Fribourgissima - Rencontre au sommet

Rencontre des fribourgeois

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Le Conseiller fédéral Alain Berset et Esther Mamarbachi, modératrice du congrès Fribourgissima 2012
Galerie: 1 photo
Le Conseiller fédéral Alain Berset et Esther Mamarbachi, modératrice du congrès Fribourgissima 2012 (Image: Fribourgissima)

Le congrès Fribourgissima s'est tenu le 21 juin à la salle de spectacle Equilibre, en ville de Fribourg. Il a réuni quelques 400 décideurs, chefs d’entreprise, cadres supérieurs, personnalités des milieux économiques, politiques et culturels. Le thème de cette deuxième édition était consacré aux nouveaux équilibres pour les générations futures.

Dans son message de bienvenue, M. René Jenny, président de la Chambre de commerce de Fribourg et vice-président de l’association Fribourgissima, a souligné l’essentiel devoir d’entraide des Fribourgeois, afin d’assurer un certain équilibre et de permettre au canton de progresser. Une entraide qui se justifie d’autant plus par l’instabilité technologique, sociétale et économique du monde qui nous entoure.

Trois conférences pour cerner les problèmes de «déséquilibre»

La journée s’est ensuite ouverte sur trois conférences à thème sur les équilibres technologique, sociétal et économique.

Le Professeur Thierry Carrel, directeur de la Clinique de chirurgie cardiovasculaire de l’Hôpital de l’Ile, à Berne, a évoqué les défis nés du vieillissement de la population et de la multitude de maladies concomitantes qu’il provoque. Les coûteuses innovations médico-technologiques qui inondent le marché appellent à une réflexion critique sur le sens du faisable. Tout ce qui est faisable est-il réellement judicieux et notamment aussi finançable? Dans ce contexte, les notions d’éthique et d’économie ne se contredisent nullement.

M. Eugenio Simioni, directeur général de Nestlé Suisse, a quant à lui présenté les enjeux liés aux problèmes énergétiques, environnementaux, démographiques et surtout alimentaires, en insistant sur l’importance d’investir massivement dans l’agriculture et les technologies propres. Comme piste de solution à l’augmentation préoccupante des coûts de la santé, il a souligné le rôle préventif croissant que jouera l’alimentation sur les maladies chroniques et dégénératives.

Dans le domaine économique, le Professeur Paul H. Dembinski, de la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Fribourg, a voulu élargir la notion d’équilibre économique à des notions centrales telles que la justice et l’équité, indispensables au maintien de l’ordre social. Après avoir relevé «l’exemple assez beau» du canton de Fribourg en matière d’harmonie, il a aussi

Débats ouverts au public et aux jeunes Fribourgeois

Les 400 participants ont ensuite rejoint l’un des trois débats publics consacrés aux thématiques abordées plus tôt. Ces tables rondes ont notamment permis à de jeunes Fribourgeois, étudiants ou entrepreneurs, de participer activement aux discussions. Ils ont ainsi pu exprimer toute la fougue de leurs espoirs et de leurs convictions. «Nous ne pouvions en effet aborder cet ambitieux thème sans laisser une place particulière aux jeunes. Etudiants ou entrepreneurs, résidents ou expatriés, ils sont partie prenante des débats et discussions», précise Beat Vonlanthen, Président de Fribourgissima et Directeur de l’économie et de l’emploi du canton de Fribourg.

Sous la houlette experte d’Esther Mamarbachi, productrice d’Infrarouge et animatrice de la journée, une synthèse des débats s’est déroulée en début d’après-midi. Parmi les nombreux points soulevés, la croissance démographique a notamment posé la question de la place future des jeunes dans l’économie fribourgeoise. Avec la nécessité, pour cette dernière, d’intensifier encore la collaboration avec le monde de la formation.

Un Fribourgeois surnommé le Michael Jordan de la chaussure

M. Martin Lotti, un jeune fribourgeois plus connu sur la côte ouest des Etats-Unis que dans son canton d’origine, a emmené les congressistes dans le monde de la créativité, à l’échelle planétaire. Le Singinois d’origine, directeur de la création du géant américain NIKE au niveau mondial, a trouvé le temps de faire un détour à Fribourg, malgré le lancement imminent de la collection NIKE spécialement créée pour les prochains JO de Londres.

En s’appuyant sur son propre parcours, il s’est prononcé sur la nécessité de prendre des risques, certes, mais calculés, en poursuivant un objectif prioritaire: l’innovation, seule façon de rester au sommet.

A l’issue du Congrès, Martin Lotti donnera une conférence aux élèves d’EIKON, l’école fribourgeoise d’art et de communication visuelle.

