Fabrication additive métallique - Entretien avec Rolf Jauch de Newemag | Schneider mc

Machine hybride : Le meilleur de l'additif et du soustractif

| Auteur / Rédacteur: Propos recueillis par Gilles Bordet / Gilles Bordet

Moule d'injection, empreinte et noyau, fabriqué avec une machine Lumex Avance. Matsuura propose des poudres de super-alliages, aciers inoxydable, titane, nickel et aluminium.
Galerie: 6 photos
Moule d'injection, empreinte et noyau, fabriqué avec une machine Lumex Avance. Matsuura propose des poudres de super-alliages, aciers inoxydable, titane, nickel et aluminium. (Source : Newemag)

En matière de fabrication additive métallique de nombreuses solutions sont actuellement disponibles. Le fabricant japonais Matsuura avec sa gamme de machines hybrides Lumex Avance est un pionnier dans ce domaine depuis 2002 déjà.

Distribuées en Suisse par la société Newemag | Schneider mc les machines hybrides Matsuura dédiées à la FA et à l'usinage par enlèvement de copeaux sont disponibles en deux versions. La Lumex Avance-25 dispose d'un volume de travail de 256 x 256 x 185 mm (300 mm en option) pour une pièce d'un poids maximal de 90 kg (150 kg en option) avec une source laser de 500 ou 1000 W. Sa grande sœur la Lumex Avance-60 propose un volume de travail plus important de 600 x 600 x 500 mm pour 1300 kg et une source laser de 1000 W. Aucun compromis n'a été fait sur la partie usinage classique.

Les 2 modèles disposent d'une broche à 45'000 tr/min avec des avances de 60 m/min pour X et Y et 30 m/min pour l'axe Z. Matsuura propose encore l'option APR System (Automatic Powder Recovery System) qui gère de manière automatique l'alimentation, la collecte et la réutilisation de la poudre. Le volume maximal de poudre pouvant être fritté par heure atteint 35 cm3. Une buse d'aspiration permet d'éliminer le solde de poudre restant une fois la fabrication additive terminée afin d'augmenter les paramètres de coupes pour les opérations de fraisage. Ces 2 machines sont équipées de la commande CNC Matsuura I-Tech Avance associée au logiciel de CFAO Lumex Cam.

Pour savoir comment se développe le marché de la fabrication additive en Suisse nous avons posé la question à Rolf Jauch, responsable des ventes pour la fabrication additive chez Newemag | Schneider mc.

MSM : Quelles solutions proposez-vous en matière de fabrication additive métallique ?

Rolf Jauch : Nous offrons deux technologies combinées dans une seule machine. La technologie hybride Lumex de Matsuura Japan combine les deux technologies de fusion laser (SLM) et de fraisage HSC en un seul processus. Cette technologie est complétée de manière optimale par notre propre CFAO, qui est parfaitement adaptée à ce processus de fabrication.

Avec la technologie Lumex, Matsuura propose une chaîne de processus numérique continue, de la conception au composant fini, avec des tolérances et des qualités de surface qui répondent aux demandes du marché actuel.

MSM : Comment se développe cette technologie en Suisse?

Rolf Jauch : La technologie 3D suscite un grand intérêt dans toute la Suisse. Mais le passage de l'intérêt à l'investissement est lent. Actuellement, les carnets de commandes sont pleins partout et les entreprises tournent à pleine capacité. En d'autres termes, la production conventionnelle fonctionne à plein régime. C'est la raison pour laquelle de nombreuses entreprises ne prennent actuellement pas le temps pour examiner en détail les nouvelles technologies disponibles.

D'autre part, le chiffre d'affaires des ventes de machines de FA en Suisse augmente fortement chaque année. C'est un signe que la fabrication additive est un sujet absolument central dans notre pays, car nous disposons de toutes les conditions préalables pour intégrer cette nouvelle technologie. La technologie de fabrication additive a été introduite sur le marché et est en constante évolution. Il ne tient qu'à nous de décider de la vitesse à laquelle cette technologie se généralisera en Suisse.

MSM : Quels sont les principaux avantages des procédés additifs ?

Rolf Jauch : Grâce à sa chaîne de processus numérique et à sa liberté géométrique spécifique, la FA offre un immense potentiel dans une grande variété de domaines. Par exemple, des composants qui sont aujourd'hui assemblés sous forme de pièces individuelles pour former un ensemble peuvent être fabriqués d'un seul tenant et en une seule opération à partir de la FA en tant que composant unique. Il en résulte un gain de temps considérable et donc une forte réduction des coûts.

La fabrication additive offre au bureau d'études la possibilité de concevoir les composants en fonction de leur fonctionnalité. La question - Quelle stratégie de production sommes-nous censés utiliser ? - sera reléguée à l'arrière-plan. La fabrication additive est une technologie qui peut le faire.

MSM : Comment voyez-vous l’évolution de ces technologies dans les prochaines années ?

Rolf Jauch : En Suisse, il existe déjà un nombre considérable d'entreprises qui produisent quotidiennement avec succès des pièces par fabrication additive. Selon nous, ce marché connaîtra une croissance rapide dans les années à venir. De nouvelles technologies de mobilité apparaîtront sur le marché dans les prochaines années (e-mobilité). Aujourd'hui des composants sont déjà produits par FA pour de telles technologies, et ce sera encore plus souvent le cas à l'avenir. Si tous les responsables industriels du développement et de la conception reconnaissent les avantages de la FA, alors de plus en plus de composants seront produits avec ce procédé.

Tous les fournisseurs de technologies de FA connaissent une croissance importante et la technologie se développe très rapidement.

MSM : Considérez-vous la fabrication additive comme une rupture technologique qui finira par remplacer l’usinage par enlèvement de copeaux à moyen terme ?

Rolf Jauch : La fabrication additive est une technologie qui permet et nécessite de repenser la construction. C'est une technologie avant-gardiste. Si les fournisseurs de procédés additifs parviennent à convaincre les responsables du développement et du design de l'industrie de ses avantages, alors les opérations antérieures pourront être supprimées au profit de la FA.

La stratégie de fabrication additive est conçue pour réaliser une chaîne de processus numérique allant de l'idée au composant. C'est une technologie tournée vers l'avenir.

L'industrie continuera probablement d'exiger des composants avec des tolérances et des qualités de surface définies. La question pour l'avenir est de savoir quand une opération d'usinage par enlèvement de copeaux sera encore nécessaire.

Le fait est que, si plus de composants peuvent être fabriqués par procédés additifs à l'avenir, il y aura inévitablement moins de travail pour l'usinage conventionnel. Nous ne prévoyons pas de changement immédiat, cela se fera graduellement. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Ce texte est protégé par les droits d'auteur. Si vous désirez l'utiliser pour des besoins personnels veuillez consulter les conditions suivantes sur www.mycontentfactory.de (ID: 45739208 / Machines-outils)