Entretien exclusif avec Alexandre Catton | Présentation du plus grand salon suisse | Avant-première des conférences du 18 au 21 juin 2019 L'EPHJ s'ouvre sur le monde

Auteur / Rédacteur: Jean-René Gonthier, rédacteur en chef MSM / Jean-René Gonthier

La prochaine édition du plus important salon professionnel annuel de Suisse, EPHJ-EPMT- SMT, aura lieu cette année du 18 au 21 juin 2019 à Genève. Unique au monde, ce rendez- vous de la haute-précision attire de plus en plus d’acheteurs internationaux.

Entreprises liées

Avec de gauche à droite : Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ-EPMT-SMT accompagné de Merly Magold et Céline Stadler, toutes deux en charge du contact avec les exposants ainsi que de différents projets liés à l’organisation du salon EPHJ-EPMT-SMT.
Avec de gauche à droite : Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ-EPMT-SMT accompagné de Merly Magold et Céline Stadler, toutes deux en charge du contact avec les exposants ainsi que de différents projets liés à l’organisation du salon EPHJ-EPMT-SMT.
(Source : EPHJ-EPMT-SMT)

Cet important salon suisse sera inauguré le 18 juin par Mme Ineichen-Fleisch, secrétaire d'Etat et directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie SECO. Avec plus de 800 exposants venant de 18 pays et 20'000 visiteurs professionnels internationaux attendus en provenance des 5 continents, ce salon dont l'acronyme signifie « Environnement professionnel horlogerie joaillerie, microtechnologies et medtech » va vivre une 18ème édition 2019 dans la continuité des précédentes. Si 80% des exposants sont suisses, 67% d’entre eux viennent de Romandie et un tiers de Suisse alémanique. Les cantons les plus représentés sont Neuchâtel (163 exposants), Berne (122), Genève (85), le Jura (83) et Vaud (68).

Si certains salons s’interrogent sur leur modèle, le salon EPHJ-EPMT-SMT consacré principalement aux fournisseurs horlogers ne connaît pas la crise. « EPHJ-EPMT-SMT est un salon B to B », explique Alexandre Catton, directeur du salon. « C’est ce qui en fait sa spécificité et sa force. Les exposants ne rencontrent que des professionnels suisses et internationaux, représentants des marques ou autres, qui viennent conclure des affaires, s’intéresser aux innovations ou trouver de nouvelles technologies pour leur produit fini ».

Galerie d'images
Galerie d'images avec 8 images

Ce salon reste un moment unique pour les technologies de haute-précision dans les domaines de l’horlogerie, de la joaillerie, des microtechniques et des technologies médicales. C’est aussi le rendez-vous attendu par toute une industrie pour présenter ses innovations ou les améliorations tangibles apportées aux technologies existantes.

Un salon triptyque basé sur une synergie intelligente

Le socle commun technologique de toutes ces sociétés présentes au salon EPHJ-EPMT-SMT, c’est l’excellence dans la haute-précision. D’où les passerelles technologiques et commerciales qui se créent chaque année entre les différents acteurs et le nombre croissant d’exposants (330) qui annoncent une diversification vers les medtech, industrie prometteuse à l’échelle mondiale. Dans le même temps, 704 exposants déclarent une activité dans le domaine horloger, socle dur et raison d’être du salon.

A noter que 120 nouvelles sociétés seront exposantes à Genève par rapport à 2018. Ces nouveaux exposants reflètent parfaitement les progrès et les nouvelles exigences techniques de cette industrie de l’outillage, des machines et des services de haute précision. Les niveaux de contrôle et de qualité des produits finis prendront une place encore plus importante chez ces exposants à des échelles de plus en plus petites.

L’industrie 4.0 sera aussi à l’honneur avec des concepts novateurs pour concilier les mondes numériques et réels. Toujours au cœur de l’actualité, l’impression 3D franchit un cap supplémentaire chez plusieurs exposants, avec la concrétisation des projets les plus complexes en un temps record, du design à la production.

La robotique sera également mise en valeur avec ses capacités à procéder à des micro-assemblages extrêmement précis, de l’ordre du micron, ou de la gestuelle 3D pour répondre efficacement aux besoins d’accrochage et de décrochage automatisé de composants sur différents types d’outillage de traitement de surface. A noter également l’évolution des appareils de simulation de l’environnement, les techniques thermiques, les salles blanches et le confinement.

