Sur-mesure, technique et esthétique au service de l'horlogerie d'art

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> C'est en 2002 à Môtiers (NE) que l'horloger Kari Voutilainen a créé son atelier d'horlogerie d'art, dans une somptueuse bâtisse du début du XXe siècle où il réside aussi avec sa famille.

Dans l'atelier du finlandais Kari Voutilainen sont confectionnés entièrement à la main des montres d'une haute technicité, dans le plus pur respect de la tradition horlogère. Il s'agit bien de véritables chefs d'œuvre, fruits d'un savoir-faire unique.

MSM: Pourquoi vous définissez-vous comme un artisan d'horlogerie d'art?

Kari Voutilainen: Mon équipe et moi-même sommes effectivement des artisans, car nous produisons de très petites séries de montres que nous considérons comme autant d'œuvres d'art et auxquelles nous apportons un soin extrême. Je précise également que nous créons nous-mêmes les modèles et fabriquons tous les composants à la main.

MSM: Quelles sont les principales spécificités de vos montres?

Pour compléter ce thème
 
Le profil de Kari Voutilainen

K. Voutilainen: Nos mouvements sont d'une haute technicité comportant de nombreuses complications et leur fonctionnement est mécanique, d'où leur précision poussée jusqu'aux limites extrêmes. De plus, nous attachons une très grande importance au design et à l'esthétisme de nos montres, plutôt classiques et surtout élégantes, donc à leurs finitions. Nous les concevons de manière à leur garantir une longévité éprouvée, grâce à leur robustesse.

MSM: A titre d'exemple, pouvez-vous décrire votre nouveau chronographe «Chef d'œuvre»?

K. Voutilainen: Fabriqué en série limitée de dix montres bracelets et façonné entièrement à la main, ce chronographe dispose d'un cadran de type «régulateur», avec les heures et les minutes disposées «à 6 heures». Ce dessin met en exergue l'aiguille des secondes, laquelle est bleuie pour lui donner une lisibilité parfaite. Le cadran valorise la disposition asymétrique des compteurs, en particulier celui des secondes courantes situé «à 11 heures», ainsi que le totalisateur des minutes positionné «à 3 heures». Les ponts, ressorts, leviers, roue à colonne et bien d'autres pièces ont reçu eux une finition d'anglage à la main. Les ponts sont plaqués or 18 carats, finition mate, tandis que la platine du mouvement est ornée d'un fin perlage. Le boîtier d'un diamètre de 39 mm présente des cornes en forme de gouttes, alors que le remontoir est surmonté d'un cabochon bleu et que le cadran est fini en blanc cassé, tous trois en or blanc 18 carats, de même que les aiguilles. Ce chronographe a une fréquence de 2'600 alternances par heure et une réserve de marche de 55 heures. Il comprend aussi 28 rubis et des verres saphir, faces avant et arrière.

Un travail manuel à 100%

MSM: Comment fonctionne l'Atelier Voutilainen désigné comme une manufacture?

K. Voutilainen: Tous les composants de nos mouvements sont fabriqués à l'interne et manuellement, comme je l'ai déjà dit, avec précision et minutie. Certains professionnels parmi nos douze collaborateurs travaillent sur nos propres machines pour réaliser les différentes étapes d'usinage, de décolletage, de fraisage, de polissage, de traitement thermique, etc., des composants, puis ils procèdent aux opérations de finissage et d'ébavurage. En revanche, nous ne fabriquons pas les spirales, les pierres et les ressorts qui demandent des techniques bien particulières. Les spirales viennent de chez Moser Groupe, les pierres précieuses de chez Pierhor et les ressorts de chez Schwab-Feller. Nous assurons nous-mêmes la chaîne d'assemblage des multiples composants. En ce qui concerne les boîtiers et les cadrans, nous les produisons également à l'atelier, sauf ceux en métaux précieux que nous fournissent les Artisans Boîtiers à la Chaux-de-Fonds. Nous nous occupons encore de l'habillage des montres, de même que de leur terminage qui implique le remontage, le réglage et le posage des aiguilles, l'emboîtage, etc. Nous faisons un premier montage d'essai, puis nous finalisons la décoration et passons au montage définitif. Comme nous sommes une micro-structure, chaque collaborateur est l'unique responsable de ses propres tâches, comme par exemple la collaboratrice en charge du guillochage des cadrans. Moi-même, je me focalise sur l'habillage, l'emboîtage et le contrôle final.

MSM: Utilisez-vous des métaux précieux pour vos boîtiers, cadrans et divers composants comme les aiguilles?

K. Voutilainen: Oui, mais uniquement des métaux purs qui n'ont subi aucun traitement galvanique, qu'il s'agisse de l'or rouge et blanc, de l'argent, du platine, de l'acier, du laiton ou du tantale. Quant aux pierres précieuses, nous ne les utilisons pas pour l'habillage des montres, mais seulement dans les mouvements, en l'occurrence des rubis synthétiques.

Surtout des Américains

MSM: Combien de montres fabrique votre atelier chaque année, quels sont leurs prix et votre réseau de distribution?

K. Voutilainen: Nous ne produisons que de très petites séries de montres, au total une quarantaine de pièces par année, dont chacune demande de trois-quatre mois à plus de deux ans de fabrication. En 2007, nous avons produit quelque 70 montres de la série «Observatoire» et, en 2008, vingt-cinq montres de la série «Chronomètre 27». Leurs prix oscillent de 50'000 à 400'000 francs suisses et au-delà selon les modèles. La majorité de nos montres sont vendues directement à la clientèle, donc sur commande via internet, car nous n'avons et ne voulons aucun stock. Les clients peuvent cependant acheter quelques pièces dans quelques bijouteries éparses en autres à Singapour, à Helsinki ou à Bangkok et seulement deux en Suisse, à Lausanne et à Lucerne.

MSM: Qui sont vos clients et quels sont vos marchés?

K. Voutilainen: Il s'agit principalement de collectionneurs et d'amateurs d'horlogerie d'art. Nos principaux marchés sont prioritairement les Etats-Unis, puis Singapour, Hong-Kong, l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Suisse et la Finlande. Nous n'avons pas ou très peu de clients russes, chinois ou du Moyen-Orient, car leurs habitudes d'achat passent surtout par les bijouteries et non sur commande. Pour gagner cette clientèle, il faudrait davantage livrer de montres dans les bijouteries et par conséquent constituer du stock, mais cette orientation ne correspond pas à ma stratégie commerciale.

MSM: Comment évolue le chiffre d'affaires de l'Atelier Voutilainen?

K. Voutilainen: Son chiffre d'affaires évolue favorablement, mais avec une croissance limitée. Elle l'est volontairement, car je ne souhaite accroître ni notre production, ni faire grandir l'atelier.

MSM: Quels sont vos objectifs?

K. Voutilainen: Continuer à travailler comme un artisan et à créer de nouvelles montres. Ce sera le cas dans quelques mois avec le lancement en série limitée d'un chronomètre novateur de la série «Observatoire». Il se caractérisera notamment par un grand balancier et d'importantes prouesses techniques. Nous travaillons actuellement sur ses finitions.

MSM: Que représente à vos yeux la quête de l'excellence dans l'horlogerie?

K. Voutilainen: Elle se situe au niveau de l'éthique dans la conception et la fabrication des montres, mais aussi dans l'esprit d'entreprise et la motivation qui animent l'ensemble des collaborateurs, de même que dans la relation avec les clients. <<

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 25012780 / Manufacture)