Retour d’expérience : Centre de tournage/fraisage Index G200

Un équipement de référence en usinage complet

| Auteur / Rédacteur: Klaus Vollrath, b2dcomm.ch / Gilles Bordet

Le succès est toujours le fruit d’un travail d’équipe : la satisfaction se lit ici sur tous les visages, y compris ceux des employés.
Galerie: 7 photos
Le succès est toujours le fruit d’un travail d’équipe : la satisfaction se lit ici sur tous les visages, y compris ceux des employés. (Source : Index)

L’industrie française compte de nombreux grands groupes de haute technologie de renommée mondiale comme Airbus, Alstom, Arianespace, Renault ou encore Sanofi.

Ces derniers ont besoin de sous-traitants qui leur fournissent des pièces et des composants mécaniques de haute qualité. L’un d’eux a décidé, fin 2017 de faire l’acquisition du centre de tournage/fraisage G200 d'Index. Quelles ont été les raisons de ce choix et quel bilan l’entreprise en tire-t-elle ?

« J’ai une vision claire des objectifs que nos entreprises souhaitent atteindre au cours des 20 prochaines années », indique Sébastien Ripoche, dirigeant du groupe ARBM, basé en Anjou, comprenant cinq entreprises. Quelques minutes d’entretien suffisent à ce chef d’entreprise pour vous impressionner, par l’étendue de ses compétences ainsi que par l’incroyable énergie qu’il a déployée pendant 20 ans pour développer son groupe de cinq entreprises d’usinage, en partant quasiment de zéro. Ses sociétés fournissent des composants mécaniques à des clients issus d’industries high-tech comme l’aéronautique et l’aérospatiale, les techniques médicales, la robotique, la pétrochimie ou les technologies de communication. L’élément pivot du groupe est la société Ouest Décolletage, fondée en 1997 par le mécanicien outilleur qualifié et un collaborateur. La start-up ne disposait alors que de deux tours numériques, pour fabriquer, en sous-traitance, des pièces de tournage/fraisage à bas coûts, en 3 huit (!), à destination d’autres sous-traitants. Une grande partie de la production était alors écoulée dans toute la France, là où des pièces de série bon marché étaient demandées.

Stratégie et ténacité : la recette pour devenir un groupe high-tech

« On ne peut pas espérer obtenir beaucoup de croissance ni de rendement sur le long terme en produisant des pièces simples. C’est pourquoi nous voulions changer d’orientation dès que possible », se souvient Sébastien Ripoche. Pour lui, il était clair dès le départ, que l’avenir de son entreprise se situait dans la fabrication de petites ou moyennes séries de pièces complexes de haute précision, à partir de matériaux difficiles à usiner. C’est avec ténacité et patience qu’il a tout fait pour gagner ce segment de marché. Ce qui commençait par se constituer un parc machines et une équipe adaptés. En quelques années, il a réussi à transformer son atelier de 2 personnes en une puissante usine fabriquant des pièces de pointe. En 2010, il fait l’acquisition d’une autre entreprise, essentiellement axée sur le fraisage de pièces de haute précision. S‘ensuit en 2015 la création d’une société de technologies médicales, peu de temps avant la reprise d’une entreprise dédiée à la pièce aéronautique et aérospatiale, puis d’une société de décolletage. Aujourd’hui, le groupe emploie environ 140 personnes. Chacune de ses entreprises est spécialisée dans des technologies d’usinage bien spécifiques, et dessert en grande partie des marchés internationaux. Les domaines de compétence se complètent mutuellement de manière à pouvoir proposer une palette de prestations aussi large que possible. A l’heure actuelle, Sébastien Ripoche prépare la stratégie d’avenir de son groupe, pour lui permettre de relever les défis des deux prochaines décennies. L’objectif est de tisser des liens commerciaux étroits avec des clients de haute technologie pour la fourniture de pièces complexes, unitaires ou de petites et grandes séries. Cela exige naturellement un parc de machines-outils ultramoderne.

Commencer par un premier Index G200

« J’avais, en fait, pensé initialement à un tour multibroches, mais le centre de tournage/fraisage G200 d’Index a fini par me convaincre, même si à l’époque il n’existait encore que sur le papier », se souvient Sébastien Ripoche avec le sourire. Il poursuit en indiquant les raisons pour lesquelles il s’est engagé dans cette aventure avec confiance : en premier lieu parce que cette machine était conçue de manière à pouvoir répondre à tous les besoins de ses marchés. Il était primordial pour lui de pouvoir réaliser sur une seule et même machine l’ensemble des opérations nécessaires à la fabrication des pièces, de façon à obtenir une pièce finie en sortie machine. Chaque transfert de pièce, opération de serrage/desserrage engendre des dépenses, augmente les coûts logistiques internes et les frais administratifs, et va surtout au détriment de la qualité de la précision obtenue.

La deuxième raison, qui a eu du poids dans sa décision, est la renommée du constructeur auprès des collègues dans le secteur : concernant la qualité et la fiabilité des machines, mais aussi la performance du service après-vente. Aujourd’hui, vus les résultats obtenus avec la première machine installée, Sébastien Ripoche estime avoir pris la bonne décision.

Contenu de l'article:

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45904611 / Vie des entreprises)