L'aide aux start-ups une évidence pour l'EPHJ

Avec son pôle européen de start-up qui sont accueillies dans des conditions très favorables, le salon EPHJ-EPMT-SMT joue aussi pleinement son rôle d’accélérateur et de découvreur de nouveaux savoir-faire. Comme chaque année, le Grand Prix des Exposants et le Challenge Watch Medtech mettront en lumière des sociétés qui séduisent et séduiront leurs pairs et des jurys d’experts pour la qualité des innovations proposées.

Les fameuses Tables Rondes du salon EPHJ-EPMT-SMT se pencheront sur les sujets d’actualité tels que l’évolution des modèles d’intégration des fournisseurs horlogers, les meilleures méthodes pour garantir la durabilité de sa PME, le challenge des normes règlementaires dans les Medtech, les dernières innovations des lasers ou la nécessaire formation continue dans l’horlogerie-joaillerie alors que certains métiers d’art ont tendance à disparaître.

Entretien exclusif avec la direction du salon

Afin d'en savoir un peu plus sur cette exposition annuelle déclarée comme la plus importante de Suisse, nous avons posé quelques questions à Alexandre Catton, son directeur.

MSM : Cette année vous êtes entouré d’une nouvelle équipe, pourriez-vous nous la présenter ?

Alexandre Catton : Je dirais plutôt que l’équipe s’est étoffée pour mieux répondre aux besoins de l’organisation d’un tel événement. Mélanie Cianfano, qui travaille à l’organisation du salon depuis début 2017 est toujours présente et active. L’équipe s’est vue renforcée par l’arrivée, à la fin de l’année dernière, de Merly Magold, qui a travaillé pendant plusieurs années dans l’hôtellerie et l’organisation de réception privée après avoir obtenu son diplôme de l’école hôtelière de Glion. A la même période, Céline Stadler, diplômé d’un bachelor en business administration option média et communication a rejoint l’équipe. En plus de leur maîtrise de l’allemand et de l’anglais, elles sont toutes deux animées de cette orientation client que nous souhaitons avoir pour le salon.

Avec de gauche à droite : Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ-EPMT-SMT accompagné de Merly Magold et Céline Stadler, toutes deux en charge du contact avec les exposants ainsi que de différents projets liés à l’organisation du salon EPHJ-EPMT-SMT.
Avec de gauche à droite : Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ-EPMT-SMT accompagné de Merly Magold et Céline Stadler, toutes deux en charge du contact avec les exposants ainsi que de différents projets liés à l’organisation du salon EPHJ-EPMT-SMT.
(Source : EPHJ-EPMT-SMT)

MSM : Il y a certainement de nombreux organisateurs de salons qui désirerait connaitre la recette du succès de l’EPHJ-EPMT-SMT notamment pour être et rester le salon leader de Suisse en terme de nombre d’exposants. Pouvez-vous nous révéler quelques-uns de vos secrets ?

Alexandre Catton : Être le premier salon professionnel annuel de Suisse ne relève pas de recettes mystérieuses ou de secrets. Nous réussissons parce que nous sommes un salon B to B où les exposants rencontrent leurs clients ou des prospects suisses et internationaux. Nous sommes très pragmatiques et nous concentrons nos efforts, à la demande des exposants, sur la signature de contrats (attirer des visiteurs professionnels) et l’ouverture sur de nouveaux marchés. L’état d’esprit convivial est également un atout majeur de notre salon où chaque exposant se réjouit de revenir pour conclure des affaires avec ses clients autour d’un verre et dans la bonne humeur. C’est aussi le seul salon au monde qui associe le meilleur de la haute précision et affiche aussi clairement les synergies dans les domaines de l’horlogerie, les medtech et les microtechnologies.

MSM : Y-a-t-il des synergies à faire jouer entre l’EPHJ-EPMT-SMT et les autres salons gèrés par Palexpo ?

Alexandre Catton : Il existe avant tout une synergie de compétences des équipes de Palexpo qui sont concernées par l’organisation des différents salons. Notre expérience dans ce domaine profite à tous les événements hébergés ou organisés par Palexpo.

MSM : Quels seront les points forts du programme de conférences. Connaissez-vous déjà quels orateurs prestigieux vous inviterez ?

