Amélioration continue de l'efficacité et de l'efficience de l'industrie manufacturière suisse L'industrie manufacturière suisse : cap sur l'efficacité

de Auteur : Billy Kneubühl, Country et Technology Cloud Alps Leader Suisse, Oracle

Le pionnier du management Peter Drucker a dit : « L'efficacité consiste à faire les bonnes choses correctement ; l'efficience consiste à faire les choses de la bonne manière. Je pense que toute initiative doit être à la fois stratégique et efficace. »

Fournisseurs liées

L'indice de Résilience FM Global 2021 a placé la Suisse en deuxième position comme l'une des économies les plus résilientes au monde.
L'indice de Résilience FM Global 2021 a placé la Suisse en deuxième position comme l'une des économies les plus résilientes au monde.
(Source : Caia Image)

Ainsi que démontrée par une récente étude de Deloitte, c'est dans l'industrie manufacturière que l'automatisation offre une alternative à la délocalisation de la production. Plus l'industrie automatisera, plus le recours à des robots et à des logiciels sera bon marché et il sera possible de rapatrier ces activités délocalisées en Suisse. Le résultat sera une augmentation de la valeur et des recettes fiscales dans le pays, un ralentissement de la désindustrialisation menaçante suite à la forte réévaluation du franc suisse, ainsi que la création de nouveaux emplois.

Les fabricants se penchent sur les données des capteurs, des architectures et des applications IoT, afin d'améliorer leur efficacité. Cependant, une récente étude de McKinsey a révélé que 70 % des initiatives de transformation numérique n'atteignent pas leurs objectifs, et c'est à partir de 2020 que des approches plus précises de transformation numérique ont véritablement commencé à se développer dans ce secteur.

La donnée, à la clé de nouveaux modèles de fonctionnement

Dans le passé, une vente était considérée comme l'aboutissement du processus commercial. Un client décide d'acheter, reçoit le produit et, s'il en est satisfait, l'implication du fabricant est terminée. Aujourd'hui ceci a changé, et le service continue s'installe en tant que partie intégrante et indispensable du cycle de vente.

Le résultat est le passage à un modèle où l'on paie pour l'utilisation, puis à un modèle où l'on paie pour le résultat, basé sur la fourniture d'un service, par exemple la connectivité en tant que service. Sur la base de l'utilisation des clients, les fabricants peuvent proposer des services personnalisés. L'IoT permet donc de prédire et d'automatiser la maintenance, et donc de créer une valeur efficace et durable.

Ces modèles sont possibles grâce au cloud qui permet aux fabricants de connecter leurs opérations, de gérer les données et d'introduire des solutions d'apprentissage automatique, d'intelligence artificielle et d'analyse. Le cloud leur permet en outre d'innover en permanence et de développer de nouvelles fonctionnalités tout en leur permettant d'accéder à des informations intégrées sur leurs clients, ce qui est essentiel pour des relations à long terme.

Vers l'économie circulaire

L'autre élément fondamental de ces nouveaux modèles commerciaux est l'économie circulaire. Actuellement, l'économie mondiale n'est circulaire qu'à 8,6 %, alors que 100 milliards de tonnes de matériaux sont produits chaque année. Cette approche linéaire des produits nous amènera à produire 65 milliards de tonnes de gaz à effet de serre en 2030.

Les usines et sites de production jouent un rôle clé dans l'aboutissement de l'économie circulaire pour réduire à la fois les déchets et les émissions.

Une fois que le cycle de vie d'un produit se complète, les fabricants peuvent, grâce à des outils d'analyse appropriés déterminer comment et quand les entretenir ou les réutiliser.

Le cloud, promesse d'efficacité

La Suisse, sa technologie émergente et sa stabilité politique et économique offrent aux entreprises mondiales un lieu sûr pour développer leurs processus de fabrication et de chaîne d'approvisionnement numériques. L'indice de Résilience FM Global 2021, qui donne un aperçu aux entreprises qui doivent choisir des installations, développer des chaînes d'approvisionnement ou pénétrer de nouveaux marchés, a placé la Suisse en deuxième position comme l'une des économies les plus résilientes au monde. Cependant, les fabricants sont soumis à des pressions et la réduction des coûts et l'amélioration de l'efficacité sont des priorités.

C'est aussi la raison pour laquelle ils se tournent vers des solutions cloud pour améliorer l'efficacité de leurs opérations. En 2021, McKinsey a constaté que 64 % des entreprises industrielles utilisaient activement le cloud, bien que 50 % d'entre elles estiment que la technologie cloud est plus complexe qu'initialement prévu. Plutôt que de relever un énorme défi d'un coup, beaucoup de fabricants ont recours au cloud pour tester rapidement de nouvelles solutions et de nouveaux services.

S'abonner à la newsletter maintenant

Ne manquez pas nos meilleurs contenus

En cliquant sur „S'abonner à la newsletter“, je consens au traitement et à l'utilisation de mes données conformément au formulaire de consentement (veuillez développer pour plus de détails) et j'accepte les Conditions d'utilisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Dépliez pour les détails de votre consentement

Siemens par exemple, a opté pour la mise en place d'une solution de traitement à haute performance qui aidera les fournisseurs d'énergie à mieux gérer les demandes substantielles de traitement de données qui découleront du règlement semi-horaire (HHS) à l'échelle du marché.

Le fabricant suisse de roues en acier, Alcar Ruote, s'est appuyé sur la technologie pour continuer à produire avec la qualité suisse tout en restant compétitif sur le marché mondial. L'entreprise a opté pour les applications cloud pour gérer sa planification, son approvisionnement, sa fabrication et sa distribution, tout en améliorant la visibilité dans ces domaines.

Formation pour la transformation numérique

Il ne faut toutefois pas oublier qu'en plus de l'adoption de nouvelles technologies, les capacités numériques des entreprises dépendent des compétences des employés. La formation continue pour l'ensemble de l'entreprise est à la clé d'un usage régulier de nouvelles solutions technologiques.

Les solutions numériques sont également au cœur de ce processus de formation des employés. Le Digital Capability Center Venice, une collaboration entre McKinsey et Confindustria, a été récemment créé pour fournir aux fabricants une expérience pratique de la transformation opérationnelle. Grâce à des simulations réalistes, les stagiaires peuvent explorer le prototypage rapide et tester des solutions modulaires afin d'acquérir une expérience pratique. De cette manière, les employés apprennent comment les possibilités numériques peuvent augmenter la productivité et la collaboration et améliorer la sécurité dans l'usine et le back-office.

Efficacité et efficience en continu

Les fabricants ont la possibilité non seulement d'améliorer progressivement l'efficacité de leurs opérations, mais aussi de modifier leurs modèles opérationnels. De cette manière, ils peuvent obtenir des résultats positifs à long terme pour leurs clients tout en intégrant dans leur approche l'économie circulaire et la productivité des ressources dont ils ont tant besoin.

Pour atteindre cet objectif cependant, ils doivent se doter des outils nécessaires pour tester rapidement de nouvelles solutions, les itérer et les faire évoluer. Et ils doivent soutenir leurs collaborateurs sur la voie de la transformation numérique avec les solutions de formation continue les plus récentes. Voilà la formule, semble-t-il, pour une amélioration continue de l'efficacité et de l'efficience. MSM

(ID:48110471)