Interview de Michael Weber

Une FAO conçue spécialement pour les décolleteurs

| Auteur / Rédacteur: Jean-René Gonthier rédacteur en chef / Jean-René Gonthier

Michael Weber, technicien et fils du directeur actuel de la société MW Programmation.
Galerie: 8 photos
Michael Weber, technicien et fils du directeur actuel de la société MW Programmation. (Source : JR Gonthier)

On pourrait croire que la vente et la distribution de logiciels techniques se limite à des tractations commerciales. Mais loin s'en faut, ce n'est pas le cas chez MW Programmation implantée à Malleray qui ne se contente pas de vendre mais innove en créant de nouveaux modules pour Alphacam.

Cette entreprise ayant pignon sur rue est une petite société familiale spécialisée dans le domaine de la CFAO. Fondée en 1986 par son directeur actuel Marcel Weber, elle reste dynamique et continue d'innover en proposant des solutions métiers en adéquation parfaite avec les PME industrielles de la région. Rencontre et interview avec Michael Weber, le fils du directeur actuel de la société. Un homme sympathique, très ouvert symbolisant bien la nouvelle génération, près à continuer sur les rails de l'entreprise paternelle tout en poursuivant dans une logique d'innovation intelligente.

MSM : Michael Weber, quel est votre parcours de formation, comment devient-on spécialiste en FAO ?

Michael Weber : J’ai une trajectoire complète mais relativement atypique. J’ai commencé par un apprentissage de polymécanicien puis j’ai poursuivi par une formation en école technique en cours d’emploi.

Après j’ai commencé à travailler au sein de MW Programmation et j’ai acquis de grandes connaissances en informatique en CAO et en FAO. Idéalement pour devenir un spécialiste en FAO il faudrait emprunter une filière d’information. Mais ma formation est plus complète car je connais ainsi bien l’univers industrielle avec ma formation en mécanique.

MSM : MW Programmation fait partie d’une filière de formation de polymécanicien, quels sont les avantages de ce type de formation par rapport à un apprentissage auprès d’une entreprise unique ?

Michael Weber : Chez MW Programmation nous avons chaque année trois apprentis qui passent à deux reprises tout d’abord lors des cours globaux puis 1 à 2 mois de stages pour mettre ceci en pratique.

MSM : Est-ce qu’Alphacam Swiss Lathe est compatible avec tous types de machines, tels que des Deco, multi-broche, multi configuration ?

Michael Weber : Oui, cela permet de générer facilement du code destiné aux décolleteuses et tours CNC. Ce développement a débuté chez nous car cela répondait à un réel besoin. Dans notre région, il y a beaucoup de décolleteurs qui parfois ont des besoins de fraisage en complément aux activités de décolletage habituelles. Et en plus Alphacam Swiss Lathe intègre un configurateur de machines et au final nous disposerons d’une vaste bibliothèque avec toutes les machines.

Il faut dire que nous constatons que nos clients doivent faire face à de nouveaux défis, Les pièces deviennent de plus en plus complexes tandis que les séries sont plus petites, Aujourd’hui ces petits lots sont de plus en plus fréquents et cela ouvre fatalement de nouvelles portes vers la diversification. L’Alphacam Swiss Lathe est un module «made in Malleray by MW Programmation» et nous allons continuer de le développer pour nos proches clients. Si d’aventure d’autres utilisateurs provenant d’autres pays y sont intéressés, ils pourront le commander via l’éditeur basé au Royaume Uni.

MSM : Ce nouveau module pourra-t-il s’adapter à des décolleteuses d’un nouveau type n’existant encore pas aujourd’hui ?

Michael Weber : Oui nous proposons un configurateur de machines pour pouvoir l’adapter au mieux selon les spécifications des machines de demain. Et si le client n’y parvient pas nous le ferons pour lui gratuitement. Ce module permet aussi de simplifier le post processeur pour de nouvelles machines.

MSM : Alphacam Swiss Lathe est-il destiné à des spécialistes du décolletage ou plutôt à des décolleteurs de pièces complexes?

Michael Weber : Disons qu’il cadre mieux à l’utilisation dans le cadre de petites PME, on parle beaucoup de pièces complexes mais même pour des pièces simples il amène de nombreux avantages. Ainsi les programmes réalisés sont compatibles avec toutes les machines de l’atelier. Il sait gérer les fraisages sur face et de côté et du 3 axes. Mais, au mieux on fait du 5 axes simultané avec Alphacam Swiss Lathe.

MSM : Est ce que MW Programmation sera présent à l’extérieur de Malleray ?

Michael Weber : C’est la première fois que nous participions à Technopolis, un salon d’une seule journée, à la fois intense et complet. Nous y retournerons l’an prochain, d’autant qu’il aura lieu à Delémont à fin janvier 2019. Nous participerons évidemment au SIAMS, nous y sommes très fidèle, d’ailleurs nous n’avions raté que la première année, et à l’EPHJ, ce sera la onzième fois que nous y participerons. Pour une PME telle que la nôtre cela fait beaucoup d’investissement nous préférerions faire une alternance entre SIAMS les années paires et EPHJ les années impaires.

MSM : Organisez-vous aussi des portes-ouvertes pour faire connaitre les plus récentes releases à vos utilisateurs et clients?

Michael Weber : Depuis 2011 nous organisons des portes ouvertes, nous avons remarqué qu’en fait nous rencontrons moins de monde sur les salons que lors de nos portes ouvertes. Soit environ 150 personnes et 2 à 3 grands clients visités chaque année soit 2 heures de présentations et nous nous rendons aussi dans les ateliers pour donner des astuces de programmation et optimiser les postprocesseurs. Ces journées sont offertes à nos clients qui ont contractés un service de maintenance automatique chaque année.

MSM : Alphacam est compatible sur les machines de tournage et de fraisage... mais qu’en est-il en matière de tôlerie et de fabrication additive?

Michael Weber : Oui on peut adapter Alphacam à toutes les CNC pour le découpage laser. Etant donné qu’Alphacam est un logiciel ouvert, nous pouvons créer une solution dédié à une machine spéciale.

Et du côté de la fabrication additive, nous n’avons pas encore eu de retour de l’éditeur mais il est évident qu’alphacam suivra cette évolution. Notamment dans les applications de machines permettant dans un premier temps la recharge de matière puis l’usinage. Si l’éditeur d’Alphacam ne propose rien nous prendrons alors les devant et ferons en interne les développements nécessaire.

MSM : Merci Monsieur Weber pour ces réponses très complètes. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45185676 / Personnalités)