La ville zéro carbone de Masdar, un modèle environnemental

S.E. Sheikha Lubna Al Qasimi, Ministre du commerce extérieur des Emirats Arabes Unis (EAU), a été officiellement désignée pour représenter les Emirats Arabes Unis au Sommet de la Terre de Rio. De ce fait, elle a dû renoncer à participer au congrès. Pour marquer son intérêt envers Fribourgissima et Fribourg, qu’elle connait bien pour y faire de fréquentes visites lors de ses passages en Suisse, elle a rédigé un message qui a été lu par S.E. M. Obaid Salem Al Zaabi, Ambassadeur, Représentant permanent des Emirats Arabes Unis auprès de l'ONU et des Organisations internationales à Genève. Cette allocution a mis en exergue les efforts des Emirats Arabes Unis pour devenir, à terme, le premier pays globalement «vert» au monde. Plusieurs projets ambitieux sont en cours de réalisation telle la ville de Masdar, la première ville zéro carbone de la planète. Réalisation qui permet à Sheikha Lubna Al Qasimi d’établir un lien avec Fribourg, en félicitant les autorités cantonales pour leur projet avant-gardiste de parc technologique zéro carbone blueFACTORY.

Des équilibres en mouvement

Le mot de la fin a été donné à Monsieur Alain Berset, Conseiller fédéral et Chef du Département de l’intérieur. Le Fribourgeois n’a pas manqué de faire l’éloge de la démocratie directe, du système politique à trois niveaux et de la recherche de consensus, qui concourent à faire de la Suisse un équilibre social et économique. Où seules des décisions concertées sont susceptibles d’obtenir des majorités.

Mais les équilibres d’aujourd’hui ne seront pas ceux de demain, a-t-il rappelé. La politique manque sa cible si elle n’est pas capable d’apporter une réponse propre aux changements de notre environnement. L’évolution démographique en fait partie. Il s’agit de remplacer un équilibre par un autre. La notion de confiance, notamment envers les politiques, est à cet égard fondamentale, pour avoir la certitude que les engagements pris seront ensuite respectés.

Sur le fil du funambule

En conclusion, Beat Vonlanthen a rappelé les vertus du déséquilibre dans l’équilibre en faisant une analogie poétique avec le funambule qui, pour ne pas tomber, doit avancer en compensant sans relâche le déséquilibre permanent de sa position.

Il a aussi souligné l’essentielle recherche d’équilibre, dans le canton de Fribourg, entre les secteurs traditionnels et créateurs d’innovation. En s’enthousiasmant pour le projet de parc technologique et d’innovation, également susceptible d’ouvrir des perspectives de développement aux secteurs plus traditionnels de notre économie.

Il a, enfin, invité tous les participants à être des funambules inspirés, afin de réinventer sans cesse la trajectoire moderne du canton de Fribourg.

Le congrès sur Twitter

Le congrès 2012 s’inscrit dans le sens de la connectivité et d’une meilleure communication inter-membre. Durant la journée, des informations sur les débats et conférences ont été retransmises en direct sur le réseau Twitter, afin que les Fribourgeois n’ayant pu être présents puissent avoir accès aux principaux éléments relatés par les conférenciers et les participants.

Les perspectives 2012-2013

Constitué en février 2010 par la Chambre de Commerce et l’Etat de Fribourg, l’Association Fribourgissima a trouvé ses marques et a réussi à créer une dynamique de réflexions, d’échanges, de contacts et de collaborations entre les décideurs économiques et politiques au niveau suisse et international. Les résultats obtenus à ce jour sont très positifs. Les synergies potentielles du réseau Fribourgissima sont toujours énormes, tant pour l’économie du canton que pour la promotion économique. Celles-ci devraient toucher les collaborations industrielles et les transferts technologiques, les échanges commerciaux, les implantations d’entreprises et le marché de l’emploi. Le succès de son deuxième Congrès prouve la justesse de la démarche. Une huitantaine de Fribourgeois hors canton ont fait le déplacement à Fribourg.

«Nous avons modifié le concept par rapport à 2010, sachant qu’il est difficile pour les Fribourgeois expatriés de faire le déplacement en Suisse seulement pour un congrès, aussi intéressant soit-il. Nous avons donc une autre approche envers ces Fribourgeois d’ailleurs, nous allons vers eux», précise Alain Riedo, Président du comité d’organisation. Ainsi, Fribourgissima a organisé des rencontres réunissant plus d’une trentaine de Fribourgeois à Shanghai, en juin 2011, et une quarantaine à Boston, en janvier 2012. La deuxième approche est virtuelle et fait appel aux nouvelles technologies. Grâce à ses 2000 membres sur Internet, parmi lesquels 1200 sont domiciliés hors canton, Fribourgissima a pu accroitre significativement sa notoriété. L’association compte renforcer, à l’avenir, l’utilisation de ces réseaux sociaux pour faire grandir le réseau noir-blanc à travers le monde.

L’avenir du congrès Fribourgissima, quant à lui, appartient à ses membres. Une enquête sera menée auprès des participants au congrès pour connaitre leurs impressions et savoir s’ils souhaitent que l’expérience soit renouvelée en 2014 et sous quelle forme. <<

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 35278660 / Nouvelles)