Rechercher

Narcissisme des PDG: facteur de succès?

| Rédacteur: Jean-René Gonthier

>> Une nouvelle étude montre que les PDG égocentriques qui «recherchent les louanges et des félicitations» ont plus de chance de maintenir leur entreprise à l'avant-garde de l'innovation technique. En outre, le désir d'attention de la part des PDG égocentriques encourage la volonté de prendre des décisions audacieuses que leurs homologues qui ont peu confiance en eux, pourraient hésiter à prendre, en particulier pendant une période de changement radical.

Entreprises liées

(http://foot-mediterraneen.forumactif.com)

Les résultats de l'étude réalisée par des professeurs de l'IMD, l'une des écoles de commerce internationales les plus cotées, se trouvant en Suisse, de la Pennsylvania State University (USA) et de l'Université d'Erlangen-Nuremberg (RFA), indiquent que la présence du narcissisme à la direction aide à surmonter l'inertie qui existe souvent dans les grandes organisations bien établies.

Le bon côté du narcissisme

«Nous avons découvert le bon côté du narcissisme. Il peut servir de catalyseur pour prendre des risques et pour innover. Les PDG vaniteux démontrent leur habileté à agir grâce à leur confiance suprême au moment où d'autres sont plus timides», explique le professeur Albrecht Enders d'IMD. «Les narcissistes peuvent être agaçants et même très égocentriques, mais ils peuvent être le meilleur pari quand des actions courageuses et non conventionnelles sont nécessaires pour sauver une organisation».

L'étude a reçu la distinction «Glueck Best Paper Award 2011» de l'Academy of Management. Ce prix distingue le top 1% parmi les recherches soumises à la division Politiques et stratégies commerciales de l'Académie.

L'étude examine comment 78 PDG de 33 grands laboratoires pharmaceutiques américains ont réagi par rapport à l'émergence de la biotechnique de 1980 à 2008. L'intensité et la vitesse de conception d'initiatives stratégiques en biotechnique (alliances, acquisitions, lancement des projets R&D) ont été calculées pendant chaque année du mandat d'un PDG.

Quatre facteurs pris en compte

Les chercheurs ont pris en compte les quatre facteurs suivants pour calculer le narcissisme des PDG:

  • Importance de la photo du PDG dans les rapports annuels.
  • Nombre de fois que le PDG a été mentionné dans les communiqués de presse.
  • Indemnisation en espèces (salaire et primes).
  • Rémunération non monétaire (revenu différé, actions gratuites et option d'achat d'actions) par rapport au second cadre le mieux payé de la société

D'autres conclusions de l'étude sont:

  • Plus le PDG est narcissique, plus la société investit intensément et tôt dans une nouvelle technique, en particulier au moment de son émergence.
  • Les réactions de la société vis-à-vis d'un changement radical ne peuvent être uniquement liées aux facteurs environnementaux et organisationnels mais aussi aux caractéristiques des dirigeants.
  • Les PDG narcissiques ne garantissent pas le succès. Leur audace et tendance à prendre des risques entraînent des résultats extrêmes, parfois bénéfiques, parfois catastrophiques.

«Les narcissistes voient des louanges potentielles là où d'autres voient un risque excessif, mais cela ne signifie absolument pas qu'au bout du fil l'applaudissement qu'ils veulent entendre résonne dans tous les cas», a déclaré professeur Enders d'IMD. «Il est très facile de s'imaginer des PDG narcissistes qui investissent de façon agressive dans des nouvelles techniques qui ne réussissent pas si bien». <<

(ID:30916570)