Alexandre Catton : Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, secrétaire d'Etat et directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie SECO, également à la tête de la Direction des affaires économiques extérieures inaugurera le salon et prononcera un discours attendu. Comme d’habitude, hormis les soirées consacrées à la promotion des cantons du Jura et de Neuchâtel, nos Tables Rondes donneront le ton de l’actualité du salon et des différents marchés que nous représentons. Nous aborderons l’industrie 4.0, l’intégration verticale, la formation continue, les normes medtech, le financement des PME et bien d’autres sujets qui s’adressent aux exposants et aux visiteurs avec des experts réputés et des chefs d’entreprise qui ont cette expérience « terrain ».

MSM : Concernant le grand prix des exposants, quel est le niveau des candidatures reçues ? Dans quel domaine sont elles les plus nombreuses ?

Alexandre Catton : Comme chaque année, nous recevons de nombreux dossiers d’innovations étonnantes et porteuses de véritables progrès technologiques. Et ce, dans tous les domaines technologiques que nous couvrons, notamment dans l’horlogerie et le secteur des microtechnologies. Les start-up et les PME présentes au salon ont une capacité d’innovation qui ne se dément pas elles sont généralement bien représentées parmi les candidats au Grand Prix. Le lauréat bénéficiera comme chaque année d’un coup d’accélérateur et d’une couverture média en Suisse et à l’étranger dont nous pouvons lui faire bénéficier.

MSM : Y-a-t-il pour cette 18ème édition des changements dans la structure du salon ?

Alexandre Catton : Non ! Même si le plan du salon a évolué, la structure reste identique. Nous ne souhaitons pas forcément toucher à certaines habitudes prises par les exposants et les visiteurs et qui facilitent leur rencontres.

Programme des conférences

Le 18 juin en matinée Inauguration du salon avec Catherine Ineichen-Fleisch, Secrétaire d'état au SECO et Pierre Maudet, Conseiller d'Etat

Le 19 juin de 11h à 12h 30 - Thème : Intégration verticale des fournisseurs ou partenariat technologique: l'avenir de la sous-traitance?

Par le passé, les grandes marques rachetaient leurs fournisseurs et les intégraient dans un principe de verticalisation de la production. A l’heure actuelle, une tendance semble se confirmer : ce sont les fournisseurs eux-mêmes qui opèrent ces intégrations, se rachètent ou organisent des partenariats. Ce mouvement va-t-il perdurer ? Dans quel but ? Pour un meilleur contrôle de la chaîne de production ou pour pérenniser leur activité en se diversifiant ? Quelles sont les bénéfices pour le secteur microtechnique ou pour la perpétuation de certains métiers ? Cette table-ronde tentera d’apporter des lumières sur ce phénomène grandissant.

Modéré par Joel Grandjean, communiquant, spécialiste horlogerie, rédacteur en chef chez TàG Press, Watchonista, JSH, @TRP, ProWatch et Projo.org

Participants à la conférence :

  • Stéphane Maturel, Directeur Artime
  • Roderich Hess Technopreneur, Ex-CEO division Luxe de Cendres et Métaux
  • Antoine Gérard, IMI Swiss, directeur marketing

Le 19 juin de 14h à 15h30 - Thème : « Industrie 4.0, quelles solutions d'optimisation pour l'industrie? »

La numérisation a été annoncée comme étant la quatrième révolution industrielle. Mais pour de nombreuses entreprises, aucunes solutions évidentes n’apparaissent pour franchir ce cap. Cette table-ronde abordera la question de l’industrie 4.0 sous un angle pratique, mettant en valeur la parole d’experts et de praticiens, à même de proposer des angles de réflexions concrets pour les acteurs du domaine microtechnique.

Modéré par Eric Rosset, professeur HEPIA

Participants à la conférence :

  • Philippe Grize, Directeur du domaine ingénierie a HE-ARC
  • Pierre Voumard, Directeur R&D chez Tornos
  • Olivier Conne, Directeur Delwest
  • Laetitia Ducruet, Directrice Commerciale et marketing chez Beelse
  • Frederic Dreyer, Directeur de l'office de promotion de l'industrie

Le 19 juin de 16h à 17h30 - Thème : « Usine du futur et Logistique 4.0 : Economie de la robotique ou Economie circulaire ? »

La thématique « Usine du Futur ou Industrie 4.0 » a suscité beaucoup d’interrogations voire de craintes parmi les professionnels. Concrètement, qu’en est-il ? L’usine du futur ne sera-t-elle peuplée que de robots surveillés par un unique employé ? Quelle place prend la logistique ? Le Forum réunit des experts ayant contribué à des projets internationaux, et a pour objectif de présenter des cas concrets "d'industrialisation 4.0 par petits pas" dans le cadre des programmes de collaboration et d'accompagnement soutenus par la Confédération et/ou la Commission européenne.

