Retour d’expérience : Centre de tournage/fraisage Index G200

Un équipement de référence en usinage complet

| Auteur / Rédacteur: Klaus Vollrath, b2dcomm.ch / Gilles Bordet

Expériences faites

« Après la livraison de la machine début décembre 2017, l’installation et la mise en service se sont déroulées en douceur », souligne S. Ripoche. La formation réalisée par Index France s’est effectuée en trois étapes d’une semaine chacune. Après cela et une fois les premiers essais réalisés, l’entreprise a pu commencer dès début mars à produire des pièces complexes, pour lesquelles il a fallu d’abord fabriquer des pinces de serrage sur mesure pour la contre-broche. Elle a pu bénéficier en outre d’une assistance téléphonique efficace et rapide. Au total, Sébastien Ripoche estime que la mise en service par les techniciens d'Index s’est déroulée plus rapidement et plus facilement qu’il ne l‘avait imaginé. A sa grande satisfaction, l’Index G200 a très rapidement fourni les résultats escomptés, également sur le plan de la productivité. En comparaison aux centres de tournage/fraisage utilisés jusqu’ici, les gains de cette nouvelle machine atteignent presque 70%.

Les atouts de la « machine virtuelle »

« Une fois l’Iindex G200 installé, nos équipes ont d’abord manifesté une certaine appréhension », se remémore Sébastien Ripoche. Premièrement, la nouvelle machine était dotée d’une commande Siemens, alors qu’ils avaient l’habitude de travailler sur une commande Fanuc. Il allait falloir qu’ils se familiarisent. D’autre part, elles s’inquiétaient de la vitesse de travail élevée. En cas d’erreur de programmation, il y avait un risque de gâcher les pièces ou d’endommager la machine. C’est pourquoi la mise en œuvre d’un logiciel, intitulé « machine virtuelle », s’est avéré extrêmement utile durant la phase d’apprentissage. Cela permet de pouvoir simuler toute l’opération d’usinage sur un écran de PC. Le panneau de pilotage d’une commande Siemens 840D y est tout aussi bien représenté que les modèles 3D des broches, des tourelles et de la pièce. L’ensemble du procédé d’usinage est fidèlement reproduit de manière virtuelle à l’écran. Dans le même temps, la machine elle-même peut tranquillement continuer à produire. Les avantages sont multiples : une surveillance anti-collision fiable, un raccourcissement des temps de changement d’outil et l’optimisation des temps de cycle. On obtient ainsi un programme déjà rodé permettant de passer directement de la « machine virtuelle » à la production.

Lors de la formation, ce logiciel s’est avéré un instrument idéal pour permettre aux collaborateurs de se familiariser sans risque avec la programmation. Cela a conduit à une adhésion plus rapide des employés à la nouvelle machine. « Ce point est extrêmement important car la validation de cette nouvelle technologie est avant tout l’affaire de mes collaborateurs et non une décision décrétée par le patron », explique S. Ripoche.

Le début d’un partenariat stratégique

« Le bilan que je tire personnellement de cette expérience est que j’ai trouvé chez Index un partenaire stratégique avec lequel je souhaite continuer à travailler en étroite collaboration », conclut Sébastien Ripoche. Il ne juge ici pas uniquement les capacités de la machine ni les aspects qualité, service après-vente ou conseil, mais également la vision d’avenir de ce fournisseur. Selon lui, le projet de développement de son futur partenaire doit être calqué sur les défis à venir de son marché. La philosophie d’Index serait pour l’essentiel en adéquation avec ses propres convictions. Dans le cadre de la restructuration de sa propre entreprise, il aurait parallèlement audité Index durant la procédure d’achat – aujourd’hui concrétisée -. En ce qui le concerne, Index aurait réussi cet audit et serait donc homologué. MSM

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45904611 / Vie des entreprises)