Rechercher

Willemin-Macodel dévoile ses atouts

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> Ce fabricant de machines, leader des centres d’usinage de haute précision, va marquer les esprits à la prochaine EMO. Son directeur technique Denis Jeannerat lève, en exclusivité, un coin de voile sur les nouveautés qui y seront présentées.

Entreprises liées

Le 508MT, l’un des centres d’usinage équipé des toutes dernières innovations Willemin-Macodel qui sera en démonstration à L'EMO 2011 à Hannovre. (Image: Willemin-Macodel SA)
Le 508MT, l’un des centres d’usinage équipé des toutes dernières innovations Willemin-Macodel qui sera en démonstration à L'EMO 2011 à Hannovre. (Image: Willemin-Macodel SA)

EMO Hannover, l’incontournable salon international des professionnels du traitement des métaux, ouvre ses portes le 19 septembre prochain. Willemin-Macodel y présentera des nouveautés mondiales. Notamment les innovations exclusives dont bénéficieront deux de ses fleurons, les centres d’usinage multi-process 408MT et 508MT.

Depuis leur introduction à la fin des années 90 (408MT) et milieu des années 2000 (508MT), ces deux machines-outils n’ont jamais cessé d’être perfectionnées : nouveaux modules, nouvelles fonctions, nouveaux périphériques… Quelles innovations seront présentées en septembre ? «Nos principales nouveautés et les détails technologiques ne seront dévoilés qu’à Hanovre !», précise Denis Jeannerat. Le Directeur technique accepte pourtant de lever un coin du voile : commandes d’avance à haute dynamique sur tous les axes de travail, amélioration de la stabilité thermique, augmentation de la capabilité machine, renforcement de la capacité d’enlèvement des copeaux, choix élargi d’outils de tournage, possibilité d’usiner des pièces plus élancées, possibilités inédites de reprise des pièces… Même incomplet, le menu impressionne.

Qu’apportent ces nouveautés aux machines et à leurs utilisateurs ?

«Nos machines seront encore plus stables et dynamiques qu’aujourd’hui, garantissant une productivité en hausse. Elles gagneront aussi en flexibilité.» Cette flexibilité accrue rendra d’ailleurs les solutions Willemin-Macodel particulièrement intéressantes pour les entreprises de sous-traitance : «Nous avons optimisé l’usinage de petites séries de pièces, qui sera encore plus simple et rapide».

Pour Willemin-Macodel, l'EMO d'Hannovre 2011 sera donc l’occasion de confirmer son «leardership» et son expertise technologique. Lancée en 1974, l’entreprise a en effet toujours fait partie des pionniers. Elle a notamment lancé les premières machines CNC à 5 axes simultanés, les premiers usinages à partir de barres sur des fraiseuses ou encore les premiers centres d’usinage multi-process (fraisage/tournage).

En s’appuyant sur la précision et la qualité de surface des pièces usinées, qui ont fait la renommée mondiale de ses machines, la marque suisse s’est imposée dans les secteurs industriels les plus exigeants : horlogerie, aéronautique, technologie médicale et dentaire. Le succès de Willemin-Macodel repose sur la fiabilité et la stabilité de ses machines, mais aussi sur leur extrême adaptabilité. Ses machines sont assemblées sur une base commune, et donc éprouvée, mais les différents outils, modules, cellules et périphériques permettent ensuite une infinité de combinaisons. De quoi correspondre exactement aux besoins du client. «Au moment de l’expédition, aucune machine ne ressemble à une autre, confirme Denis Jeannerat. Cette fabrication «sur mesure» est une des spécificités de la marque Willemin-Macodel.»

Du pignon à l'aube de turbine

Les clients Willemin-Macodel produisent des pièces de très haute technologie, extrêmement spécialisées, parfois, en petits volumes, voire même à l'unité selon les applications : boîtiers de montre, instruments chirurgicaux, aubes de turbines, implants dentaires…

Ces clients ne viennent pas acheter une machine, mais une solution d'usinage clé en main répondant à un problème de fabrication. «Ce qu’ils veulent, au fond, c'est produire leurs pièces dans les tolérances voulues, à un coût compétitif et pouvoir passer d'une mise en train à l'autre, sur la même machine, de la manière la plus simple et la plus rapide possible ! » Willemin-Macodel a donc mis un point d’honneur à rendre ses cellules d'usinage très conviviales et capables de garantir une grande robustesse du processus.

