Portrait de Marc Thurner, fondateur et CEO de regenHU

Réalité palpable, l'impression 3D de tissus vivants

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

Marc Thurner (5e personne depuis la gauche) et l'ensemble du team RegenHU.
Galerie: 2 photos
Marc Thurner (5e personne depuis la gauche) et l'ensemble du team RegenHU. (Source : RegenHu)

Les compétences actuelles de la Suisse dans la micromécanique et l’horlogerie sont l’héritage de l’expérience accumulée dans le domaine de la machine-outil. A la base, les machines à imprimer du matériel vivant proposées par regenHU ont des caractéristiques similaires à ces machines-outils.

Rencontre avec Marc Thurner, fondateur et CEO de regenHU SA. Cet ingénieur en microtechnique complèterait bien sa formation de base par des connaissances managériale. De type self made man, il évolue en mode Learning by doing. Marc Thurner, un leader charismatique s'inspire d'un enseignement militaire tel qu'il l'a acquis en étudiant « l'art de la la guerre ». Cet ouvrage, écrit par un guerrier chinois du 5e siècle n'ayant jamais été vaincu, a été repris pour en tirer une dizaine de clés stratégiques à employer au quotidien.

Quel a été votre apport particulier dans regenHU ?

Marc Thurner : Etant le fondateur de regenHU qui compte déjà ses dix ans d’existence, mon rôle est de véhiculer ma vision au sein de mon team afin qu'ensemble nous puissions l'atteindre. Je suis de loin pas un expert biomédical mais mon rôle et de connecter les divers corps de métiers et expertises afin que les visions stratégiques deviennent une réalité. Je suis celui qui doit aller au front, c'est là que réside ma force, c’est d’aller au combat et de soutenir mes troupes en montrant l’exemple par leadership. Nous évoluons dans un secteur biomédical émergent : la régénération de tissus humains. Lorsque nous avons commencé il y a dix ans en véhiculant la vision que l’on pouvait fabriquer des tissus artificiels à partir de cellules et de protéines, les experts de l’époque nous prenaient pour des fous ce n’était pas pensable ni imaginable d’imprimer des cellules ! « Elles ne vont pas survivre, elles ne pourront pas garder leurs morphologies... »

C’était un combat au quotidien de développer cette évidence scientifique et d’amener les preuves de cette faisabilité, afin qu’un jour il nous soit possible de fabriquer un tissu complexe artificiel comme un tissu cardiaque par exemple dont on est encore bien loin aujourd’hui. Ces ambitions ne sont plus démesurées. C’est une technologie émergente, regenHU est un pionnier ce n’est pas comme si on fabrique des machines-outils où là, les règles du jeu sont clairement définies, mais ce n’est malheureusement pas le cas dans le secteur biomédical de la régénération des tissus.

Nous sommes encore loin de connaitre toutes les applications de nos machines, dans la recherche pharmaceutique, dans la fabrication de modèles de tissus et dans la médecine régénérative notamment dans la fabrication de modèles de peaux et d’os ainsi que dans le secteur dentaire. Nous pouvons définitivement nous qualifier de pionnier. J'ai la chance d'être entouré par une brillante équipe car seul, rien n'est possible et encore moins dans le secteur du biomédical. Il faut aussi savoir s'entourer de partenaires et d’experts qui ont la connaissance de ce domaine spécifique. Nous sommes actuellement dans une phase de régénération. regenHU est une start-up en phase de devenir une PME, une entreprise lucrative qui a réussi à percer dans une industrie en plein développement. Nous avons débuté une phase de ramp-up de la production car nous estimons que d’ici quelques années nous quadruplerons notre production. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45298732 / Personnalités)