Renaissance d'une entreprise valaisanne

Un renouveau industriel bienvenu en Valais

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

De gauche à droite : Stève Héritier, Adriano Macagnino, Sébastien Hug, Jacques Papon (Fabrice Roh manque sur la photo).
Galerie: 5 photos
De gauche à droite : Stève Héritier, Adriano Macagnino, Sébastien Hug, Jacques Papon (Fabrice Roh manque sur la photo). (Source : Sacha Bittel, Le Nouvelliste)

Suite à la faillite de l'atelier des Creusets, voici l'histoire de la renaissance d'une nouvelle entreprise d'électro- mécanique à Sion et son redémarrage. Active dans la chaudronnerie, l'électromécanique, la tôlerie, la peinture et le thermolaquage et le montage mécanique, Creusalp propose une vaste palette de prestations.

Cette société d'une cinquantaine de collaborateurs propose les services de son bureau technique pour la conception, le développement et le suivi de projets grâce, entre autres, à l’utilisation de logiciels métiers tels que SolidWorks et ePLAN. Et bien évidemment l'appui d'un large secteur d'industrialisation comportant la découpe et le formage de tôles, l'assemblage de machines (mécanique, pneumatique et hydraulique) et aussi la réalisation de câblage électromécanique basse tension. Mais Creusalp réalise aussi de gros ensemble de chaudronnerie et serrurerie ainsi que la réalisation de stations transformatrices en basse et moyenne tension.

MSM : Les Creusets SA était une véritable institution à Sion, puis après sa faillite plusieurs investisseurs ont repris l’affaire à leurs compte. Comment s’est passé ce redémarrage ?

Jérôme Monnat : La société Les Creusets SA, fondée en 1956, a déposé son bilan en mars 2016. Une succession mal maîtrisée, la force du franc, la délocalisation des commandes dans l’industrie des machines, toutes sortes de facteurs ont concouru à cette triste fin. A peine 2 mois plus tard, Sébastien Hug, responsable administratif, entouré de 4 collègues de la technique, relançait l’entreprise sous le nom de Creusalp SA, avec la ferme intention de sauver le savoir-faire et les places de travail, ainsi que répondre aux besoins pressants des clients restés fidèles à l’entreprise. Immédiatement, une trentaine de collaborateurs ont été rembauchés. Aujourd’hui, l’entreprise emploie près de 50 collaborateurs, dont 10 apprentis. En février 2017, le capital de la société a été relevé de Fr. 100'000 à Fr. 600'000. Le Conseil d’administration a été étoffé, avec l’arrivée de Monsieur Albert Bass, ancien Vice-Président de la Banque Cantonale du Valais et dirigeant d’une importante fiduciaire et moi-même Jérôme Monnat Jr, ingénieur, directeur d’une entreprise de montres.

MSM : Quels sont les compétences du nouveau team de direction ?

Jérôme Monnat : La direction administrative de la société est assurée par Monsieur Sébastien Hug, comptable diplômé (par ailleurs administrateur délégué). Le bureau technique est dirigé par Monsieur Jacques Papon, technicien ES, qui est secondé par Monsieur Stève Héritier, ingénieur HES, plus particulièrement en charge de l’assemblage de machines industrielles. L’ensemble de la  production (serrurerie / peinture / câblage / montage mécanique) est supervisée par Monsieur Adriano Macagnino, spécialiste en soudage IWS-EWS. La partie électricité est assurée par Monsieur Fabrice Roh, dessinateur-électricien. Ces cinq personnes forment le team de gestion de Creusalp SA.

MSM : Avez-vous lors du redémarrage de l’entreprise bénéficié de l’appui du canton ou du soutien d’une autre association ou instance de promotion économique ?

Jérôme Monnat : Oui, la promotion économique valaisanne, par son Centre de Cautionnement et de Financement (CCF SA) a dès le départ soutenu l’entreprise par le cautionnement de crédits bancaires et l’octroi de prêts pour l’achat de nouvelles machines. L’entreprise a un plan ambitieux de renouvellement de son parc-machines, avec l’arrivée dans les prochains temps d’une nouvelle machine à découpe laser, ainsi que de nouvelles plieuses et ébavureuses.

MSM : Comment est-il possible de se démarquer de la concurrence dans un marché où les sous-traitants en mécanique sont nombreux ?

Jérôme Monnat : Tout le secteur industriel suisse se retrouve dans une situation extrêmement difficile, faisant face à un franc toujours très fort, un phénomène de désindustrialisation rampante, la délocalisation des grands donneurs d’ordre vers les pays de l’Est, voire l’Inde ou la Chine. Il existe toutefois un marché pour qui sait répondre avec compétence et souplesse à des demandes toujours plus pointues et offrir des solutions clé en main. La vision de Creusalp SA, c’est d’offrir une large palette de services, de la conception à la production, de la serrurerie / peinture aux machines complètes, de l’électricité de puissance au ferroviaire.

MSM : L’entreprise Creusalp SA est située au centre du Valais est-ce là un atout ou plutôt une difficulté supplémentaires pour vos activités quotidiennes ?

Jérôme Monnat : Le gros de la clientèle actuelle de Creusalp SA se trouve le long du Rhône, du Valais à Genève. Ce n’est donc pas si terrible d’être basé en Valais ! L’entreprise souhaitant aussi se développer en Suisse allemande, il faudra juste faire quelques efforts supplémentaires de déplacement. Permettez-moi par contre de déplorer ici le coût de la RPLP (redevances trafic poids lourds), qui a encore été relevée discrètement début 2017 (jusqu’à 18% d’augmentation !) et qui péjore particulièrement les entreprises industrielles établies en zone périphérique…

MSM : Quels sont les atouts de cette nouvelle entreprise ?

Jérôme Monnat : Creusalp SA regroupe sous un même toit, ce qui est assez unique, un bureau technique expérimenté, une serrurerie/tôlerie performante, une installation de peinture / thermolaquage de très grande taille, un atelier de montage de machines industrielles, une équipe spécialisée en électricité de puissance. De plus, l’entreprise collabore étroitement avec l’atelier de mécanique Leyat-Prédémec SA à St-Pierre-de-Clages, spécialisée dans le tournage et le fraisage de précision. Creusalp SA, outre les certifications usuelles ISO 9001 : 2015 et ISO 14001 :2015, est certifiée ISO 3834-2 : 2005 (soudage), EN 15085-2-CL1 :2007 (ferroviaire) et EN 1090 : 2012 (construction). Je vous invite à visiter le site web creusalp.ch pour découvrir tous les services que l’entreprise peut offrir.

MSM : Monsieur Monnat quelles sont vos fonctions en regard de l’entreprise Creusalp SA… et pourquoi ?

Jérôme Monnat : En tant qu’administrateur, j’amène une vision extérieure et tente de proposer des solutions transversales pour le développement de l’activité de Creusalp SA. Je crois fermement au potentiel du secteur industriel en Suisse, notamment dans le domaine des transports, et en particulier dans le ferroviaire qui compte plusieurs leaders mondiaux. Je ne peux admettre la disparition, dans l’indifférence générale, de tout un savoir-faire qui a mis plusieurs siècles à se former. Tout le monde, en Suisse, ne pourra pas être employé du tertiaire ! Il faut coûte que coûte maintenir ces compétences précieuses. En ce sens, je me sens très inspiré par Walter Fust, qui, après une longue carrière à succès dans le commerce de détail, a fortement investi dans le secteur de la machine-outil.

MSM : Merci d'avoir pris le temps de partager ces informations avec les lecteurs du MSM. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 44979249 / Production)