Connecter des conducteurs en aluminium et en cuivre

>> Nouvelle barrette à bornes VBA

| Rédacteur: Gilles Bordet

La nouvelle barrette à bornes VBA de Leipold permet de connecter des conducteurs en aluminium et en cuivre.
Galerie: 1 photo
La nouvelle barrette à bornes VBA de Leipold permet de connecter des conducteurs en aluminium et en cuivre. (Image: Leipold)

MHWPar souci d’économies, les conducteurs en cuivre sont aujourd’hui de plus en plus souvent remplacés, dans le cadre de l’installation et de la connexion électrique, par des conducteurs en aluminium, notamment dans de grandes sections. Mais cette combinaison pose quelques problèmes particuliers. Hora-Werk GmbH, une entreprise du groupe Leipold, a relevé le défi et a conçu une nouvelle barrette à bornes (VBA). Dans un premier temps, cette nouveauté est disponible pour les sections de 185 mm² maximum et est aussi bien adaptée aux conducteurs multibrins qu’aux câbles ronds et aux câbles secteur. Les bornes de dérivation (HLAK) que l’on trouve aujourd’hui sur le marché ne sont pas adaptées aux conducteurs en aluminium. « Notre objectif était de développer une barrette à bornes qui soit adaptée aux deux matériaux », explique le directeur Pascal Schiefer. Plusieurs obstacles ont dû être surmontés. L’aluminium est un matériau légèrement oxydant, mais qui résiste particulièrement bien à la corrosion dans la pratique. Le conducteur en aluminium doit cet avantage à une couche d’oxyde résistante qui se forme à la surface sous l’effet de l’oxygène atmosphérique.

Lorsque l’aluminium est assemblé à des métaux présentant un potentiel plus noble tel que le cuivre, il se passe la chose suivante: le contact avec un liquide conducteur comme l’eau de condensation déclenche une réaction électrochimique. Un élément de contact est formé à partir de l’électrode de cuivre (anode), l’électrolyte (eau) et l’électrode d’aluminium (cathode). Ce court-circuit et l’intensité de courant qu’il implique entraîne la décomposition du conducteur en aluminium. Ce processus de destruction est reconnaissable à la zone d’oxydation dynamique, sachant que de minimes particules de cuivre sur l’aluminium suffisent déjà à provoquer cette transformation. Une réaction permanente a lieu, étant donné que le cuivre ne se décompose pas. La connexion électrique est suivie d’une résistance de contact accrue, ce qui entraîne une hausse de la température et peut provoquer un incendie dans le pire des cas. Dans la nouvelle barrette à bornes VBA conçue par Hora-Werk GmbH, il est exclu que ces deux conducteurs différents se rencontrent. La décomposition du métal moins noble (ALU) est ainsi évitée. Lors du montage d’un conducteur en aluminium, l’extrémité dénudée du câble doit être nettoyée (dépouillée), enduite de lubrifiant non acide et non alcalin et rapidement raccordée à la borne. Ceci permet d’empêcher la formation d’une nouvelle couche d’oxyde non conductrice avec l’oxygène. La forme correspondante de la surface au niveau du point de serrage permet de rompre de surcroît la couche d’oxyde du conducteur en aluminium lors du branchement. En raison de l’aptitude à l’écoulement de l’aluminium en général, les bornes doivent faire l’objet d’entretiens réguliers en fonction de la sollicitation du point de serrage. <<

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 42837738 / Composants)