Interview avec Thomas Riedweg et Jürg Messer spécialistes des robots Kuka

Les Kuka sont nomades et sensibles au toucher

| Auteur / Rédacteur: Propos recueillis par Jean-René Gonthier, rédacteur en chef MSM / Jean-René Gonthier

Louis Aragon disait : "La femme est l'avenir de l'homme", mais qu'aurait-il pensé d'un robot tel que ce Flex Fellow ?
Galerie: 19 photos
Louis Aragon disait : "La femme est l'avenir de l'homme", mais qu'aurait-il pensé d'un robot tel que ce Flex Fellow ? (Source : KUKA Roboter Schweiz AG)

Kuka est présent en Suisse depuis 1998. Depuis 2017, ce fournisseur de robots s'est implanté dans un nouveau site à Buchs. Un nouveau lieu et une nouvelle organisation afin d'être prêt à affronter les défis de demain. Entretien avec deux cadres de Kuka Messieurs Thomas Riedweg et Jürg Messer.

Kuka est un des importants fournisseurs de robots en Suisse. Afin d'en savoir plus sur cette entreprise et ses robots nous avons questionnés deux spécialistes de la société. Les questions ont été posées aux deux personnalités suivantes, d'une part Thomas Riedweg, directeur des ventes auprès de Kuka CEE GmbH à la succursale de Buchs et d'autre part Jürg Messer, directeur du service à la clientèle auprès de Kuka CEE GmbH.

MSM : Que proposez vous au sein de Kuka Roboter Schweiz AG ?  

Kuka : Grâce à cette nouvelle organisation, nous pouvons nous spécialiser dans nos activités principales, la vente de robots, le conseil à la clientèle et une large gamme de services, ainsi que la formation dans notre propre école Kuka à Buchs. Le nouveau site de Kuka en Suisse comprend également un support technico-commercial qui a été mis en place pour apporter aux clients un support technique optimal dès la phase de projet. Kuka travaille actuellement à la constitution d'un portefeuille d'ingénierie. En plus des simulations et des études de faisabilité, nous offrons également des services de programmation, d'optimisation d'applications robotisées existantes ou de réalisation de projets de modernisation. En outre, nous entamons actuellement la modernisation de notre Kuka College en Suisse afin de pouvoir proposer à l'avenir le concept de formation adapté à chaque groupe cible.

MSM : Quels sont les avantages des robots Kuka par rapport à ceux de la concurrence ?

Kuka : En tant que pionniers et moteurs de solutions d'automatisation révolutionnaires, nous ne définissons pas nos critères en fonction de ce qui existe déjà, mais en fonction des besoins futurs de l'économie et des personnes. C'est pourquoi Kuka a développé des concepts entièrement nouveaux et les a intégrés dans des environnements de production innovants dans lesquels les clients, les technologies et les flux de données sont mis en réseau.

MSM : Quels intégrateurs en Suisse utilisent vos robots ?

Kuka : Nous collaborons avec de nombreux intégrateurs renommés en Suisse. Cette diversité et leur spécialisation dans une grande variété d'industries et d'applications, de la construction mécanique à l'industrie alimentaire, en passant par la technique médicale et l'industrie pharmaceutique, nous permettent de toujours travailler ensemble pour développer la solution globale optimale pour nos clients.

MSM : Pour quelles applications typiques proposez-vous des
robots collaboratifs et avec quel type de robot ?

Kuka : Parce qu'un robot maîtrise mieux des choses spécifiques (précision, vitesse, puissance, endurance, précision de répétition, travail ergonomique défavorable), le travail en équipe entre l'homme et la machine offre la possibilité de soutenir l'ouvrier, de faciliter son travail et d'étendre durablement les capacités de l'homme. L'être humain est cognitivement supérieur, créatif et travaille donc comme un stratège.

