Manque cruel de personnel qualifié en Suisse 3200 personnes à former d'ici 2016 !

Rédacteur: Gilles Bordet

>> D’ici 2016, l’horlogerie va recruter et former massivement. Selon une enquête de la CP (Convention patronale), la branche va connaître une augmentation de 15% de ses effectifs et elle devra former ou recruter 3200 collaborateurs. Réalisée tous les cinq ans, cette enquête va déboucher sur la mise en place d’actions concrètes dans le domaine de la formation professionnelle. Le but: assurer l’adéquation entre l'offre en personnel formé et la demande des entreprises.

Entreprises liées

Un mécanicien au travail dans une manufacture suisse.
Un mécanicien au travail dans une manufacture suisse.
(Image: Dominique Bersier)

En tant qu’organisation du monde du travail (OrTra), la CP assume la responsabilité de la formation professionnelle de la branche. Afin de mener des actions de formation adaptées aux attentes de l’industrie, elle réalise régulièrement une vaste enquête auprès de ses entreprises. But: connaître les besoins en personnel qualifié d’ici les cinq prochaines années, métier par métier. Les résultats montrent que l’horlogerie va continuer d’embaucher et de recruter plus de personnel qualifié. La CP, dont c’est la 4ème enquête, va ainsi pouvoir mettre en place les mesures nécessaires en matière de formation professionnelle pour assurer l’adéquation entre offre et demande.

15% d’effectifs en plus et 3200 nouveaux professionnels

Tous les métiers du secteur technique de l’horlogerie annoncent une augmentation des effectifs d’ici 2016. Parmi ceux dont la CP a la responsabilité directe, on trouve le trio de tête constitué par le micromécanicien (+26%), le cadranographe (+23%) et bien entendu l’horloger (de 22 à 25% selon les 3 variantes possibles du métier: praticien/dans le domaine professionnel du rhabillage/dans le domaine professionnel de l’industrie). Pour la même période, des hausses significatives sont également constatées pour les termineurs en habillage horloger (19%) et les dessinateurs/constructeurs en microtechnique (+17%). Ceci induit que, dans la vingtaine de métiers analysés, 3200 nouveaux professionnels au moins devront rejoindre les rangs des entreprises horlogères au cours des cinq prochaines années. Ces chiffres tiennent compte des départs programmés (retraite/mobilité interne) et de l’augmentation annoncée des effectifs. Parmi les métiers menant aux titres fédéraux CFC et AFP, ceux liés au mouvement sont les plus demandés: il faudra former 712 horlogers et 702 opérateurs en horlogerie. Mais l'industrie horlogère devra engager également du personnel titulaire d’une formation supérieure: on devra compter sur 169 techniciens et 148 ingénieurs supplémentaires.

Galerie d'images

Objectifs atteignables

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse juge possible de faire face à ces augmentations annoncées. Elle rappelle qu'entre la précédente enquête (2005-2006) et aujourd’hui, les effectifs sont passés de 44'000 à 53'000 personnes et le taux de personnes formées a augmenté. Même si, à l’heure actuelle, le marché du travail dans l’industrie horlogère semble tendu, l’enquête révèle toutefois qu’il y a globalement adéquation entre l'offre et la demande de personnel qualifié. Une constatation déjà faite lors de la dernière enquête de 2006 et qui contredit l’idée reçue d’une pénurie de personnel dans la branche. Des mesures de formation devront être adaptées progressivement pour compléter les effectifs dans certains métiers. Parmi celles-ci, la promotion de l’apprentissage.

L’apprentissage dual: une priorité

Les entreprises formatrices dans le secteur sont encore trop peu nombreuses; l’apprentissage dual –pour lequel la pratique se déroule entièrement en entreprise– doit impliquer un plus grand engagement de la part des entreprises susceptibles de pouvoir former. Enfin, une attention particulière doit être portée sur certains métiers techniques qui ont moins la cote auprès des jeunes et où le recrutement est par conséquent plus difficile: l’image du polisseur ou encore du micromécanicien peut être davantage revalorisée par la mise en place, entre autres, de campagnes de promotion destinées au jeune public. <<

(ID:42328258)