Rétrospective du salon Micronora 2018 de Besançon

Micronora 2018 :Objectif Industrie 4.0

| Auteur / Rédacteur: Jean Guilhem, journaliste indépendant / Jean-René Gonthier

Unité autonome de production (UAP) en fonctionnement.
Galerie: 7 photos
Unité autonome de production (UAP) en fonctionnement. (Source : Jean Guilhem)

Salon des microtechniques et de la précision, il a bénéficie d’une excellente réputation tant pour son organisation que pour sa qualité. L’édition 2018 qui s’est tenue à Besançon du 25 au 28 septembre dernier avait comme thème l’industrie 4.0. Elle a rassemblé 850 exposants dont 35% d’étrangers.

Omniprésente dans les principaux secteurs de l’économie, l’industrie microtechnique bénéficie d’une bonne conjoncture et améliore ses résultats, évolution qui encourage les entreprises du secteur à se préparer pour conquérir de nouveaux marchés notamment en s’orientant vers l’industrie 4.0.

En effet, tant les grandes entreprises que les PME, confrontées à des projets toujours plus complexes sont en quête de solutions innovantes et apprécient les micros technologies. Issue du savoir-faire horloger, l’expertise présentée sur Micronora trouve ses applications sur les marchés à forte valeur technologique comme l’aéronautique, le spatial, l’énergie, la photonique et les applications médicales.

Consacré cette année au concept Industrie 4.0, une évolution qui concerne les PME et TPE comme les grands groupes, les organisateurs ont présenté une UAP (Unité Autonome de Production) en fonctionnement car, avec l’arrivée de la numérisation, l’industrie devient un système global interconnecté dans lequel les machines, les systèmes (ERP) et les produits communiquent en permanence.

Industrie 4.0 consiste à faire travailler l’internet des objets et l’internet des services avec pour objectif, l’augmentation de la productivité sous une exigence de zéro défaut que ce soit pour des petites séries ou de plus grandes avec des délais et des coûts identiques.

Dans cette nouvelle approche, dès qu’une commande est acceptée, le processus de la «supply chain » est mis en œuvre afin que tous les acteurs, services, études, production, soient interconnectés et agissent de façon cohérente et efficace, limitant les temps d’attente entre opérations.

Jean Guilhem, journaliste indépendant
Jean Guilhem, journaliste indépendant (Source : Jean Guilhem)

Unité autonome de production

Afin d’illustrer ce concept, le zoom 2018 de Micronora proposait, dans le hall d’entrée du salon, une Unité Autonome de Production en fonctionnement. Elle alignait un poste de conception, un second d’usinage, un troisième de contrôle, une unité de fabrication 3D, un poste d’assemblage avec robot collaboratif et un banc de marquage laser. La liaison entre les différents postes était assurée par un chariot mobile (AGV) équipé d’un bras robotisé. Le logiciel superviseur pilotant l’AGV assurait la liaison entre internet des objets et, en partie, internet des services.

Le déroulé des opérations consistait à réaliser une pièce originale associant deux technologies (usinage et impression 3D). AJ Solutions (environnement Solidworks) a conçu la pièce en 3D sur ordinateur, puis a transmit le fichier au centre d’usinage de précision 701S mis à disposition par Willemin Macodel.

La pièce usinée était ensuite posée, par un robot intégré à la machine, sur un plateau puis confiée à l’AGV (Automatic Guided Vehicles) HelMo de Stäubli. Colonne vertébrale de l’UAP, ce robot assurait le transfert des pièces en temps masqué en les transportant d’un poste à l’autre. En fin de cycle, la qualité de l’usinage était contrôlée par un système avancé de métrologie de surface, Infinite FocusG5 d’Alicona.

Un fichier 3D de la pièce était parallèlement envoyé aux imprimantes 3D de Frenchmakers qui assuraient les parties en résine. Un QR code était gravé au laser par le LEM Quartz de Laser Cheval (Groupe IMI) sur la pièce usinée. Ce code a permis de télécharger toutes les informations sur les équipements présentés. Enfin, les deux éléments métallique et résine étaient assemblés par le robot collaboratif Yumi d’ABB. Au final, chaque pièce terminée en dix minutes était offerte au visiteur.

Grâce au travail d’ingénierie de MC Robotics via son logiciel Kactus, dix minutes suffirent à l’AGV pour effectuer l’ensemble des transferts de poste à poste.

La démonstration montre que cette micro unité de production flexible, fortement numérisée et automatisée est capable de s’adapter à différents processus industriels, sans grand investissement et sans remise à plat de l’existant.

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45528028 / Nouvelles)