Rechercher

Le SIAMS est reporté, tout le monde le sait, mais comment en est-on arrivé là? Un article écrit par Pierre-Yves Kohler, directeur du salon sur cette sage. Il décrit en détail pourquoi ses exposants sont si incroyables. Report de SIAMS : des exposants extraordinaires

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Le coronavirus n’en finit pas d’impacter négativement l’économie et la manière même dont on fait des affaires. Comme beaucoup d’autres salons, le SIAMS a dû planifier des dates plus tard dans l’année avec l’espoir que du 10 au 13 novembre 2020, la tempête sanitaire soit passée.

Entreprises liées

Soirée récréative : Guitare, basse et batterie sur le stand, apéritif dans les allées… le SIAMS c’est aussi cette partie sympathique qui permet aux exposants du tissu industriel de la microtechnique de se retrouver et de partager des moments un peu « hors du temps » entre professionnels.
Soirée récréative : Guitare, basse et batterie sur le stand, apéritif dans les allées… le SIAMS c’est aussi cette partie sympathique qui permet aux exposants du tissu industriel de la microtechnique de se retrouver et de partager des moments un peu « hors du temps » entre professionnels.
(Source : Pascal Crelier)

Rencontre avec Laurence Roy, responsable clients et Pierre-Yves Kohler, directeur de la manifestation. Cela faisait quelques semaines que les organisateurs s’inquiétaient, plus l’on se rapprochait des dates initialement planifiées, plus les coûts d’un report augmentaient, tant pour les organisateurs que pour les exposants. Il devenait urgent de prendre une décision. De manière à ne pas décider tout seuls, les organisateurs ont procédé à une très large consultation. Ils précisent : « Nous savions que nos exposants sont extraordinaires, et ça s’est confirmé une fois de plus en cette période difficile, ils ont joué le jeu et nous ont supportés. Ce sont vraiment les meilleurs exposants du monde. Merci à eux ! »

Étape 1 – le comité des exposants

Ce groupe d’une vingtaine d’entreprises représente les exposants. On y trouve des personnes des deux régions linguistiques du pays et des représentants de toutes les catégories de produits exposés.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 18 images

Contactés le 3 mars, les membres du comité ont été très rapides et ont recommandé aux organisateurs de repousser le SIAMS avec une forte préférence pour cette année encore et si possible début novembre.

Étape 2 – l’ensemble des exposants

Faisant suite à cette première orientation, les organisateurs ont contacté l’ensemble des exposants pour un sondage en ligne. « Une heure après le lancement du sondage, il y avait déjà plus de 100 réponses » explique Laurence Roy. Le lendemain c’était 350 réponses (sur les 440 exposants) qui avaient été envoyées, ceci montre bien l’implication des exposants de SIAMS dans la tenue de « leur » salon. Et même si certaines différences pouvaient être perçues entre les exposants germanophones et francophones, les informations étaient claires.

Étape 3 – délicate décision

« L’idéal aurait été simplement de reporter le SIAMS en avril 2021 et de repousser Innoteq en mars 2022. Ainsi nous aurions pu continuer d’avoir une exposition printanière chaque année en Suisse, une fois à Moutier et une fois à Berne. Nous avons discuté avec les organisateurs de la nouvelle manifestation bernoise, mais il n’y avait pas de réelles raisons pour eux de prendre une décision d’une telle ampleur » explique Pierre-Yves Kohler qui continue : « Nous avons de bonnes relations entre organisateurs et nous allons continuer de discuter pour éventuellement organiser des choses ensemble, mais nous ne savons pas encore quoi ».

Questionnés par rapport aux autres manifestations, les exposants francophones (50% des exposants de SIAMS) ont relevé l’importance de tenir compte de Micronora tandis qu’Innoteq n’entrait pas vraiment en ligne de compte… et pour les exposants germanophones, c’était exactement le contraire.

En ce qui concerne les dates, ce sont finalement celles de début novembre qui sont ressorties du sondage. « Même si la majorité des exposants nous a conseillé de faire début novembre, ceci engendre fatalement des conséquences malheureuses. Il est impossible de concentrer les expositions techniques mondiales d’une année sur six mois sans qu’il y ait des collisions de dates » ajoute le directeur.

(ID:46414456)