Rechercher

La fabrication additive métallique ouvre de nouveaux horizons Rien n'est impossible avec la fabrication additive

| Auteur / Rédacteur: Source : DMG MORI / Gilles Bordet

La société Modellbau Clauß GmbH & Co. KG, fondée en 1948 dans la ville allemande de Neukirchen, près de Chemnitz, a son origine dans la production de modèles de fonderie, d’abord en bois, plus tard en plastique et, avec les premières machines-outils CNC, également en métal.

Entreprises liées

Le Lasertec 30 SLM permet d'obtenir une fabrication additive très précise de pièces en 3D avec un volume maximal de 300 × 300 × 300 mm et une épaisseur de couche de 20 à 100 μm.
Le Lasertec 30 SLM permet d'obtenir une fabrication additive très précise de pièces en 3D avec un volume maximal de 300 × 300 × 300 mm et une épaisseur de couche de 20 à 100 μm.
(Source : DMG MORI)

Sa gamme d’offres actuelle comprend également des moules et des prototypes. Avec ses 45 spécialistes, l’entreprise familiale collabore avec des clients dans les secteurs automobile, mécanique et de la construction d’installations. Depuis 2003, Modellbau Clauß travaille avec les machines de tournage et de fraisage de DMG MORI et, en 2018, a investi dans l’achat d’un Lasertec 30 SLM de 2e génération pour la fabrication additive de composants métalliques dans le secteur de l’impression 3D. « Dans la production de modèles et de prototypes, nous profitons du développement constant de l’industrie de l’impression 3D », déclare Ulli Clauß qui, avec son frère Rico Clauß, dirige l’entreprise en troisième génération et a étendu avec lui la production de l’entreprise à cette technologie.

« Après les premières imprimantes 3D pour les modèles en plastique, nous avons immédiatement reconnu le potentiel de la production de prototypes en métal », ajoute Rico Clauß.

Galerie d'images

De nouveaux potentiels et géométries de composants grâce au lit de poudre

La collaboration avec DMG MORI – et Modellbau Clauß utilisait déjà cinq machines-outils – s’étend maintenant également à l’impression 3D. « Le Lasertec 30 SLM 2nd Generation complète de manière optimale notre parc de machines », déclare Ulli Clauß, en exprimant son avis positif sur la machine. Avec cette machine à lit de poudre, nous pouvons produire des pièces filigranes très complexes, par exemple en aluminium ou en acier, dans une plage de production de 300 x 300 x 300 mm.

« Ces géométries ne seraient pas possibles avec la technologie soustractive. » La combinaison avec les machines 5 axes de DMG MORI permet également de retravailler de manière très précise des pièces fabriquées avec la fabrication additive, qui ne pourraient pas être produites autrement de manière conventionnelle.Et c’est précisément dans les géométries plus complexes que Rico et Ulli Clauß reconnaissent la grande valeur ajoutée de la fusion laser sélective sur lit de poudre : « Nous pouvons ainsi répondre à des exigences extrêmement complexes dans la production de pièces et entrer dans de nouveaux domaines d’activité. » Un exemple très actuel est celui des moules pour la production de jantes en carbone pour le secteur automobile. « Grâce au Lasertec 30 SLM, nous sommes maintenant en mesure de créer les canaux de refroidissement nécessaires intégré au profil ».

Changement de matériau en toute sécurité en moins de deux heures

Modellbau Clauß a acheté le Lasertec 30 SLM avec un total de trois modules de poudre rePLUG. « Cela nous permet d’avoir plusieurs poudres métalliques toujours à portée de main », explique Ulli Clauß. Un seul opérateur peut changer les différents modules en moins de deux heures, évidemment sans contaminations. Rico Clauß voit également un avantage dans le circuit de poudre fermé : « Cela garantit une gestion de la poudre absolument sûre ».

(ID:46641095)