Rechercher

Soudage : La solidité et la fiabilité des solutions Fronius ont séduit le fabricant suisse de matériels ferroviaires Matisa SA Ouvrir la voie

| Auteur / Rédacteur: Source : Fronius / Gilles Bordet

Lorsque des opérations d’amélioration, de maintenance ou de rénovation doivent être réalisées sur une voie ferrée, il est important de maintenir les perturbations à un minimum.

Entreprises liées

Depuis 1945, Matisa s’est spécialisé dans les machines sur mesure pour la construction, la maintenance et la rénovation de voies ferrées.
Depuis 1945, Matisa s’est spécialisé dans les machines sur mesure pour la construction, la maintenance et la rénovation de voies ferrées.
(Source : Fronius)

Les machines de construction utilisées doivent donc être automatisées et fiables, ce qui est justement la spécialité de l’entreprise traditionnelle suisse Matisa. Pour ses travaux d’assemblage, l’entreprise ne jure que par les solutions premium de Fronius.

Le 3 avril 2007, la SNCF a battu son propre record du monde de vitesse avec un TGV : pour la première fois, un train a atteint la vitesse de pointe de 574,8 km/h sur le trajet entre Paris et Strasbourg. Un TGV avait été spécialement mis au point et les voies transformées à cet effet : il a notamment fallu surélever le niveau de 13 centimètres entre les rails intérieurs et extérieurs sur certaines courbes. Avec une vitesse quasiment égale à 160 m/s, il faut maîtriser des forces centrifuges élevées et éviter à chaque fois les projections de ballast, fréquentes sur les voies à construction ouverte. Des experts ont donc mesuré avec précision l’« autoroute du train », ajusté les rails au millimètres près, tassé le lit de ballast situé sous les rails et retiré chaque pierre qui dépassait avec la plus grande précaution.

Galerie d'images
Galerie d'images avec 8 images

Chaque machine est unique

Les machines de construction et de maintenance ferroviaire doivent répondre à des exigences toujours plus élevées, et pas seulement parce que les déplacements sont de plus en plus rapides. Les opérations doivent être réalisées dans des délais de plus en plus courts, ce qui contraint les machines de mesure, de construction et de maintenance à maîtriser des charges de travail élevées tout en garantissant une meilleure précision et une disponibilité maximale.

C’est pour cette raison que les machines de construction ferroviaire de Matisa sont particulièrement prisées. Depuis 1945, au bord du lac Léman, cette entreprise fabrique des machines de construction et d’entretien dont la fiabilité a fait leur renommée dans le secteur. Dans certains pays, on emploie même le verbe « matiser  pour désigner le tassage du lit de ballast. Mais la fiabilité n’est pas le seul critère important pour les clients du monde entier, qui doivent aussi pouvoir trouver une oreille attentive à tout moment auprès de leur fournisseur suisse en cas de demandes spéciales.

« Chacune de nos 300 machines actuellement en service est un modèle unique, déclare Rony Chiavone, coordinateur en soudage et responsable des essais de soudures non destructifs chez Matisa. Cette singularité s’explique par les largeurs de voies différentes ou par d’autres différences régionales. Nous prenons aussi en compte la moindre demande de nos clients, même celles qui semblent minimes, par exemple l’intégration d’un local sanitaire. Ce type d’exigence peut nous mener à intervenir plus en profondeur dans la construction, en raison de la structure compacte des trains et de la modification de la répartition du poids. » Ces interventions s’imposent surtout lorsque les machines doivent être adaptées à des processus spécifiques au client. Pour cette raison, Matisa ne peut quasiment pas utiliser de composants standard issus de la construction de trains de voyageurs ou de marchandises. L’entreprise suisse fabrique donc en interne toutes les pièces importantes, y compris les bogies.

Opérations de soudage vastes et variées

Les responsables de Matisa ont donc équipé leurs locaux de construction et de production en conséquence. Sur un total de 500 employés, 100 sont des ingénieurs qui s’occupent des différents niveaux de la construction électrique et mécanique des trains. 400 personnes travaillent dans la production, dont 50 en tant que monteurs et soudeurs.

Matisa possède la certification EN 15085 et utilise généralement des tôles et profilés en acier de construction traditionnel (S355) de 10 à 200 mm d’épaisseur pour ses châssis, bogies et structures. Les travaux de soudage sont vastes et variés. Ils représentent environ un tiers du temps de production d’une bourreuse. Même pour des pièces de train « simples » en comparaison, comme un wagon d’aiguillage, plusieurs centaines de mètres de soudures sont nécessaires. En effet, ce wagon mesure 25 mètres de long, est construit en tôles de différentes épaisseurs et assemblé par soudage à partir de cinq caissons préfabriqués, chacun mesurant cinq mètres de long. Chaque châssis doit correspondre à un rapport de mesure géométrique avec des tolérances très limitées. L’assemblage des caissons avec une profondeur de soudage de 25 millimètres est soumis à des tests magnétiques et à ultrasons.

(ID:46525562)