Entretien avec Michael Merkle CEO de la firme soleuroise Agathon

Agathon, une stratégie sur deux piliers

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Michael Merkle, CEO de l'entreprise Agathon devant Leo, la plus compacte des rectifieuses de la maison.
Galerie: 36 photos
Michael Merkle, CEO de l'entreprise Agathon devant Leo, la plus compacte des rectifieuses de la maison. (Image: JR Gonthier)

>> Lors des journée technologiques des 24 et 25 septembre l’entreprise Agathon ouvrait ses portes à un public de curieux et de spécialistes avertis. Mais que fabrique donc cette PME implantée à Bellach dans le canton de Soleure? Des machines- outils et plus précisément des rectifieuses!

Cette entreprise a été fondée en 1918 par Leo Pfluger Senior. Bien que discrète, elle mérite d’être connue car elle est leader dans la fabrication de rectifieuses d’un genre très particulier. Les machines sortant de ses ateliers rectifient des plaquettes amovibles utilisée sur les outils de coupe. A l’occasion des récentes portes-ouvertes nous avons eu l’occasion de rencontrer Michael Merkle l’un des deux dirigeants d’Agathon AG. Cette entreprise de type familial a récemment passé un cap important, l’ancien directeur Walter Pfluger a cédé son entreprise à deux nouvelles personnes, soit les deux directeurs actuels Messieurs Michael Merkle et Stephan Scholze. Se lançant dans l’aventure de entrepreneuriat ils ont décidé tous deux de perpétuer les valeurs intrinsèques d’Agathon en conservant en son sein ses deux entités. Soit d’une part la fabrication de pièces normalisées et d’autre part la conception, la fabrication et le montage de rectifieuses d’un genre particulier. Nous pouvons être certain que ce passage de témoin s’est fait en douceur. Le descendant du fondateur Walter Pfluger reste fort proche de l’entreprise notamment en tant que président du conseil d’administration. De fait Stephan Scholze qui occupait précédemment la fonction de directeur de R&D d’Agathon fait partie du conseil d’administration depuis 2012 et Michael Merkle a pris les rênes de l’entreprise comme CEO depuis le 1er février de cette année. Ce dernier siège également au conseil d’administration tout en s’occupant de la partie opérationnelle de l’entreprise. Précédemment Michael Merkle dirigeait le fabricant de machines de tôlerie Bystronic, il n’a donc plus rien à prouver du point de vue de la gestion d’entreprise. Ce trio gagnant est un gage de réussite à long terme non seulement pour la stabilité de la société mais aussi pour sa pérennité à long terme et ses employés.

Portes-ouvertes intéressantes

Les journées technologiques des 24 et 25 septembre étaient une première démonstration du dynamisme de la direction face à son image extérieure. D’un autre côté le choix de la date était aussi judicieux puisqu’Agathon a décidé de ne pas participer à la grande exposition EMO de Milan. En effet les machines réalisées sont très particulières. Bien que très innovantes elles restent des machines de niche utilisées uniquement par des fabricants d’outils.

Agathon participera évidemment à la prochaine exposition Grindtech ainsi qu’à l’EMO 2017 à Hanovre.

Voici en bref l'éventail des 4 machines les plus récentes :

Leo Peri : centre de rectification à 4 axes avec un encombrement très réduit.

Dom Semi : un centre de rectification ayant une grande autonomie avec un stockage possible d’un maximum de 12 palettes et un préhenseur linéaire à 3 axes et une meule d’un diamètre max de 350 mm

Combi Plus : un bâti en fonte grise, avec un robot scara pour assurer une autonomie de 15 palettes, une meule de diamètre 400 mm et dressage précis PowerGrind à l’EDM.

Penta Plus : la solution sans limite, un robot scara 4 axes, une gestion de 15 palettes, une rectifieuse 5 axes et le Powergrind pour tailler avec précision les meules par électroérosion.

Entretien avec Michael Merkle, CEO d'Agathon

MSM : Comment s’est passé le passage de témoin lors de ce début d’année?

Michael Merkle : Très bien, c’est toujours particulièrement intéressant de reprendre une telle entreprise avec un large savoir-faire et un long historique. Avec mon collègue Stephan Scholzer, nous nous complétons fort bien. Il s’occupe de la partie technique et moi de la partie opérationnelle. Notre objectif est de maintenir le concept d’entreprise familiale en conservant le même esprit.

MSM : Quels sont les produits et prestations que vous proposez?

Michael Merkle : Agathon est un fabricant de machines à rectifier les plaquettes de grande précision sur du matériaux très dur tel que le CBN et le PCD. Et le deuxième pan de la fabrication concerne la fabrication et la vente de produits normalisés dédiés aux travaux de matricage à chaud et d'injection. Des produits indispensable aux fabricants de moules et de matrices tels que des éléments de guidage, douilles, manchons cages à billes, etc. Nous avons donc deux prestations très diverses d'une part des consommables et d'autre part des biens d'investissement, cela nous permet d'équilibrer les charges en cas de crise.

MSM : Quand avez-vous repris l'entreprise?

Michael Merkle : Nous l'avons reprise en 2014 et débuté en mode opératif en février 2015. Cela n'a pas été facile cette année car nous avons du, après l'annonce de la BNS de ne plus maintenir le franc suisse, mettre en place des procédures de lean manufacturing. Avant cet été nous étions en surcapacité, actuellement les affaires se stabilisent malgré une incertitude à long terme. Actuellement le marché chinois pour les rectifieuses s'est affaibli, en Europe et aux Etat-Unis le niveau s'est maintenu.

MSM : Que signifie Agathon?

Michael Merkle : C'est un nom prédestiné, car le terme grec Agathon veut dire «bon, le meilleur». Nous tenons à rester dans les leaders et nous devons faire un effort particulier pour rester en phase avec nos clients et répondre à leurs besoins. Nous fabriquons des machines compliquées mais pas excessivement complexes. Notre plus récentes machine est la «Leo Peri» axée vers une productivité accrue sur une petite surface.

MSM : Combien de clients se sont déplacés durant ces deux journées de la technologie?

Michael Merkle : Pas moins de 45 clients se sont déplacés, qui plus est provenant de l'Europe entière pour venir visiter notre usine de Bellach. Il est important de montrer à notre clientèle que les bureaux de conception et la fabrication sont au même endroit. Pour moi il est vital que les fabricants suisses de machines conservent à tout prix leurs production dans le pays, ainsi elles maintiennent le savoir-faire et surtout le tissu industriel des PME axées sur la sous-traitance.

MSM : Est ce qu'Agathon est une entreprise formatrice ?

Michael Merkle : Oui, nous accordons une grande importance à la formation et nous avons actuellement 16 apprentis en cours de formation, dont 12 automaticiens et polymécaniciens.

MSM : A quelles expositions participerez-vous l'an prochain ?

Michael Merkle : Notre modèle d’affaire est particulier, les machines se vendent bien à l'exportation tandis que les pièces normalisés se vendent pratiquement uniquement en Suisse. Nous participerons éventuellement à Prodex pour faire connaitre notre palette de produits normalisés et nous serons certainement à l'IMTS, Grindtec à Augsburg, Cimt et l'EMO pour les rectifieuses.

MSM : Merci pour cet entretien. <<

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 43725877 / Production)