Technologiquement, cette approche implique d’innover constamment pour rendre les machines toujours plus ergonomiques et autonomes. Ce n’est pas un hasard si Willemin-Macodel est un pionnier des centres d’usinage multi-axes et multi-processus.

« Quand on tient la pièce, on ne la lâche plus ! », résume Denis Jeannerat. Dans les faits, l’autonomie de la machine est impressionnante. Un exemple ? Un périphérique amène la pièce, qui est serrée et usinée sur toutes ses faces, les liquides et les copeaux sont évacués, la pièce est nettoyée. Avec le périphérique adéquat, la machine est même capable de gérer le conditionnement. Et le tout est réalisé en un seul cycle.

Grâce à cette simplification, il n’y a plus d’immobilisation de la pièce entre chaque étape, la durée de production est raccourcie, les stocks intermédiaires sont diminués. Et, surtout, cela libère le client de tout souci : il programme, la machine fait le reste. Y compris quand il faut passer d’une série de pièces à une autre série de pièces de morphologie différente : la machine est capable de gérer ce changement de manière automatique selon le type d'application. «Le client reste donc maître du processus, et la machine s’intègre parfaitement dans sa chaîne de production.» C’est d’autant plus remarquable que les matériaux préférés des clients Willemin-Macodel ne sont pas les plus faciles à usiner : aciers inox, alliages de titane, matériaux composites, céramiques (telles que oxydes de zirconium et d’aluminium) ou encore alliages chrome-cobalt, nickel-chrome, etc.

Faciliter la vie de l’utilisateur ne passe pas seulement par la technologie, mais aussi par le service.

Tout est réalisé en interne

Et, là encore, Willemin-Macodel se distingue. «Des premières études jusqu’à la formation du client, en passant par les tests finaux et la mise en service, nous faisons tout, jusqu'à la maîtrise du couple outil-matière! Nos machines sont véritablement livrées clé en main.» Pour cette entreprise jurassienne, c’est aussi le moyen de se démarquer des gros fabricants de machines-outils – plus difficile d’assurer ce niveau de service et de personnalisation quand on sort 500 machines par mois. Les solutions de ce niveau sont le résultat de plus de 35 ans d’expérience. Et d’un sens de l’innovation qui remonte, lui aussi, jusqu’aux origines de l’entreprise. Willemin-Macodel a su tisser des liens importants et féconds avec les hautes écoles suisses, dont les mondialement réputées Écoles polytechniques fédérales de Lausanne et de Zurich. Elle s’appuie bien sûr aussi sur le savoir-faire de sa région : l’Arc jurassien est un pôle d’excellence reconnu en mécanique et micromécanique. Il offre matière grise et main-d'œuvre hautement qualifiée. «Nous bénéficions également d'une longue présence au niveau mondial, précise Denis Jeannerat. Nous avons des filiales depuis longtemps en Allemagne, en Chine, en Russie, aux USA, et nous sommes actifs dans plus de 20 autres pays. Nous sommes donc en contact direct et constant avec les dernières tendances.» Cette veille technologique permet à Willemin-Macodel de s’adapter et, surtout, d’anticiper. L’entreprise se réjouit de le prouver, une fois de plus, en septembre prochain. Une vraie performance «live», puisque des démonstrations d’usinage auront lieu sur son stand (C33, halle 27). Ensuite, il ne faudra pas patienter longtemps pour bénéficier des dernières avancées de Willemin-Macodel : leur commercialisation débutera au premier semestre 2012 déjà. Pour l’instant, ces innovations sont en phase finale de test sur les centres d’usinage multi-process 408MT et 508MT. Au cœur de la superbe usine Willemin-Macodel, à Delémont. Dans un espace réservé, à l’abri des regards. <<

(ID:28785600)