Rechercher

L'EPFL propose une solution rail-air! S'envoler depuis le train!

Rédacteur: Edouard Huguelet

>> Le projet Clip-Air de l’EPFL (Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne) imagine un avion composé d’une aile volante sous laquelle on accroche des capsules de passagers ou de fret. Plus qu’un nouvel engin volant, le concept révolutionnerait la configuration des aéroports.

Entreprises liées

Les «wagons» se sont envolés du train, emportés par Clip-Air pour une destination outre-mer!
Les «wagons» se sont envolés du train, emportés par Clip-Air pour une destination outre-mer!
(Image: EPFL)

Prendre l’avion dans une gare. Embarquer dans une capsule pour rejoindre l’aéroport par le rail et, sans quitter son siège, s’envoler vers une autre ville. Développé depuis 2009 à l’EPFL, le projet Clip-Air imagine un appareil modulaire composé d’une aile volante sous laquelle on peut accrocher un, deux ou trois capsules selon les besoins. Un concept qui prépare le transport aérien de demain, plus flexible, plus proche des besoins, plus rationnel et moins énergivore. Pour la première fois, une maquette de l’avion Clip-Air a été présentée au Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, près de Paris, du 17 au 19 juin 2013.

Un projet futuriste mais réalisable

Le projet reste très futuriste, ce qui n’empêche pas les scientifiques de s’imposer les contraintes les plus strictes en terme de faisabilité technique. «Nous devons encore faire sauter plusieurs verrous mais nous sommes persuadés que cela vaut la peine de s’intéresser à un tel concept, en rupture avec les avions actuels et qui peut avoir un impact sociétal énorme», résume Claudio Leonardi, chef du projet Clip-Air.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 9 images

L’idée maîtresse de Clip-Air est d’apporter la flexibilité du rail au transport aérien. L'avion Clip-Air comprend, d’une part, la structure porteuse avec l'aile, les moteurs, le cockpit, le carburant, le train d’atterrissage et, d’autre part, la charge transportée, les passagers et/ou le fret. La capsule équivaut donc à un véritable fuselage d’avion, mais dépourvu de ses attributs habituels. L’aile volante peut accueillir jusqu’à trois capsules d’une capacité de 150 passagers chacune.

(ID:39997070)