Entretien du mois avec Hugues-Vincent Roy

Machines connectées et auto-calibrantes

| Auteur / Rédacteur: Jean-René Gonthier, rédacteur en chef MSM / Jean-René Gonthier

Hugues-Vincent Roy, directeur de AISA Automation industrielle SA
Galerie: 14 photos
Hugues-Vincent Roy, directeur de AISA Automation industrielle SA (Source : Thierry Parrel)

En plus de pouvoir s'adapter et de se connecter automatiquement les machines AISA ont aussi une mise en train réduite. Entretien avec Hugues-Vincent Roy, l'un des « Shapers Industrie 4.0 » ayant reçu cette récompense lors de la soirée du 12 juin 2019 à Montreux.

AISA Automation industrielle SA est fabricant de machines destinées à produire des tubes dentifrice et cosmétique. H.V. Roy : « De 1980 à 2010 nous avons constamment augmenté la cadence de production de nos machines. De 60 tubes/min nous sommes arrivés aujourd’hui à 600 tubes par minute. Pendant les 30 premières années ce n’était principalement qu’une course à la vitesse alors que depuis 2010 c’est devenu une course à la flexibilité. C’est-à-dire passer d’un type de tube à un autre le plus rapidement possible. Des machines évolutives capable de travailler différents types de tubes afin que la machine soit suffisamment flexible pour pouvoir suivre l’évolution du marché et des innovations ». Cette entreprise valaisanne a entre autre développé des emballages (soit des tubes décorés) ayant un potentiel d’impression plus élevé, car ce qui fait vendre un emballage est sa capacité à faire passer un message publicitaire de la meilleure façon possible.

Prix « INDUSTRIE 4.0
The Shapers »

Qui sont les Shapers 2019, ces révolutionnaires 4.0 ayant de l'innovation dans leurs veines

Prix « INDUSTRIE 4.0 The Shapers »

04/06/19 - Un moyen simple de faire rugir le moteur de l'innovation ! Pour la seconde année consécutive les Chambres de Commerce des Cantons de Neuchâtel, Vaud, Genève, Jura et Jura bernois vont décerner le prix « Industrie 4.0 ». lire...

La qualité en continu, une réalité

L’aspect du contrôle de qualité est essentiel. Dans le cas des tubes laminés, l’impression est faite à plat puis les tubes sont formés et soudés. Il s’agit donc de contrôler que la soudure est mécaniquement résistante et de bonne qualité et deuxième aspect la qualité esthétique de la soudure doit être excellente, car c’est surtout une surface utilisée pour la décoration. Désormais le contrôle s’effectue en continu durant la production malgré la folle vitesse de soudure de 100 m/minute. Grâce à l’intelligence artificielle il est désormais possible de contrôler les qualités mécaniques et esthétiques des soudures. C’est une véritable révolution, une amélioration majeure en terme de productivité et de qualité. Le système de contrôle qualité en continu éjecte les tubes hors tolérances et stoppe même la machine si les défauts analysés sont trop graves ou s’ils se répètent. Le feedback automatique sous la forme d’un auto-calibrage des paramètres machines fait partie de la prochaine étape de développement. Les machines sont de plus en plus complexes, elles se doivent donc d’aider les opérateurs afin de régler le plus rapidement la machine à chaque changement de série. Il y a 3 ou 4 ans un système de machine-learning a été implanté pour l’auto réglage notamment lors du changement de bouchons. Selon le bouchon et les compétences du régleur la mise en train durait entre 30 et 90 minutes. Et désormais avec ce système on s’affranchit des contraintes de qualité des compétences des opérateurs, ainsi la machine exécute toute seule cette opération en 2 minutes. Cette première a été un énorme succès et est devenu de fait un nouveau standard. Bien que ces découvertes soient protégées par des brevets qu'AISA a déposé avec l’IDIAP (le partenaire) il serait tout à fait envisageable d’implémenter ces systèmes d’intelligence artificielle et de machine learning sur d’autres machines qui ne sont pas en concurrence avec ce secteur d’activité. La philosophie du groupe est de travailler avec des partenaires afin d’être certain d’avoir accès à toutes les compétences nécessaires. AISA a donc collaboré avec des partenaires comme l’IDIAP ou l’EPFL. Depuis le début du mois de février un spécialiste en intelligence artificielle a été engagé. Il suit en parallèle la nouvelle formation lancée par l’IDIAP soit un master en intelligence artificielle. « Les machines connectées » il y a 15 ans que c’est une réalité chez AISA. Avec un accès VPN au PLC à distance pour le contrôler, cela permet de faire des mises à jour et d’aider le client dans la mise en place de sa production. Du broadcasting est aussi possible permettant d’échanger des films à haute définition.

En conjonction avec l’accès au PLC cela permet de dépanner intelligemment les clients à distance sans devoir envoyer un ingénieur-dépanneur aux 4 coins du monde et surtout proposer des résolutions de problème extrêmement réactives. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45986143 / Personnalités)