Dans le cadre de la collaboration entre l’homme et le robot, ce dernier soutient l'opérateur humain, ce qui signifie que la machine ne remplace pas l'homme, mais complète ses capacités et le décharge des tâches fastidieuses.

Kuka a dénommé cette collaboration MRK, un acronyme signifiant « Mensch-Roboter-Kollaboration ». L'homme et le robot travaillent ensemble de manière optimale - sans séparation et sans barrière de sécurité. Afin de permettre le contact entre les humains et les robots, le robot doit être capable de limiter sa vitesse et ses forces à un point tel que l'énergie cinétique résultante ne puisse se développer que dans la plage autorisée. Le concept de sécurité « MRK » doit être capable de détecter de manière fiable les collisions et de limiter les forces agissant sur l'homme à un niveau sûr. Toutes ces fonctions doivent être implémentées dans une technologie sûre. Avec le LBR iiwa, Kuka propose depuis des années un robot sensible doté de ces capacités spécifiques et adapté à l'utilisation industrielle et continue de développer ce segment. Les applications concrètes sont, par exemple, l'assemblage sensible d'engrenages ou l'assemblage de pièces flexibles, en tenant compte des capteurs de couple intégrés.

MSM : Quels sont les robots les plus utilisés en microtechnique et en horlogerie ?

Kuka : L'une de nos dernières nouveautés est l’Agilus KR 3, un petit robot très agile avec une charge utile de 3 kg, idéal pour les tâches dans les domaines de l'électronique et de la mécanique de précision. Par rapport aux robots delta, notre KR 3 présente l'avantage d'une cinématique 6 axes à part entière, qui permet un positionnement plus complexe des composants ou outils dans les six degrés de liberté. Ceci offre clairement plus de flexibilité aux ingénieurs d'usine lors de la planification de cellules robotisées modernes.

MSM : Quelle est la complexité de la programmation des robots Kuka et à quelle vitesse les compétences nécessaires peuvent-elles être acquises ?

Kuka : Nos robots sont programmés à l'aide de ce que l'on appelle un SmartPAD. Grâce à la souris 6 axes intégrée dans l'appareil portable, au TouchPad et à des commandes de programmation simples, les séquences de mouvements souhaitées peuvent être programmées très rapidement. De nombreux progiciels spécifiques à l'application, par exemple pour la préhension, la palettisation ou le soudage, permettent de gagner du temps. Les robots Kuka peuvent également être programmés hors ligne sur un PC.

Après notre formation de 5 jours de degré 1, l'utilisateur sera donc prêt pour entrer dans le monde de la robotique et tout à fait capable de programmer un robot. Nous sommes convaincus qu'à l'avenir, les robots deviendront les compagnons quotidiens et omniprésents des humains dans leur travail quotidien. Tout comme l'utilisation simple et intuitive d'un smartphone, notre objectif est de permettre la configuration, la commande et l'utilisation de machines complexes telles que les robots de manière naturelle et sans connaissances spécifiques de la part des employés.

MSM : Sur quel salon en Suisse ou à proximité de la Suisse nos lecteurs peuvent-ils voir vos robots en action ?

Kuka : Nous nous concentrons actuellement sur les événements internes et ne serons représentés à aucun salon en Suisse. Nous prévoyons un événement pour nos clients en septembre et un atelier pour les techniciens en novembre 2019, ainsi qu'un salon interne Kuka à Augsbourg en été 2019.

Par le biais de ces événements internes, nous souhaitons rencontrer personnellement nos clients afin de connaître leurs attentes en matière de solutions d'avenir et notre entreprise, tout en les informant sur les nouveaux produits et développements. Cela nous permet de donner un aperçu particulièrement large de notre portefeuille de solutions et d'exemples concrets d'applications des technologies chez Kuka. MSM

Ajouter un commentaire

copyright

Cette contribution est protégée par le droit d'auteur. Vous voulez l'utiliser pour vos besoins ? Contactez-nous via: support.vogel.de/ (ID: 45809120 / Robotique)