31 mai 2022

Le Saint-Graal de la collaboration homme-robot

De longues années durant, l’emploi de robots dans la production était une image avant tout connue du secteur de l’industrie de l’automobile. De grands bras robotiques montent de lourdes pièces de carrosserie derrière des cloisons élevées. Mais les robots ont évolué et aujourd’hui, leurs missions couvrent une vaste gamme de processus. La collaboration flexible entre les humains et le robots est alors l’objectif final, sans cloisons, sans processus pré-programmés tout en étant sûrs en permanence. Fanny Platbrood, responsable de la gestion produits stratégique des systèmes et services de sécurité explique les éléments clés.

Les robots font avancer l’automatisation industrielle depuis plusieurs décennies. « Alors qu’au cours des années 1970, ils étaient majoritairement utilisés pour des charges lourdes, au fil du temps, nous constatons une évolution surprenante. Les robots sont devenus plus agiles, plus flexibles et sont capables d’exécuter des travaux à une fréquence élevée. Cela a énormément élargi leurs domaines d’application », affirme Fanny Platbrood avant d’ajouter : « De nos jours, les robots sont quasiment présents dans tous les secteurs de l’industrie. Et précisément là où la précision est essentielle, comme par exemple dans l’industrie de l'électronique où l’on manie des composants très petits. »

Les robots collaboratifs créent de nouvelles possibilités

Lorsque le premier robot collaboratif était lancé en 2008, cela ouvrit de nouveaux horizons à la collaboration entre les humains et les machines. Fanny Platbrood se souvient plein de nostalgie : « C’était une innovation révolutionnaire. D’une part, parce que les robots collaboratifs peuvent réellement collaborer avec et autour des humains. Et d’autre part, parce que leur utilisation est devenue beaucoup plus simple. Aujourd'hui, la programmation des robots est similaire à l’utilisation des applications sur le smartphone. On n’a pas besoin d’être un spécialiste pour pouvoir programmer un robot. Ainsi, on a franchi un des principaux obstacles pour l’utilisation des robots. » Même si des clôtures sont de moins en moins populaires pour la collaboration avec les robots de la construction légère, la sécurité demeure un aspect essentiel. Une protection efficace des applications robotiques, notamment dans la collaboration, ne doit pas faire peur, mais inspirer confiance. L’humain qui se trouve en interaction avec le robot ne doit pas devoir s’inquiéter de sa sécurité. C’est pourquoi une analyse des risques au début est indispensable : « Pour cela, nous devons considérer l’ensemble du système jusqu’à l’effecteur final et l’objet qu’il transporte. Si le robot transporte par exemple un objet à bords pointus, cela peut causer des blessures irréversibles. La condition préalable à une collaboration de confiance est une analyse des risques et les mesures qui en résultent pour minimiser ces risques », affirme Fanny Platbrood avant d’ajouter : « La protection intelligente de l’effecteur final afin de minimiser ainsi considérablement le risque de blessures représente un défi pour les applications robotiques collaboratives. Cette protection constitue un véritable changement, car elle permet de réaliser de nombreuses applications collaboratives supplémentaires. »

Lire la suite ici