L'horlogerie suisse a besoin d'une décharge électrique! Serons-nous encore dans la course dans dix ans?

Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> L'horlogerie suisse a un lourd et très intéressant passé. C'est peut-être ces réminiscences qui l'empêche d'innover, de s'affranchir de son passé, de son savoir-faire pour, ne serait-ce que s’imaginer la montre de demain. Un objet pratique ou de luxe qui continuera à se porter au poignet c'est certain... Avec des fonctions dont on n’imagine pas encore les implications aujourd'hui.

Entreprises liées

Xavier Comtesse, un des acteurs du Watchthinking.
Xavier Comtesse, un des acteurs du Watchthinking.
(Image: MSM)

Le Swiss Creative Center, avec le soutien de Vaucher Manufacture Fleurier, poursuit son initiative d’un genre nouveau en proposant une deuxième édition du cercle de réflexion industriel, nommé Watchthinking. Le but poursuivi est d’apporter de l’imagination créative à une réflexion prospective afin d’alimenter un débat public qui fait parfois défaut autour de l’avenir du monde horloger et manufacturier, pourtant si important pour notre pays et plus particulièrement pour l'arc jurassien romand.

Pourquoi faut-il secouer les horlogers?

Un groupement de personnes, un cercle de personnages influents tente de secouer un peu la tradition... Une tradition parfaite et à entretenir pour continuer de fabriquer, que dis-je de manufacturer des gardes-temps originaux, de luxe et surtout difficiles puisque selon la légende... Il semblerait que chaque montre doit être assemblée par un horloger! Mais est-ce que le public, les acheteurs potentiels de montres croient encore à cette fable ou n'est-ce pas simplement une parabole entretenue par des scénaristes, graphistes et publicitaires tentant désespérément d'entretenir la flamme de la tradition contre vent et marée.

Galerie d'images

Revenons à ce cercle de réflexion de l'horlogerie

Le Swiss Creative Center est à l’origine de la création d’un cercle de réflexion d’un genre nouveau nommé «Watch Thinking». Avec le soutien de Vaucher Manufacture Fleurier, société membre de l’association de Swiss Creative Center, ce cercle se veut neutre et indépendant.

Ce cercle a pour volonté d’apporter de nouvelles réflexions anticipatrices – parfois décoiffantes mais toujours bienveillantes – à l’égard du développement futur de l’industrie du luxe et en particulier celle de l’horlogerie. En passant en revue les défis actuels et ceux qui vont se présenter à l’avenir, « WatchThinking » se veut être un contributeur important d’un renouveau de la réflexion horlogère. Les montagnes du Jura (de Genève à Bâle) seront le berceau de ce savoir-faire intellectuel.

L'objectif de cette action est de montrer l'horlogerie suisse avec un regard sans concession pour éviter le pire, soit le raz de marée de montres connectées venant des leaders déjà actifs dans le secteur des téléphones portables, soit typiquement venant d'Apple et d'autres fournisseurs tout aussi importants.

L'essentiel de ces gestes de bonne volonté sont rassemblés sur le blog www.watchthinking.ch

L'idée géniale de Vaucher Manufacture Fleurier

Une idée simple, et c'est généralement celles-ci, qui cartonnent le mieux. Il s'agit de proposer aux acteurs des montres connectées une alternative fiable aux batteries déficientes des appareils portables. Habituellement un engin nomade interconnecté ayant un GPS à bord et un système de communication 3G, 4G commence à s’essouffler à la fin de la journée. Là une prise de courant électrique est la bienvenue pour recharger ses batteries. Et c'est là que l'inventivité du CSEM et de Pierre Genequand vient à la rescousse en proposant un moteur horloger ne devant être remonté qu'une seule et unique fois par mois.

Imaginons donc un engin à porter au poignet, soit une montre connectée dont l'énergie électrique serait tirée d'un module mécanique de VMF. Une conception en strate, soit une bracelet portant le module énergie et recouvert par un plugin électronique contenant les fonctions de la montre connectée ios, Androïd (ou windows phone, BlackBerry etc.)

Les manufactures horlogères suisses sont capables de miracles en terme de mécanique et aussi en autonomie énergétique. Alors que les leaders, les mastodontes de l'électroniques savent déjà ce que le consommateur de demain aimerait accéder à son poignet gauche!

Il est à parier qu'une alliance intelligente entre ces deux mondes d'apparence antinomiques mais néanmoins complémentaires est indispensable pour que l'horlogerie suisse ne rate pas le train (ou trend) de la montre connectée...

Et pour les nostalgiques, n'oubliez pas la tradition et le patrimoine, rappelons nous que la sixième journée du patrimoine horloger se déroulera à La Chaux-de-Fonds / Le Locle, le samedi 8 novembre 2014. www.urbanismehorloger.ch <<

(ID:43050723)