Economie, le marché de la fonderie Machines de fonderie, high-tech et tradition

Rédacteur: Gilles Bordet

>> La production mondiale de pièces moulées en fonte s’élève à plus de 100 millions de tonnes. La production de nombreuses pièces fonctionnelles métalliques n’est économiquement possible voire, tout simplement réalisable que par des procédés de fonderie. L’industrie de la fonderie est en tant que fournisseur un acteur essentiel pour les autres secteurs industriels.

Entreprises liées

Selon l’étude de marché du IKB, les débouchés de l’industrie de la fonderie européenne vont se déplacer plus fortement vers l’Europe de l’Est et vers l’Est de l’Asie.
Selon l’étude de marché du IKB, les débouchés de l’industrie de la fonderie européenne vont se déplacer plus fortement vers l’Europe de l’Est et vers l’Est de l’Asie.
(Image : Industeel Creusot)

Elle occupe une place majeure au niveau du progrès technique ce qui lui donne un rôle important dans de nombreuses filières économiques. Pour rester compétitive elle a besoin de moyens de production qui lui permettent de réduire ses coûts d’exploitation et de développer ses propres forces. GIFA 2015, le salon mondial de la fonderie qui se tiendra à Düsseldorf du 16 au 20 juin 2015 permet de se faire une idée de l’avancée des techniques au niveau des machines pour la fonderie ainsi que sur tous les domaines des technologies de fabrication.

Tous les ans, des produits de fonderie, des pièces en fer, en acier et en fonte malléable ainsi que des métaux non-ferreux, avec un volume global de plus de 100 millions de tonnes sont produits chaque année dans le monde.

Selon les dernières statistiques mondiales, le volume global a été sur l’année 2013 de 103,2 millions de tonnes qui se répartissent comme suit : fonte acier/fer et malléable : 84,8 millions de tonnes, aluminium 15,4 millions de tonnes et autres métaux non ferreux, 3 millions de tonnes.

Hormis les évolutions politiques et leurs conséquences, la filière de la fonderie est très dépendante de l’évolution de l’industrie automobile, de l’ingénierie mécanique, du secteur du bâtiment et du marché de l’énergie. Selon les informations de la fédération allemande de l’industrie de la fonderie (bdguss), Düsseldorf, au moins 50 % de la production de la fonte vont à l’industrie automobile et à peine 25 %, à l’ingénierie mécanique.

Évolution du marché

Le président du Committee of Associations of European Foundries, Luis Filipe Villas-Boas, a rappelé à l’occasion de l‘International Foundry Forum (IFF) à Venise en septembre 2014 les situations géopolitiques incertaines qui ralentissent la propension à investur dans bon nombre de domaines de l’industrie, précisant que le secteur des non-ferreux cependant se développerait mieux que le secteur des métaux ferreux. C’est aussi l’avis du Dr. Ioannis Ioannidis, vice-président de l'European Foundry Equipment Suppliers Association et Directeur général de la fédération professionnelle des machines pour la fonderie au sein du VDMA qui en décembre 2014 affirmait : « dans les installations de fonte pour le fer et l’acier, le climat est réservé alors que dans les installations de coulée en coquille et de coulée sous pression, on observe un climat d’affaires plus serein. »

Débouchés

L’industrie automobile a depuis toujours une grande influence sur le développement géographique et technique du secteur de la fonderie. Dr. Heinz Büchner de la IKB Industriebank s’attend pour les 10 prochaines années à une demande soutenue de produits en fonte de la part de l’industrie automobile. Sur le marché de l’automobile, l’amélioration du niveau de vie dans les pays émergents devrait être un moteur de croissance alors que sur le marché européen ce sont les directives légales sur l’efficacité énergétique et les émissions qui devraient conduire à une hausse des ventes. À partir de 2018, du fait du changement de certaines pièces sur les nouveaux modèles de voiture, les fontes en métal léger devraient remplacer celles des métaux ferreux. D’après le Dr. Ioannidis, les développements iront vers des moteurs de plus en plus petits avec des performances de plus en plus grandes. Aux fonderies et à leurs fournisseurs on demande de développer des composants importants pour y arriver. À l’avenir, il y aura aussi de plus en plus de matériaux qui seront mélangés entre eux.

Le but est de produire des pièces avec de meilleures propriétés à des coûts de production moindres. L’industrie de la fonderie peut s’attendre aussi à une forte croissance dans l’ingénierie mécanique, dans la chimie, l’industrie agro-alimentaire et la production d’énergie. D’une façon générale, le thème « efficacité des ressources et de l‘énergie » va prendre encore davantage d’importance.

Selon l’étude de marché du IKB, les débouchés de l’industrie de la fonderie européenne vont se déplacer plus fortement vers l’Europe de l’Est et vers l’Est de l’Asie. Les machines pour la fonderie ont de nouveau avec la Chine un marché important, la raison en étant le développement attendu des capacités de fonderie en partenariat. La situation en Russie devrait devenir nettement plus difficile du fait des sanctions politiques et économiques et de ses effets sur des projets de financement. Sur l’IFF Andrew Dibrov, vice président de l’association russe des Foundrymen, a rappelé que les fonderies russes ont besoin d’équipement moderne, entre autres, pour le moulage en châssis et pour des fours à fréquence moyenne, mais il a aussi ajouté que les sanctions politiques actuelles vont amener le pays à s’orienter économiquement plus fortement vers l’Est. Quand les banques russes soutiennent des entreprises, elles donnent la préférence aux fournisseurs asiatiques mais des producteurs européens qui ont des sites de production en Russie ou en Asie sont également pris en considération.

On peut dire que la situation dans la zone ALENA est généralement propice, laquelle connaît une re-industrialisation du fait des coûts énergétiques meilleur marché. Une grande partie de la croissance se trouve au Mexique. Cette évolution implique une plus forte demande des capacités de production dans la fonderie et par conséquent, d’installations de production.

(ID:43347644)