financées grâce au soutien d'Innosuisse. Les entreprises participantes peuvent bénéficier de 20 000 CHF pour booster leurs études de faisabilité microtechniques innovantes, une bonne motivation pour soumettre ses idées.

Supervisé par ARCM, le projet compte des partenaires clés en matière d'innovation, tels que Microcity, Incubateur i-moutier, AITI (Associazione Industrie Ticinesi), INOS (Innovations Netzwerk Ostschweiz) et l'Association Switzerland Innovation Park West EPFL. Les six membres œuvrent de concert pour mettre en valeur une industrie microtechnique suisse compétitive et innovante.

Le Booster Microtech a pour vocation de stimuler l'innovation en offrant à tout un chacun de pouvoir soumettre une idée ou une problématique innovante liée à la microtechnique sur une plateforme d'idéation numérique gratuite permettant un financement participatif.

Deux fois par année, les idées qui auront notamment récolté suffisamment de financement de la part des entreprises intéressées à participer (entre 10 00 CHF et 2500 CHF par entreprise) recevront 20 000 CHF supplémentaires de la part du Booster Microtech pour la réalisation d'une étude de faisabilité de 6 mois. Après cette période, l'idée pourra être développée plus avant avec le soutien des partenaires du consortium et Innosuisse par exemple.

Cette année, 5 idées ont déjà démarré comptant entre autres les entreprises Louis Bélet, Tornos, Jabil, Bien-Air, Sylvac, Fanuc, Cartier, Econorm, CP Automation, Straumann, Trumpf, Panatere, Kering, 109°…

Le site www.microtechbooster.swiss regroupe les idées postées, et une dizaine d'entre elles attendent encore des partenaires d'ici la fin de l'année. Joëlle Tosetti, responsable du programme, se tient à disposition des entreprises pour tout renseignement. Le NTN Innovation Booster - Microtech est une plateforme ouverte, transparente, équitable, la plateforme de la microtechnique par excellence.

MSM

(ID:47716791)