Participants à la conférence :

  • Naoufel Cheikhrouhou, professeur de Logistique et Supply chain, HEG Genève/ HES-SO
  • Pierre-Dominique Hohl, directeur d'Easyshipping4U
  • Thomas Gittler, chercheur associé, INSPIRE
  • Dominic Gorecky, directeur de Swiss Smart Factory
  • Roberto Perez, Responsable de l’innovation, GFMachining Solutions
  • Van Khai Nguyen, directeur de CadCamation

Le 20 juin de 10h30 à 12h - Thème : PME, Investissement, financement, succession ou comment valoriser et pérenniser mon entreprise ?

La réglementation, le contrôle et l’exigence de qualité n’ont cessé de se renforcer autour des PME, qui de surcroît doivent faire face à une rude concurrence et à une forte pression sur les coûts. Comment tirer son épingle du jeu, non seulement en viabilisant, développant et valorisant sa société, mais aussi en conservant sa pleine capacité d’innovation et de coopération ? Ou les secrets de la bonne vieille combinaison entre gestion et créativité.

Participants à la conférence :

  • Nicolas Wirth, Directeur Général de l'IFAGE
  • Olivier Cohen, COO Altoicoinomy
  • Sébastien Desfaye, Avocat, Préerad de Boccard
  • Carole Nachbauer, Crédit Suisse

Le 20 Juin 2019 de 12h30 à 14h - Thème : « Photonic Technologies for intelligent processing »

Traitement de laser polyvalent, mesure "in-situ" en machine, détection en temps réel, Industrie

4.0,- Numérisation, Monitoring - apprentissage automatique- Intelligence artificielle

Post-traitement au laser; Impression laser 3D, L'idée est d'ouvrir la gamme de domaines et également de discuter de l'idée de combiner les technologies de mesure additive et substractive dans une seule machine.

Participants à la conférence :

  • Dr. Kilian Wasmer, Modérateur EMPA
  • Dr. Markus Kogel-Hollacher, Precitec GmBH & CO.KG
  • Xavier Fruh, BeAM machine SAS
  • David Muller, AddUp Solutions
  • Markus Danner, Coherent Switzerland AG
  • Prof. Dr Beat Neuenschwander, BUAS
  • Dr Emile Dupont, Innosuisse

Le 20 Juin 2019 de 14h30 à 16h - Thème : « Normes et règlementation dans les Medtech, trop de contraintes pour les PME ? »

A l’heure où les PME de la micro-technique se tournent de plus en plus vers le secteur de la medtech pour des raisons de diversification, il est nécessaire de se poser la question du coût de la recherche et du développement. Le secteur medical reste très réglementé, et s’adapter à ses réglementations à un coût. La medtech deviendra-t ’elle l’apanage des grands groupes ? La Suisse risque-t ’elle de perdre sa capacité d’innovation au profit d’acteurs moins regardant ? Quelles solutions pour les PME ?

Modéré par Benoit Dubuis, directeur de la Fondation Inartis

Participant à la conférence :

  • Professor John Donoghue, directeur du Wyss Center
  • Georges Kotrotsios, VP, Marketing & Business Development, CSEM

Le 21 Juin 2019 de 11h à 12h30 - Thème : « Quelle nécessité pour la formation continue pour l’industrie horlogère ? »

Le secteur de production est soumis à de fortes pressions au sein de l’industrie horlogère. Les limites techniques sont sans cesse repoussées et le niveau de qualité est toujours plus important. Afin de répondre à ce haut niveau d’exigence, la formation continue apparait comme l’une des solutions possibles. En mettant en valeur la parole de représentants de divers instituts de formation et à la Convention Patronale, cette table ronde fera le tour de la question, et mettra en avant le potentiel offert par cette forme d’apprentissage.

Modéré par Mme Virginie Pilault, journaliste indépendance, conseillère en communication, Fond. VIP COMM, porte-parole UNIA et formatrice CFJM.

Participant à la conférence :

  • Severine Favre, Responsable de la formation professionnelle et Convention Patronale de l'industrie horlogère suisse
  • Ricardo Scollo, responsable formation à l'IFAGE
  • Philippe Liscia,HE-ARC, responsable formation CAS qualité MSM

(ID:45909590)