Rechercher

Franc fort : la CEP appelle les acteurs économiques à être responsables face à leur communauté de destin et renforce sa commission industrie Action concertée contre le Franc fort

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> La Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) élargit son groupe de travail industriel dans le but de prendre les dispositions concrètes nécessaires face à la force du franc qui menace de pénaliser durablement le domaine industriel depuis l’abandon de la défense du taux plancher de la BNS.

Entreprises liées

Directeur de la Chambre d’économie publique du Jura bernois, Patrick Linder est également président du Conseil d’administration du Centre de Technologies Microtechniques SA (www.ctm-sa.ch) de St-Imier.
Directeur de la Chambre d’économie publique du Jura bernois, Patrick Linder est également président du Conseil d’administration du Centre de Technologies Microtechniques SA (www.ctm-sa.ch) de St-Imier.
(Image: CEP)

Par ce cercle de réflexion et porte-parole de l’économie régionale, la CEP renforce temporairement son organe industriel dans le but de réunir dans un même cadre des représentants de différents secteurs de l’industrie régionale en raison de la diversité des effets qu’une appréciation préliminaire de la surévaluation récente du franc suisse révèle. Très soucieuse de contribuer à minimiser le cumul d’effets négatifs sur l’économie et surtout à éviter la perte de parts de marché ou de compétences face à une concurrence favorisée par la cherté artificielle des produits suisses, la CEP et sa commission industrie entament une phase d’analyse et d’élaboration de mesures adaptées aux réalités des entreprises régionales. Enfin, la CEP met en lumière la communauté de destin existant au niveau industriel dans l’Arc jurassien et appelle formellement tous les acteurs économiques et politiques à faire preuve de solidarité dans l’immédiat de cette phase délicate en entreprenant tout pour enrayer au maximum les crispations, les retenues d’investissements, ou éviter une trop forte pression en matière de prix sur les fournisseurs et les partenaires. La préservation du tissu industriel, des savoir-faire, des positions respectives sur les marchés mondiaux et, in fine, la compétitivité des entreprises sont en jeu.

Elargir une structure existante

La Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) cercle de réflexion et représentante de l’économie régionale, a, grâce à sa structure d’organisation, pris dès l’annonce de la BNS, les dispositions nécessaires pour analyser la situation en détail et jauger ses conséquences sur les acteurs industriels. Elle renforce désormais temporairement sa commission industrie pour se doter d’une force opérationnelle permanente et représentative de tous les secteurs. La commission industrie de la CEP aura pour tâche d’évaluer et d’analyser les impacts attendus dans le moyen terme en raison de la récente accentuation de la surévaluation du franc suisse.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 5 images

Eviter les dégâts à long terme

Que faire pour éviter les conséquences en cascade et les dégâts irrémédiables à long terme?

Le coût artificiellement élevé des produits suisses pour la zone euro déploie des effets négatifs plus graves que la perte financière brute et affecte directement la compétitivité des entreprises suisses. La commission industrie de la CEP souhaite œuvrer pour limiter au maximum ces dégâts collatéraux qui peuvent conduire à une remise en cause ou une redéfinition des relations productives existant de longue date voire à un affaiblissement du tissu industriel et des savoir-faire.

Le franc fort n’a pas d’incidence que chez les exportateurs ; il affecte également leurs partenaires, fournisseurs et sous-traitants.

La perte de certains clients, l’érosion de parts de marchés, l’arrêt des investissements, la mise sous pression du réseau de fournisseurs et de partenaires ou l’arrêt des activités de R&D sont des éléments à attendre de la cherté artificielle du franc. Il est capital de les minimiser ; à ce titre une forme de solidarité doit se manifester dans cette phase économiquement délicate de la part des exportateurs et des donneurs d’ordre en direction de leurs fournisseurs dans le but de préserver le tissu industriel et ses compétences. Il apparaît en outre primordial de chercher à conserver une dynamique positive et de stopper la spirale négative.

Elaborer des mesures concrètes

Forte de ces constats, la Chambre d’économie publique du Jura bernois et sa commission industrie s’attèlent à l’examen et à l’élaboration de mesures concrètes. Des attentes s’expriment toutefois univoquement à l’égard d’une capacité de réaction rapide du domaine politique aux niveaux cantonaux et fédéraux dans le but d’adapter les outils permettant d’atténuer le délitement des conditions cadres de l’économie suisse. <<

Auteur et source Patrick Linder, directeur de la Chambre d'Economie publique du Jura bernois

(ID:43172444)